close
Marius Tour de France

Réflexions de voyage : Notre première année de nomadisme !

Joyeux anniversaire !!!!
Et oui, ce 23 mars 2017, nous fêtons nos 1 an de voyage, de marche sur tout terrain, de rencontres, de découvertes, de changement de ciels, de variation de lumières, de métamorphose de paysages, de froid, de chaud, de neige, de pluie et de vent, de fatigues physiques et morales diverses​ et variées, rattrapées par un instant magique qui transcende tout, de journées, soirées et nuits partagées avec nos animaux, dans les moments difficiles ou délicieux… Un an d’itinérance, c’est pas rien. L’occasion de nous rappeler que le temps est élastique, qu’il s’étire ou se rétracte, se déverse dans un cycle éternel qui parfois nous semble ralenti, parfois file entre nos doigts. On se rappelle du premier jour au départ de Buis les Baronnies, incroyable, du premier bivouac, le plus galère, entre la tente qui volait, le réchaud qui ne voulait pas brûler, les deux chiennes qui se battaient à proximité des sacoches, sous une bâche que nous désespérions de faire tenir sur ce terrain communal sans arbres, en partie goudronné, avec à peine de la place pour les deux mul’ânes….


« Stéphane connaissait le refrain, moi je sautais dans l’aventure de plain pied, sans filet, et je me prenais toute cette immensité en pleine figure. Autant dire que nous en avons fait, du chemin, et que j’ai appris à lâcher prise et à me détendre, à faire confiance, à cesser de vouloir tout contrôler. En une année, notre équipe s’est formée, appréhendée, tout le monde a appris à se connaître, à se faire confiance et à se positionner dans le groupe. Elle s’est adaptée à la mort de Kali, qui nous a quitté le 11 novembre 2016, pour que le voyage continue. Elle s’adapte encore à l’absence de Bayah, qui se la coule douce chez Brigitte en attendant que les nuits soient plus clémentes. Ce qui était pour moi un ouragan de nouveautés et de surprises, d’apprentissages sur le vif, est devenu une routine qui me permet d’apprécier le voyage. D’un coup d’œil nous embrassons une situation. Ce qui m’angoissait d’avance il y a une année, devient « l’occasion d’un bon exercice » aujourd’hui.

Nous sommes parfois fatigués, bien sûr. Il faut tenir le coup sur la longueur. Pour les kilomètres mais aussi l’observation quotidienne des animaux, pour être sûrs que ça va pour tout le monde. Veiller à prendre soin du matos, de notre récupération, de la tenue du blog, des vidéos. La vie en bivouac ne nous laisse pas beaucoup de temps pour nous bichonner, heureusement que nous pouvons de temps en temps compter sur vos bons soins, vous qui nous suivez et nous proposez de passer chez vous, vous qui nous rencontrez au bord de la route et nous ouvrez vos bras, votre cœur ou votre porte. Cela nous aide à avancer et à avoir confiance, quoi qu’il arrive. « 

Que dire de plus ! Céline a déjà dit beaucoup sur ce voyage. Certes j’avais l’expérience du chemin mais celui-ci est tellement différent de ce que j’ai connu lors de mes précédents périples avec Marius ! D’abord, parce que nous avons du temps, le voyage n’est plus borné par un début et une fin fixés par des congés de quelques semaines. S’il faudra bien un jour rentrer, le temps, pour l’instant, n’a que peu de prise sur l’itinérance. Notre avancée est d’abord régie par la météo, les dénivelés, la forme de notre joyeuse troupe, par nos rencontres ou encore nos besoins de base : dormir, manger, marcher…


Jamais je n’ai eu un tel sentiment de liberté. On a bien sûr des contraintes, la liberté n’est qu’une illusion. Mais ce sont des contraintes fournies dans le sac-à-dos du voyageur. Marcher avec deux mul’ânes n’est pas toujours simple : il nous faut trouver tous les soirs une pâture, choisir les bons chemins, on ne peut pas s’arrêter n’importe où et impossible de garer son équidé devant un musée pour aller le visiter ! On ne part pas avec un âne comme on partirait avec un vélo… encore qu’il soit plus difficile à voler !

Ce voyage est aussi différent de part la tournure et la profondeur que prennent nos relations avec les gens. Durant cette année, le chemin a été riche en rencontres ! Vous en faites peut-être partie si vous lisez cet article. Mais au-delà de ces soirées passées, de ces expériences et ces philosophies de vie échangées, nous avons compris que nous faisions rêver les gens. « Vous nous montrez qu’une autre voie est possible » nous confiait un agriculteur de 92 ans. Pas après pas, nous sommes passés du statut de nomades à celui de colpolteurs d’espoirs. Semant des graines partout où elle passe, notre caravane est ici ou là, gratifiée du nom d' »utopiste ».  « Elle porte un message de liberté qui a réveillé en nous des rêves enfouis. Elle encourage à vivre la beauté. Elle avance solide au pas des animaux. Elle est un cadeau, le cadeau dans une existence… (…) » nous écrit une famille d’Alsace qui nous remercie  de leur avoir « permis de vivre cette aventure, au fond, tant désirée… ».

Notre passage semble particulièrement inspirant pour les personnes qui viennent marcher avec nous, ne serait-ce qu’une journée. « La petite graine aura été semée quelque part dans un coin de nos têtes » nous adresse un jeune couple d’étudiants qui nous a emboîté le pas spontanément quelques heures avant de rentrer en stop. « Je ne remercierai jamais assez le ciel de vous avoir mis sur notre chemin. Nous ne pourrons jamais vous oublier. C’est inexplicable ce qui c’est passé entre nous. C’est très fort. Nous vous comptons parmi nos meilleurs amis. » Nous écrit aussi une mère de famille d’agriculteurs de Moselle après notre départ alors que nous avions demandé asile chez eux un soir d’intempéries.

Ces souvenirs nous portent en avant dans cette deuxième année. Il y a encore tant à échanger et à faire pour co-créer un monde meilleur. Nous sommes en piste et c’est pas après pas que nous pouvons parcourir de longues distances.

Tags : apremontArdennesBoureuillesLorraineMeuseMontblainvilleNeuvilly en ArgonneVarennes en Argonne

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !