close

[Lundi 28 août 2017]

C’est avec un Marius à l’entrée de la tente que nous nous réveillons. De quoi ravir Florence qui s’est laissée bercer par les crounch-crounch de Marius lorsqu’il broutait durant la nuit.
Ce matin, c’est petit dej’ de céréales. À vrai dire, depuis que je suis seul, mes repas sont plutôt aléatoires ! Pendant ce temps, j’ai laissé mon compagnon libre dans le champ pour qu’il puisse lui aussi, prendre son p’tit dej’ avant la route!

Direction Erquy ce matin, un autre site naturel protégé. Son grand plateau rocheux et ses falaises de grès rose dominent la mer à près de 60 m de haut. La pointe Est et le littoral du cap d’Erquy sont recouverts de landes (la Garenne) parsemées de tourbières et de pinèdes dont les couleurs varient en fonction des saisons. Des vallons permettent de descendre à de nombreuses plages cernées de massifs dunaires. Le Cap, qui abrite 326 espèces végétales dont 55 d’intérêt patrimonial, offre également un large panorama sur la baie de St Brieuc, dont on peut apercevoir la côte par temps clair. Cependant, nous n’irons pas jusque là-bas. Longer la côte prend trop de temps.

Nous contournons donc Erquy pour éviter le centre-ville et marchons parallèlement à la plage que l’on aperçoit par moment. Nous alternons petite routes, chemins et sentiers pour entrer dans Pléneuf-Val-André, une station balnéaire familiale, située sur la côte Est de la baie de Saint-Brieuc, dite « Côte de Penthièvre ». Si elle apprécie les paysages, Florence trouve un peu monotone la longueur de certains chemins trop droits et trop plats à son goût. Elle est plutôt habituée aux reliefs montagneux du Grésivaudan et de la Chartreuse.

Marcher avec un âne, elle connait : elle en a 5. Mais marcher avec Marius c’est pour elle « plus beau et rigolo » : « Je perçois cette complicité de ce grandes oreilles avec Steph. Les deux compères se connaissent très bien et Marius semble lui faire des blagues pour le faire râler et ça fonctionne ! S’arrêter tous les mètres renifler les crottins trouvés en chemin! Ne pas en rater un est la devise de Marius ce qui énerve Stéphane et Marius qui comprend très bien qu’il doit avancer, semble se complaire à s’arrêter et renifler. »

Au fil des kilomètres, on commence à se lâcher. Les vannes fusent ! On rigole beaucoup Florence et moi. On a le même humour et tout est même sujet à rire… Même quand on se trompe de chemin ! Ou presque…

L’un des plus beaux coins de la journée ? Sans doute au bord de La Flora, un cours d’eau qui se jette dans la Baie de Saint-Brieuc, à Dahouët. Le coin est superbe, humide et ombragé ! L’occasion pour Marius de devoir traverser une rivière ! Y’avait longtemps !! Il ne faut pas perdre les mauvaises habitudes ! Exerciiiiices !

Il est 19 heures lorsque nous arrivons à Planguenoual chez Corinne et Jean-Marc, responsables de la Cidrerie de la Baie mais pas que ! Le couple propose également des balades en ânes avec leur structure Korrig’âne. Nous sommes ravis car nous aimons rencontrer d’autres âniers et Florence plus particulièrement puisqu’elle propose, chez elle, des activités autour des ânes.
Mais à notre arrivée, Corinne et Jean-Marc s’apprêtent à aller à la plage. Ils sont à 2 km seulement de la mer, sur la côte de Penthièvre. Avant de partir, on échange quelques mots. Ils nous montrent où planter la tente et où se trouvent les sanitaires puis s’en vont. « Drôle d’endroit pour une brève rencontre ! ». Mais chouette, ce soir on va prendre une bonne douche et nous allons trinquer avec le cidre que nos hôtes nous ont rapporté à leur retour de la plage ! Santé !

Après-demain, Florence doit prendre le train à Saint-Brieuc pour rentrer chez elle. On réfléchit à ce qui serait le mieux : partir pour avancer ou rester pour qu’elle puisse prendre un bus qui la conduirait à la gare. Après moult réflexions, c’est finalement la seconde option que nous choisissons. Ce sera moins risqué ! On espère que nous pourrons faire plus ample connaissance avec nos hôtes qui semblent très occupés… La saison n’est pas encore terminée pour eux !

[Jeudi 31 Août 2017]

Je suis finalement resté trois jours chez Corinne et Jean-Marc que j’ai appris à connaître et à apprécier. Le couple a repris la cidrerie en 2005. Lui était ingénieur informaticien après une maîtrise d’océanographie, elle ingénieur dans les techniques agricoles avec un master d’éco-conseiller. C’est l’envie de changer d’air et de vivre autrement, qui les a poussés vers une reconversion professionnelle avant de s’installer en Bretagne. Lorsqu’ils se sont mis en quête de leur nouvelle voie, ils n’avaient pas idée qu’elle les mènerait à Planguenoual. Mais la visite de la cidrerie alors en vente et la présence d’un âne ont suffit à les décider. Après un stage de pré-installation pour Corinne et une formation d’arboriculteur et de fabrication du cidre pour Jean-Marc, l’aventure a commencé ! Toutefois, ils ont mis un point d’honneur à conserver une certaine qualité de vie. L’essentiel pour eux n’étant pas gagner beaucoup d’argent mais de gagner suffisamment pour vivre, faire tourner l’exploitation et créer des emplois pour permettre à des jeunes de se réaliser.

Ils ont ainsi petit à petit développé l’exploitation en agriculture biologique. Corinne et Jean-Marc cultivent aujourd’hui plus de 2,5 ha de verger de pomme à cidre. Une partie de la production est pressée sur place tandis que le surplus de la récolte est revendu à un fabricant de cidre. La Cidrerie de la Baie produit du cidre et du cidre pomme-poire mais également du poiré, du jus de pomme, des gelées, du confit de cidre, des compotes, de l’apéritif au cidre, un apéritif à base d’épine noire, de l’eau de vie et des pommes séchées.

Adhérents de l’association « Ânes et Randonnées« , Corinne et Jean-Marc ont également mis en place une ferme pédagogique et ont créé des animations autour de l’âne et du verger. Ils proposent aussi des balades à la journée au pas de l’âne ou des randonnées de plusieurs jours pour découvrir une partie de la côte bretonne. Comme elle l’espérait, Florence a pu échanger avec Corinne sur son organisation, les anecdotes, le matériel utilisé, tout en dégustant des crêpes, des confitures maison et des cidres divers tous aussi bons les uns que les autres ! Un vrai régal. On apprécie ce moment convivial offert par nos hôtes qui nous parlent avec passion de leur travail avec les ânes, leurs vergers, la cidrerie, leur envie aussi de produire moins, … Flo a retrouvé des similitudes avec son association lorsqu’ils racontent leurs expériences avec leurs longues z’oreilles ! Quant à moi, j’ai raconté mon voyage… Un chouette moment qui s’est poursuivi le soir autour d’un thé.

J’ai oublié de vous dire, c’est Nadège Lemeur, la potière de Plévenon Cap-Fréhel qui a fabriqué les bolées avec lesquelles on boit le cidre ! C’est elle qui m’avait d’ailleurs conseillé de m’arrêter ici en précisant de la saluer de sa part. C’est fait ! Me voilà donc colporteur entre mes différentes rencontres. Ici c’est un bonjour, ailleurs j’amène des idées glanées au fil de mes pérégrinations, ailleurs encore c’est un livre que je donne,… Je suis loin de l’idée que je me faisais de mon voyage. C’est sans doute dû à sa durée mais aussi aux liens qui se nouent avec mes rencontres, mes hôtes.

Le public est accueilli dans une grande salle avec entre autres décors, le matériel de bât de leurs ânes!

Flânerie, lecture, petites visites aux belles ânesses de Corinne qui semblaient apprécier d’avoir Marius à côté, mais aussi écriture du blog… ponctuèrent ces quelques jours de pause. Corinne m’a également permis de découvrir les secrets de la fabrication du cidre et du jus de pomme biologique en m’invitant à participer à une visite guidée dans le verger et la cidrerie. C’était très gentil de sa part, d’autant que j’étais curieux de connaître les différentes étapes du processus d’élaboration !

Florence elle, est partie hier comme prévu rejoindre ses montagnes et sa famille. Et c’est finalement Jean-Marc qui l’a conduite à la gare de Lamballe.

La saison estivale se termine pour le petit camping à la ferme tandis que les réservations pour des randonnées avec des ânes se font plus rares, rentrée des classes oblige ! Jean-Marc va pouvoir se consacrer à la récolte des pommes qui devrait commercer dans quelques semaines. Une récolte plus précoce cette année à cause des températures anormalement élevées. D’ailleurs, les Côtes d’Armor comme l’Ille et Vilaine et le Morbihan sont trois départements touchés par la sécheresse depuis le mois de mai !! Qui l’eût cru ! Si même la Bretagne n’est pas fidèle à sa réputation !!! En tout cas, il pleut pendant mon temps de pause. L’automne semble avoir pris un peu d’avance. Le froid est également tombé. Pour sa dernière nuit, j’ai d’ailleurs laissé mon drap de soie à Florence qui n’a pas un duvet très chaud contrairement à moi.

Demain on reprend la route. Nous ne sommes plus qu’à quelques kilomètres de Saint-Brieuc. J’envisageais de traverser la baie mais une amie de Claire et Diane, les deux cavalières qui font un tour de France à cheval, me l’a déconseillé car le coefficient de marée n’est pas assez important. La marée, est un paramètre que je ne connais pas et surtout que je ne maîtrise pas. Il faut absolument se renseigner avant de traverser un endroit qui peut vite se retrouver englouti par la mer.

Tags : BretagneCidrerie de la BaieCôtes d'ArmorErkyKorrig'ânePlanguenoualSaint Brieuc

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !