close
AisneMarius Tour de France

Jour 384 / De chaleureuses retrouvailles…

Après un dernier petit déjeuner tous ensemble, Hélène part travailler à son cabinet. C’est Alice sa soeur, qui nous ouvrira le portail. Encore une fois, c’est un peu difficile de nous dire au revoir, mais nous nous reverrons, c’est sûr ! En nous préparant, je suis un peu inquiète au matin car l’antérieur droit de Symphonie, celui qui pousse un peu de travers et en pince, est plus chaud que les autres. Il a commencé à pousser comme ça pendant la pause hivernale, où j’ai moins touché ses pieds. Depuis la reprise, de parages en parages, cela se rectifie un peu mais j’ai l’impression que son côté droit est en train de compenser. La séance d’ostéo sera bienvenue lors de notre grande pause à Chantilly, il faut qu’on organise ça.
Départ de Vivière à 11h, en direction de la forêt. Le chemin que nous avons choisi est bientôt bloqué en lisière par des fils électriques, probablement un agriculteur qui protège ses cultures. Nous repérons assez rapidement, de l’autre côté du champ, des banderoles de chantier rouges et blanches en plastique, qui elles ne sont pas électrifiées. Nous longeons donc la culture dans une bande herbeuse est empruntons un autre chemin qui devrait rejoindre le premier plus loin, par une piste. Nous voyons aussi, comme parfois, avec tristesse, une carcasse de voiture incendiée et laissée au bord du chemin, et plus loin un gros tas d’ordure déversé d’une benne à même la forêt. Finalement, tout est biodégradable, ce n’est qu’une question de temps!!!
Nous traversons la forêt par une très longue ligne droite et vallonnée, c’est très joli. Par contre, il y a des pousses d’érables sycomores partout. Il faut dire que notre œil s’est habitué à les repérer et dans certaines zones, la forêt en est tapissée. Ça craint un peu quand même… Nous avons plusieurs échanges téléphoniques avec Isabelle, qui nous avait accueillis à Wissembourg, en Alsace en octobre dernier. Elle et ses trois enfants sont allé fêter les 14 ans de l’ainée à Disneyland et sur le chemin du retour, ils ont décidé de faire un crochet pour passer nous voir. Nous essayons de convenir d’un rendez-vous mais le réseau est très mauvais et il est difficile de se parler.
Par SMS, nous arrivons tout de même à convenir de nous retrouver à Largny-sur-Automne. Nous devons d’abord traverser le village de Haramont. Ici, alors que nous passons devant un parc où un petit cheval broute tranquillement, Symphonie me fait son cirque : elle fait mine d’avoir peur, m’arrache la longe alors que je tente un téléphone avec Isabelle, et trotte 20 mètres plus loin. Je n’arrive pas à comprendre sa crainte des chevaux même tranquilles, alors que les mules sont plutôt en général attirée par eux. Je me fâche un peu, rattrape Symphonie et l’oblige à revenir face à l’enclos et à rester calme. Je pensais devoir batailler un peu, mais elle obtempère en mâchouillant, c’est la première fois!! Elle reste vraiment calme et posée sans bouger, et je la félicite. Du coup, en fin de matinée, elle remarche devant!!!! Tout bien.
A Largny, nous tournons un peu pour trouver un endroit sécurisé où se poser en attendant nos amis, pour que nous puissions pique-niquer ensemble. Nous trouvons un petit parc communal partiellement clôturé qui sera parfait. Isabelle Raphaela, Nathanael et Gabriel nous rejoignent vers 13h30, après avoir été un peu promenés par leur GPS. Quel plaisir de se retrouver, de partager de bons souvenirs et les nouvelles arrivées depuis. Nos amis ont amené une succulente tarte aux pommes, que nous dégustons au soleil. Miam, merci!
À 15h45, il nous faut reprendre la route, et Isabelle et les enfants décident de nous emboiter le pas sur quelques kilomètres. Nous savourons ce moment, en laissant les jeunes guider les mulânes. Après une heure de marche, nos chers visiteurs doivent s’en retourner a leur voiture, et nous nous faisons des signes de la main encore longtemps sur le chemin. Nous suivons le GR, passons par le Petit Vez dans une très jolie vallée, et décidons de nous arrêter à Vaumoise pour la nuit. Les habitants nous dirigent au fond d’une route, vers les étangs , où il y a des pâtures semble-t-il. Après un kilomètre, lorsque nous arrivons aux étangs de Vaumoise, un super accueil nous est réservé par Jean Michel, qui gère ce lieu de pêche. Il nous dit que nous pouvons nous installer où nous voulons et que nous risquons juste de recevoir la visite de deux poneys qui vivent en liberté, leur propriétaire n’ayant jamais voulu les enfermer dans un parc.
Après avoir complété un enclos avec abri pour Marius et Symphonie, qui ont de quoi manger, Jean-Michel nous offre une bière, du pain, et nous invite à venir boire le café demain. Nous discutons un bon moment, avant de le laisser rentrer chez lui. L’endroit est splendide et nous l’indiquons à Hélène et Alice qui veulent venir nous voir. Nous installons le camps, mangeons un morceau en admirant les oies sauvages qui s’ébattent sur un des étangs. 
 Les mulânes nous appellent devant l’entrée: ils ne semblent pas contents de leur parc qui doit sentir le poney! Malheureusement, ils devront s’en contenter, et finissent par aller brouter tranquillement. lorsqu’Hélène et Alice arrivent, nous tendons une bâche sur le sol et papotons jusqu’à la tombée de la nuit avec grand plaisir. La proximité des étangs fait qu’avec le soir qui tombe, viennent aussi l’humidité et le froid. Brrr, nous embrassons nos amies et filons sous la tente.
Tags : AisneHaramontLargny-sur-AutomneLes étangs de VaumoiseVaumoiseVivière

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !