close
Marius Tour de FranceMTF #Côtes d'Armor

Jour 537 / Ces choix jugés par nos familles

[Mercredi 6 septembre]

Je suis resté trois jours chez Sandrine et Denis. Trois jours de pause que j’ai beaucoup appréciés et au cours desquels j’ai bien pu me reposer au sec ! Il a en effet beaucoup plu sur le plateau. La petite famille qui m’accueille est dans la région depuis plus de trois ans. Elle a quitté les Vosges pour s’installer en Bretagne suite à une mutation de Denis qui bosse au conseil départemental. Ils ont trouvé une chouette maison dans un petit hameau. Maison qui fut jadis le café du bourg. Bon, ils ont déjà fait beaucoup de travaux et il en reste beaucoup encore mais cette vieille habitation en granit a beaucoup de cachet.

Tiens justement, de « maison » il a été notamment question durant mon séjour chez eux, Denis m’a montré le documentaire « Un monde pour soi » qui nous fait nous interroger sur les modes d’habiter nos campagnes et nous interpelle sur les façons de pratiquer l’urbanisme en milieu rural et les évolutions qu’ont subi ces territoires. A travers l’urbanisme, ce sont également les notions de cadre de vie, de paysage, de vie en société qui sont évoquées dans ce doc qui a déjà 6 ou 7 ans. « Le monde ancien est mort et le nouveau peine à émerger de ces maisons qui poussent les unes à côté des autres en se tournant le dos. Un jour, il n’y aura plus rien à bétonner, et chacun vivra dans sa parcelle, sans un regard pour le monde qui répétera à l’infini la même forme modélisée. » commente le réalisateur Yann Sinic. L’acquisition de cette maison de village était bien évidemment une évidence pour cette famille qui m’accueille. Pas question pour eux de construire sur des terres cultivables au risque de susciter l’incompréhension au sein de la famille !

AAAAAh la famille !!! Son regard sur nos choix de vie, son incompréhension face à nos actes ou nos décisions,… Éclairés par une lampe torche, nous avons beaucoup parlé de ça, en attendant que Suapo, le chien adopté par la famille, veuille bien déposer sa grosse commission avant d’aller se coucher. Ces balades nocturnes ont été en effet l’occasion de moments privilégiés pour Denis et moi. Nous avons parlé du voyage et de ses rencontres mais nous nous sommes aussi confiés sur nos vies, sur le fait qu’il soit parfois difficile de vivre pleinement ses rêves ou ses envies en faisant abstraction du regard et du jugement de nos proches, mélanges de peurs, d’incompréhensions, de frustrations, de jalousies, d’envies, … Mais finalement juger n’est ce pas porter un jugement sur soi ? En ce qui me concerne j’ai fait fi du regard ou de l’opinion des miens. Mon départ pour ce voyage n’a pas toujours été bien perçu ni compris. Pourtant se sentir soutenu, encouragé et suivi par sa famille, fait tellement de bien…
Entre deux averses nous avons été marché sur la plage des Rosaires. J’y ai trouvé des coquillages que je vais apporter à mon fils mais aussi des coquilles Saint Jacques de couleur grise. Je n’en avais jamais vu. Elles sont très belles. J’en ai déjà une dans mon sac que m’a donnée Gilbert lorsque nous sommes passés chez lui en Alsace, mais peut-être que je pourrais en mettre une sur le bât de Marius avant de descendre pour Compostelle.

Les temps ont changé… à l’origine du pèlerinage vers Saint-Jacques (Xe et XIe), le pèlerin devait lui-même ramasser une coquille de pectens sur les plages et l’attachait sur son manteau ou sur son chapeau. Il la rapportait comme témoignage de son voyage, d’où le nom de coquilles Saint-Jacques donné par la suite à ces mollusques. Aujourd’hui, les pèlerins la portent dès le départ pour signifier qu’ils vont à Compostelle.

Durant mon séjour, Denis m’a parlé des Monts d’Arrée mais aussi de bien d’autres lieux à visiter en Bretagne comme la Vallée de Saints, une « île de Pâques » bretonne qui regroupera à terme 1000 statues monumentales de 4 mètres de haut représentant les Saints Bretons. Denis m’a prêté un livre sur ce lieu situé sur la colline de Quenequillec dans la commune de Carnoët. Ce lieu a l’air magique ! Il faut que j’y aille comme j’ai envie de me rendre à Carnac célèbre pour ses alignements de 2 934 menhirs ou encore Coray et Scaër où l’on trouve la staurotide, une pierre aux formes étranges, très rare dans le monde mais que l’on trouve en abondance dans le Finistère. Couramment appelée « pierre de croix », « croisette de Bretagne » ou « pierre de Coadry », il s’agit d’une curieuse roche métamorphique aux formes géométriques à laquelle on prête de nombreuses propriétés magiques. On la trouve sous forme de crucifix (croix de Saint-André ou croix grecque), d’un cercueil (rappelant le tombeau du Christ) ou d’un clou (avec la macle qui dépasse). La plus rare étant la staurotide triple, dite « moulin à vent ». Du fait de sa forme mystérieuse voire mystique, cet étrange caillou fait depuis toujours l’objet de croyances populaires et de nombreuses superstitions en Bretagne. D’après une légende irlandaise très christianisée, les staurotides auraient été formées par les pleurs des fées quand elles apprirent la mort du Christ. On peut également lire que les staurotides seraient des fragments de météorites signées d’une croix pour nous rappeler que la terre et les hommes ont été créés par une entité supérieure…

Avant mon départ, la petite famille m’a offert le Guide du Conservatoire du Littoral « Bretagne, promenades écologiques et littéraires », un ouvrage qui emmène le lecteur à la découverte des sites « chargées de sel et de vent ». Denis, dont j’ignorais les talents de dessinateur bien qu’il soit architecte, m’a offert une jolie aquarelle qu’il a faite de Marius discrètement dans le jardin ! J’ai été très touché par leurs cadeaux mais aussi par l’accueil chaleureux. Ce fut encore une belle rencontre que je n’oublierai pas et que je garderai au fond de moi… C’était aussi un moment de fête pour les enfants qui ont adoré avoir un âne dans le jardin !

Je repars donc ce matin mais avec beaucoup de mal. Il est d’ailleurs midi lorsque je quitte mes hôtes. Je prends une dernière photo et dis au-revoir à Sandrine et aux enfants. Denis est au travail. Je ne le reverrai pas…

Je quitte Saint-Eloi où se déroulait autrefois un pardon aux chevaux, une forme de pèlerinage où se déroule une messe et une procession. Les Bretons font appel à bon nombre de saints liés au cheval lors de ces célébrations qui mêlent traditions sacrées et profanes : Éloi (contre les maladies), Gildas (fécondité), Hervé, Nicodème, Herbot, Cornély, Vincent… Salomon de Bretagne (857-874) est considéré comme un saint protecteur des cavaliers, statut qu’il a certainement obtenu grâce à son rôle militaire dans la cavalerie de Bretagne. Saint Théleau est invoqué pour obtenir la victoire militaire avec la cavalerie. Ca me rappelle que la caravane avait été bénie devant la Cathédrale de Strasbourg octobre 2016 par l’Archiprêtre. C’était un mois avant la mort de Kali…

Le chemin me conduit sous un magnifique viaduc, ancien vestige de la voie de chemin de fer, serpente au bord du ruisseau du Parfond de Gouët. L’endroit est magnifique. Je remonte la vallée façonnée par le cours d’eau puis marche quelques kilomètres sur de petites routes pour retrouver le sentier équestre qui s’échoue sur la Pointe de Bréhin. Le beau temps m’offre un très beau panorama. Devant moi, l’entrée du port de Binic. Derrière, un promontoire rocheux d’où les femmes de la Ville Louais saluaient une dernière fois leurs maris partant pour la grande pêche.

Le sentier remonte ensuite assez fort. J’y croise des joggers fluos ! Ils sont silencieux mais ont l’avantage d’être vus ! A nouveau sur le plateau, je traverse un hameau. Dans la rue principale, je rencontre plusieurs retraités qui m’interpellent et me questionnent sur ce que je fais. Et moi de répondre sans hésitation : « Je fais un tour de France et je cherche un terrain pour me poser ». « Chez moi » me lance une dame en me montrant l’entrée de son jardin. Je lui demande si on peut aller voir de peur d’y trouver des plantes toxiques. Après avoir fait le tour du jardin et constaté qu’il n’y avait rien de dangereux pour Marius, j’accepte la proposition. Le terrain est clos mais j’attache Marius à sa longue longe car il y a un potager.

Tags : BretagneCôtes d'ArmorSaint BrieucSaint EloiStaurotideTour de France

Un commentaire

  1. Sympas les gens en Bretagne… Tu vois, y’en a plus que des grincheux comme tu en as rencontré. Super tes petits cailloux extraordinaires ! Bises

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !