close
Marius Tour de FranceMTF #Ille et Vilaine

Jour 518 / Votre téléphone est cassé? Le Chemin vous en trouve un !

J’ai très mal dormi. Trop inquiet pour Marius. A écouter ou surveiller très régulièrement s’il va bien et s’il ne mange rien de toxique… Ce matin c’est dur ! Rien de tel qu’une bonne douche chaude pour aider bien se réveiller ! Vive le camping !

Après un café, on repart pour de nouvelles aventures ! Le sentier pour atteindre Vivier-sur-Mer est plus diversifié que la veille. Non pas qu’il était « moche », je dirais plutôt « monotomne » car rectiligne. Sur cette portion, le GR 34 alterne entre herbus, plages et intérieur des terres. En fait, le sentier des douaniers fait le tour de la Bretagne soit près de 1500 km de côtes. Il s’étale entre Saint-Nazaire, en Loire Atlantique et le Mont-Saint-Michel, dans la Manche. Appelé aussi sentier du littoral, il fut sillonné nuit et jour, dès 1791 et pendant plus d’un siècle, par les douaniers qui traquaient les contrebandiers en provenance d’Angleterre. Car après la Révolution, des frais de douane était prélevés sur les marchandises qui entraient en France, pour freiner l’importation de produits anglais (interdits après la Révolution) et hollandais. Le but était de permettre à la France d’importer moins et d’exporter davantage. Les douaniers devaient également surveiller les épaves. Tout bateau qui s’échouait sur les côtes devenait automatiquement propriété de l’État. C’est donc en partie sur leurs pas que nous foulons les nôtres. Mais le GR34 n’est pas toujours praticable avec un équidé. Il peut même s’avérer parfois dangereux. C’est en partie pour cette raison que j’ai fait le choix de le quitter mais aussi parce qu’il nous est plus difficile de trouver un bivouac.

Le chemin est très venteux ce matin. La mer est toujours à droite et le Mont Saint Michel que l’on aperçoit toujours au loin, est toujours dans notre dos…Après un kilomètre sur la plage, nous nous retrouvons sur une petite route qui passe devant trois beaux moulins du XIXème siècle, puis devant le port mytilicole de Vivier sur mer où des visites des bouchots, ces piquets planter en ligne pour récolter les moules, sont organisées. Grâce à cette technique, la baie du Mont produit chaque année sur 271 km entre 10 000 à 12 000 tonnes de moules.

Christelle aurait bien aimé mangé des huîtres plates, un délice au gout d’amande, mais ce n’est pas la saison. Elle trouve néanmoins des producteurs de légumes pour nous ravitailler. Et pendant qu’elle va en acheter, je me bats avec mon téléphone qui est en train de rendre l’âme depuis quelques jours. C’est alors que je rencontre une famille d’Avignon en vacances en Bretagne. Ils me posent plein de questions sur le voyage et souhaite m’inviter à déjeuner. Je décline car nous avons manger il y a moins d’heure sur une plage. Comme ils insistent gentiment, je leur propose de me rendre service en me conduisant à Cancale ou Saint Malo, deux villes proches, pour acheter un téléphone. Christelle garderait Marius le temps de la course. C’est alors que la mère de famille se souvient qu’elle a un mobile dans son sac. « C’est l’ancien portable de ma fille. Elle a eu le Bac avec mention alors on lui a offert un nouveau téléphone » me dit-elle. Ce que confirme la jeune bachelière. Je refuse d’abord. Je ne peux pas accepter un tel cadeau. Ils insistent. Wouaw… Le chemin ne cessera jamais de me surprendre. Quelques manipulations seront nécessaires pour débloquer l’appareil et le faire fonctionner avec ma carte Sim. Je suis très touché par ce geste. Mais pour cette famille c’est naturel de s’entraider. Je n’en reviens pas. Christelle de retour avec le plein de fruits et légumes, nous retrouve tous très ému et se réjouit de cet élan de générosité. C’est un moment fort que nous vivons là, empli de gratitude, les yeux brillants. Pendant ce temps, Marius va se faire cajoler par un groupe de trois étudiantes allemandes en chemin elles aussi pour l’été et boulotte quelques fruits. Toutes ces émotions, cela lui donne faim !

Après les embrassades, nous nous souhaitons le meilleur et nous reprenons la route direction Vildé-la-Marine, dernière étape avant de quitter la côte. Le bord de mer est bordé de jolies maisons de pierres et jardins luxuriants. On aperçoit la côte d’Emeraude, nom donné par Eugène Herpin, un historien local, en raison de la couleur vert émeraude de la mer à certains moments. On tente une approche en bordure de plage mais le vent souffle fort et Marius n’est pas très à l’aise sur le sable et les coquillages concassés. Le bruit d’une voile lui fait peur. Après un grand bol d’air iodé et sablé, on se remet en route. Après avoir longé le village de Vildé côté mer, on s’engouffre dans une ruelle pour quitter l’immensité de la baie du Mont Saint Michel et trouver un terrain. On s’est mis d’accord la veille avec Christelle pour s’y prendre plus tôt et profiter ainsi du bivouac du soir et ne pas se retrouver sous tension à chercher un terrain trop tardivement, les jambes fatigués et le ventre vide. On demande à plusieurs riverains qui nous conseillent un champ dans un cul-de-sac. L’endroit n’est pas top pour un bivouac mais au vu du peu de pâtures disponibles, on s’en contentera.

L’endroit est venteux et bruyant car à proximité de la route et d’un hangar. Le vent s’engouffre dans la tôle et produit une musique lugubre digne d’un polar. On en plaisante. Il y a bien un terrain clos mais le propriétaire n’habiterait pas ici. Après avoir été cherché de l’eau je réfléchis où poser le camp le mieux possible. Des arbustes nous permettent de nous protéger des rafales de vent et d’attacher Marius pour la nuit. Pour l’instant, ses papilles gustatives l’attire vers un champ de blé fraîchement coupé. Je finis par l’attacher pour éviter qu’il ne se gave d’épis non ramassés, mais un peu trop près de la tente ! Christelle se réveillera en sursaut dans la nuit, l’ombre chinoise de Marius impressionnante. Ce n’est pas la luminosité de la lune, mais l’éclairage 24H/24H de la station service au loin qui se réverbère sur la tente…

Tags : BretagneCancaleCôte d'EmeraudeIlle et VilaineMont Saint MichelSaint-MaloTour de France

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !