close
Marius Tour de France

Jour 820 / Marius, premier âne au Hellfest Festival ?

Je marche depuis près d’une heure et par temps sec lorsque j’entre dans Remouillé (elle était facile !!). A l’entrée du bourg, une automobiliste s’arrête à ma hauteur et me tend mon drapeau : “Je suppose que c’est à vous ! Je l’ai trouvé accroché à un panneau !”. Il y a tellement de vent, que je ne me suis pas rendu compte qu’il était tombé de mon sac !

Remouillé est un village “tristounet”. Je le traverse d’abord par une série de lotissements avant d’atteindre le centre du bourg dont l’architecture n’a rien d’exceptionnel mis à part la chapelle-tombeau Garreau, construite en granite et ardoise dans un style “romantique“. Jean-Pierre Garreau, qui y est enterré aux côtés de son épouse, était urbaniste et architecte au XIXe. Il bâtit sa fortune dans le développement de Nantes et a laissé au village un patrimoine non négligeable.

Tandis qu’on avance tranquillement sur un petit sentier herbeux qui longe la rivière, je suis obligé d’arrêter Marius en catastrophe car un affaissement nous empêche de passer. Le chemin a été consolidé mais il est à cet endroit, beaucoup plus exigu. Avec ses sacoches, mon poilu est “trop large”. Je n’ai pas la place de le débâter. Il est devant moi et le demi-tour qu’il doit opérer est scabreux. Le sol est meuble, mouillé et il peut tomber dans le ravin car il a peu d’espace pour le faire. Je parviens à me glisser devant lui pour le stopper. Et telle une danseuse étoile, il pivote tranquillement. Super Marius !

Au pays des Chouans

Le temps est nuageux aujourd’hui. Il fait beaucoup plus frais qu’hier. Les paysages que je traverse par une longue piste, sentent le foin fraîchement coupé. Je retrouve des champs de céréales et des vaches au milieu de quelques parcelles de vignes. Je m’éloigne doucement du vignoble nantais. D’ailleurs, le pont de Sénard franchi, non loin de Saint-Hilaire-de-Loulay un panneau m’indique que nous sommes en Vendée ! Bye bye la Bretagne.

Me voilà aux pays des Chouans ! Bon alors attention, petit point d’histoire : il ne faut pas confondre “Vendéens” et “Chouans”. En effet, si leurs objectifs les rapprochent (refus des nouvelles règles administratives et fiscales imposées après 1791, refus de partir aux frontières défendre la Révolution, et volonté de défendre leur foi), leurs histoires en revanche les différencient. En effet, Les Chouans désignent des insurgés royalistes combattant au nord de la Loire, en Bretagne, Maine, Normandie et nord de l’Anjou, mais aussi dans des départements comme l’Aveyron et la Lozère, pendant les guerres de la chouannerie. Les Vendéens eux, étaient des combattants du sud de la Loire issus du Poitou, du sud de l’Anjou et du Pays de Retz breton.

La guerre de Vendée fut une guerre civile qui sévit dans l’Ouest de la France, entre l’an I (1793) et l’an IV (1796). Elle opposa les républicains (ou Bleus) aux insurgés royalistes appelés Blancs. Depuis les événements de la Révolution de 1789, qui vit le peuple s’emparer du pouvoir, de grands bouleversements bousculent la vie des Français. La Province, elle, a du mal à s’en accommoder. Dans les campagnes, l’on est profondément lié au roi et à la religion.  Aussi, plusieurs causes vont être à l’origine de ces troubles et choquer toute une population paysanne fidèle aux traditions. Le vote par l’assemblée de la Constitution civile du clergé le 12 juillet 1790, l’exécution du roi Louis XVI le 21 janvier 1793 et, en février 1793, la levée en masse de 300 000 hommes pour aller se battre contre l’Europe qui se presse aux frontières du pays, sont autant de facteurs qui vont mettre le feu aux poudres.

En quelques jours, des émeutes localisées bouleversent une population paysanne, au sein de laquelle couvait le mécontentement depuis des années. Appelés « brigands » par les députés de la Constituante, ils vont se lancer dans une véritable guerre civile. La rébellion sera matée dans le sang et de nombreux villages seront détruits. C’est la raison pour laquelle beaucoup n’ont pas de centre ancien.

Marius, premier âne slammeur au Hellfest ?

Mon itinéraire suit toujours le GR de Pays Sèvre et Maine. Il longe cette dernière puis traverse Saint-Hilaire de Loulay. Je profite de cette bourgade pour faire quelques courses dans une épicerie située près d’une école. En voyant notre caravane, les enfants se sont mis à courir vers nous pour lancer des “bonjour l’âne” !
Devant la supérette, Marius fait aussi sensation. Le temps d’acheter de quoi manger durant quelques jours, il aimante vers lui de nombreux passants. Il m’appelle aussi ! Comme à chaque fois lorsque je disparais de sa vue ! Tout en rangeant mes courses, je réponds aux nombreuses questions des curieux. “Combien de kilomètres vous faites vous par jour ?”, “Vous êtes partis d’où ?”, “Votre âne porte combien ?”… Des questions qui reviennent en boucle et auxquelles je réponds toujours avec le sourire !

On repart tranquillement en direction de Montaigu. Après une longue traversée de Saint-Hilaire, on retrouve le GRP qui fusionne, un peu plus d’un kilomètre plus loin, avec une piste cyclable qui longe une départementale. Avant de me retrouver sur cette route très fréquentée, le chemin débouche sur une ferme. “Propriété privée” : le panneau est clair ! Je contourne donc l’exploitation pourtant j’aurais préféré m’y arrêter pour la nuit. Je m’y serais bien arrêté pour la soirée. 
Depuis la voie cyclable sécurisée qui rejoint Montaigu, j’aperçois une maison et des pâtures. La ferme de tout à l’heure ? J’hésite à aller demander si je peux bivouaquer dans le champ. J’y vais ? Je n’y vais ? J’avance en tout cas. Plusieurs véhicules sont garés devant et il y a du monde dans le jardin. Bon, j’y vais ! “Demi-tour Marius, je n’ai pas envie de traverser cette ville ce soir. Demain, il fera jour  !”. J’emprunte le chemin d’accès et m’approche de la bâtisse. Je frappe à la porte d’entrée. Personne ne répond. J’insiste. Un jeune homme m’ouvre. 
“Bonjour, je fais un tour de France avec mon âne et recherche un terrain pour la nuit. Est-ce possible de m’installer dans le champ devant chez vous ?”
“Euh…oui… Je reviens” me répond-il avant de disparaître dans la maison. 
Quelques secondes plus tard, il revient et m’explique qu’il n’est que locataire mais qu’il va téléphoner à l’agriculteur pour lui demander si je peux y bivouaquer. Tandis qu’il téléphone, deux jeunes enfants sortent du jardin pour voir Marius. Ils sont suivis par une jeune femme qui tient une masse dans la main. Quel accueil !!

L’éleveur répond à Adrien que ce ne sera pas possible car son troupeau est sur cette parcelle. Il lui propose de m’emmener un peu plus loin, sur un terrain libre. Mais avant de m’y conduire, il me propose de boire un verre. Je décharge Marius dans le petit jardin clos et entame la discussion avec le couple. Adrien et son amie Julie me proposent après un petit moment, de m’installer ici et de m’emmener avec eux chez des amis qui préparent leur week-end au “Hellfest Festival”, un festival de rock métal. J’en avais entendu parler il y a quelques jours. Cet évènement rassemble plusieurs dizaines de milliers d’amateurs dans le petit village de Clisson. J’aurais adoré y débarquer avec Marius ! L’idée de nous retrouver au milieu des métalleux me plaît beaucoup ! Mais la commune où se déroule le “Hellfest” n’est pas sur ma route et il me faudrait repartir vers le nord.

Très chouette soirée avec Julie, Adrien et leurs amis !!

Pourtant, faire un selfie avec Marilyn Manson, pogoter au cœur de la foule ou déambuler au milieu des festivaliers, c’est tentant ! Je ris même tout seul en imaginant mon compagnon de route sauter depuis la scène et se laisser porter par la foule. Marius, premier âne slammeur ! La soirée passée avec les amis de Julie et Adrien me convainc presque de m’y rendre. Mais pas sûr qu’il nous sera facile de nous frayer un chemin parmi les 200 000 personnes attendues durant les trois jours que dure le festival. La nuit porte conseil, on verra demain quelle direction je prends !

Vous aimez suivre nos aventures ? Pour nous aider à les continuer et à vous les partager, vous pouvez faire un don et nous soutenir sur Tipeee.com ou acheter des goodies aux couleurs de Marius dans la boutique. Merci

Chouans et Vendéens – Sources : 
Guerre de Vendée et Chouannerie de 1815
Puystory
Les Chouans
La guerre de Vendée 

Tags : Loire-AtlantiqueTour de FranceVendée

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !