close
Marius Tour de France

Jour 856 /Emmanu’ailes et son camping-car “Emerveill’eux”

Facebook et les réseaux sociaux, Internet en général, permet aux gens de se rencontrer virtuellement, d’échanger, discuter, partager… Vous qui lisez ce blog faites sans doute partie de ceux que le web a permis de mettre en connexion avec nous.
Le chemin lui, offre la chance de passer du virtuel au réel. De l’écran à la réalité. J’adore ce moment où l’on se découvre “pour de vrai”. Où le portrait figé de la photo de profil s’anime. Parle. Bouge. Danse. Vit. Ce moment où l’on découvre l’âme qui se cache derrière l’image. Emmanuelle fait partie de ces personnes.

Depuis longtemps, j’avais envie de rencontrer cette jeune quadra pleine d’énergie dont je lisais les récits sur le net.
Très dynamique, Emmanuelle fourmille d’idées.  Consultante-formatrice spécialiste de la communication depuis plus de 15 ans, elle coache des dirigeants et des cadres sur leur exercice professionnel, dans leur fonction commerciale et managériale. Son crédo : replacer l’humain au coeur de l’entreprise. Une démarche à contre courant dans le monde du travail où souvent seules la performance et la rentabilité comptent.

Véritable mentor pour de nombreuses personnes qui la suivent, l’aptitude de cette mère de deux beaux enfants à remettre en question sa vie en inspire plus d’un.  “Il y a 3 ans, du haut de mes 4 sociétés et de ma ribambelle de mandats sociétaux, je faisais un joli burn-out.” raconte-t-elle sur une de ses pages Facebook.

Photo Le chemin Emmanu’ailes

Tiraillée entre le “qui j’étais” et “qui on m’avait demandé d’être”, elle décide alors de s’offrir une parenthèse de vie, à la découverte d’elle-même. Et c’est le chemin de St Jacques de Compostelle qu’elle a choisit comme voie de reconstruction. “Ni pratiquante religieuse, ni amatrice de tourisme patrimonial, sans expérience aucune de randonnée : je suis partie avec mon sac à dos marcher sur le GR65 à l’envers”. raconte-t-elle a l’issue de ses trois mois de voyage en mode “survivaliste”. “J’ai marché, j’ai pensé, vécu, compris, échangé… J’ai surmonté un nombre incroyable de peurs”.

De ce premier “pèlerinage”, Emmanuelle revient transformée : elle a goûté à la liberté, s’est reconnectée à la nature, a abandonné des peurs qui l’étouffaient et a surtout compris quoi faire de sa vie pour être plus heureuse. La nouvelle aventurière se lance alors dans un processus de détachement : elle purifie ses relations, recentre ses activités, démissionne notamment de tous ses mandats et ferme ses entreprises les unes après les autres. Devenue “camino-dépendante”, elle poursuit dans le même temps sa “caminothérapie” sur les chemins de Compostelle qu’elle enchaîne. “Ce n’est pas en un mois que tout se joue pour trouver les réponses aux questions que l’on se pose” me dit-elle, et marcher quelques heures de temps en temps ne lui suffit pas pour se retrouver seule face à elle-même.

Photo Le chemin Emmanu’ailes

Après avoir arpenté “le chemin” en long, en large et en toutes saisons, elle finit par décider de rendre les clés de sa maison et de partir avec ses enfants en camping-car durant six mois. 
Six mois baignés de visions et philosophies, six mois de rencontres nourrissantes, d’échanges, de rencontres de nomades, de séjours dans des fermes et lieux de culte, …. “Que de belles vibrations, d’authenticité, de curiosité et de générosité! Un voyage atypique, une odyssée culturelle, un trip pédagogique… mais aussi une tournée d’amitié, une randonnée spirituelle… une parenthèse dans nos vies, à tous les trois”  confie-t-elle.

C’est donc à bord de ” Via Emerveilla “, le fameux camping-car, que sont arrivés les trois voyageurs. Je venais à peine de débâter et d’installer Marius dans le champ qui jouxte la parcelle où je prévoyais de dormir cette nuit. Un riverain m’a assuré que mon campement ne poserait pas de problème. Il y a même un hangar ouvert sous lequel je peux poser mes affaires. La nuit devrait être belle pour dormir à la belle étoile.

Emmanuelle parque sa maison mobile en bordure du terrain.  Je fais la connaissance de Diane et Baptiste, deux enfants enjoués. Je comprends vite à tel point ces gamins de 7 et 9 ans sont heureux de vivre pareille expérience. Le véhicule à peine garé, la petite famille me fait visiter son espace de vie qu’elle partage avec Lakmé, leur adorable chienne.

Tandis que la marmaille s’amuse sur le terrain de jeu que lui offre le bivouac, je découvre Emmanuelle. Nous nous dévoilons, échangeons sur nos vies, partageons notre expérience, discutons de nos voyages respectifs… Je suis admiratif de son parcours. Véritable rayon de soleil, elle dégage une énergie positive incroyable. 

La soirée s’étire. Assis autour d’une table de pique-nique, nous papotons tandis que la nuit tombe. Doucement, la voie lactée se dévoile. Spectacle somptueux. Les enfants ne sont pas avares de questions sur mon aventure avec Marius. Ils me racontent aussi leur voyage dans leur camping-car et me confient leur bonheur d’être avec leur maman H24, de profiter avec elle de chacun de ses moments. Elle qui a été trop souvent accaparée par ses activités professionnelles chronophages.

Tandis que Diane et Baptiste s’installent dans le camping car, Emmanuelle et moi posons notre bivouac sous les étoiles. 
Demain, ils partiront assez tôt. Ils ont pas mal de route pour rallier leur prochaine destination. Venir me rencontrer leur a demandé de faire un gros détour. Je leur en suis reconnaissant. Je suis heureux d’avoir pu partager ce beau moment avec eux. J’espère les revoir bientôt sur un autre chemin, une autre route.

Vous aimez suivre nos aventures ? Pour nous aider à les continuer et à vous les partager, vous pouvez faire un don et nous soutenir sur Tipeee.com ou acheter des goodies aux couleurs de Marius dans la boutique. Merci.

Tags : Charente-MaritimeDeux-SèvresTour de France

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !