close
Marius Tour de France

Jour 717 / Un p’tit bout de Drôme Provençale en Bretagne !

Solenn et Gaëtan, nos deux hôtes, nous ont invités à prendre le petit déjeuner. L’occasion d’échanger sur leur projet. Elle est productrice de plantes et lui maraîcher. Après leur rencontre, ils ont créé, il y a un peu plus d’un an, une petite exploitation à taille humaine : “Chemins de Traverse”. Un nom qui me parle ! Ils cultivent et transforment, “dans le plus grand respect de l’Homme et de la Terre”, des légumes et des plantes aromatiques et médicinales . En fait, Solenn a fait une formation en production de plantes à parfum aromatiques et médicinales il y a quelques années à Nyons (Drôme) dans le centre où j’ai passé un BPERA en apiculture ! Le monde est petit !

Mais se lancer n’a pas été simple pour le couple, qui a acheté une petite cabane sur un terrain d’un ha en friche depuis 20 ans ! Il lui a fallu arracher les ronces qui envahissaient une grande partie de leur parcelle sur plus d’1,3 m de hauteur et enlever, à la main, des milliers de morceaux de plastique, restes d’une ferme conventionnelle. Des heures, des semaines et des mois pour faire de cette terre, un endroit idéal où cultiver des légumes et des plantes afin de les transformer et inventer des produits de grande qualité :  gelées, pestos, tartinades ou encore eaux florales, hydrolats et huiles essentielles…

Voilà un changement de vie, un exemple qu’une autre voie est possible. Nous sommes très contents d’avoir partagé leur projet et leur expérience. Avant de partir, Gaëtan nous a fait visiter ses cultures et nous prenons pleinement conscience du travail qui a été fait ici. J’y ai découvert un petit coin de sud en Bretagne avec des plants de lavande vraie de la Drôme et des rosiers de Damas de L’Ardèche ! Étonnant ! Le couple a même planté des orties pour être certain qu’elles soient bios car en bordures de chemin ou dans les champs, elles peuvent être “polluées”. En revanche, certains produits sont élaborés à partir de plantes sauvages, comme les fleurs de sureau. C’est avec deux pots de gelée, une de rose et l’autre de lavande que nous repartons.

La tente démontée, les affaires rangées, Marius bâté, nous prenons la route. Il fait plutôt beau bien que le vent souffle beaucoup ! Une tempête est annoncée pour les prochains jours. Comme je le disais hier, nous avons 20 km à parcourir. Mais avant de prendre notre vitesse de croisière, nous nous arrêtons chez les voisins, ceux qui m’ont ouvert le pré pour Marius. Une de leurs filles m’offre trois petites étoiles que je glisse dans une petite poche de ma veste. Je les garderai précieusement tout au long du voyage.

Nous quittons donc Guengat et rejoignons rapidement la voie verte. Celle que j’avais quittée la veille ! Cette partie est très agréable et plus sauvage que celle empruntée hier. La piste, arborée de chênes et de châtaigniers, traverse en douceur la campagne. Nous y croisons pas mal de coureurs.

Après une heure de marche, je ne me sens pas très bien. Une crise d’hypoglycémie. Je grignote quelques cacahuètes que j’arrache des sacoches de Marius mais après en avoir mangé plusieurs poignées, j’ai toujours la fringale !! On s’arrête finalement déjeuner près de l’ancienne gare de Guengat. Diane et Jango sont pourtant tout frais ! Marius est libre sur cette partie de la voie verte très herbeuse, il broute tranquillement en esquivant les coureurs. Après quelques minutes, une jeune femme nous accoste… une joggeuse que nous avons croisée une demi-heure plus tôt et qui vient de reconnaître Diane ! Grosse surprise pour les deux amies qui ne s’étaient pas vues depuis plus de deux ans !

On discute un long moment puis arrive le compagnon de Charlène qui nous avait salués en passant sans lui aussi, reconnaître Diane ! Ils nous proposent de nous arrêter chez eux boire un café. Ils habitent à 6 ou 8 km de la voie verte et sont presque sur notre route. Il nous faudra faire juste un petit crochet. Les 20 km envisagés sont compromis mais peu importe. On profite des rencontres !

La route pour y arriver est interminable. Diane est obligée de tenir Jango en laisse à cause de la circulation automobile, aussi faible soit elle. Pour ne pas qu’il la tire à vouloir driver Marius, elle reste devant. Marius lui, traîne comme à chaque fois qu’il se trouve à l’arrière de la caravane. Pas facile d’être un meneur !!

Charlène et Jean sont les heureux propriétaires d’une maison qu’ils restaurent complètement. En attendant la fin des travaux, ils ont superbement aménagé une vieille grange en loft. Une partie sert d’atelier pro à Jean. Pendant que nous buvons un verre, Marius profite des spacieux paddocks que le couple a aménagés pour leurs chevaux. Je ne vais pas très bien. Décidément. Un mal de tête ne me lâche pas depuis la pause de midi. Il est de plus en plus fort et je crains qu’il ne tourne en migraine. “Arnold” n’y est pour rien. Je pense avoir mangé quelque chose qui n’est pas passé à midi. J’ai des nausées.

Finalement, Jean et Charlène nous proposent gentiment de passer la soirée ici. Tandis que Diane et Charlène vont chercher la voiture de Diane laissée à Guengat et visiter Locronan, que Jean retourne sur le chantier de sa maison brouetter du béton, moi je m’allonge sur le canapé. Dehors le temps alterne en éclaircies et grosses averses !

Je me réveille 2 heures plus tard, en meilleure forme. Assez bonne forme en tout cas pour passer une très belle soirée au cours de laquelle sont évoqués les souvenirs du couple et de Diane ainsi que les anecdotes du voyage. Nous avons aussi parlé de l’agriculture et de l’élevage local et notamment de la traçabilité de la viande qui laisserait à désirer dans les abattoirs de la région. Selon nos hôtes, plusieurs éleveurs se seraient plaints de ne pas retrouver la qualité de viande qu’ils escomptaient avant l’abattage… Y aurait-il échanges de carcasses ? Bizarre… Il me semble qu’avec tout l’arsenal imposé aux éleveurs pour bien identifier la viande, il est difficile de passer à travers les mailles du filet… A moins que…

Vous aimez suivre nos aventures ? Pour nous aider à les continuer et à vous les partager, vous pouvez faire un don et nous soutenir sur Tipeee.com ou acheter des goodies aux couleurs de Marius dans la boutique. Merci. 

Tags : BreizhBretagneFinistèreTour de France

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons

En ce moment dans la Boutique de Marius, découvrez notre Pack Goodies "Fin de Voyage". Ignorer

Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !