close
Marius Tour de FranceMTF #MoselleMTF Meuse

Jour 358 / Nous voilà dans la Meuse après un passage en Meurthe-et-Moselle !

Dimance 12, lundi 13, mardi 14 mars 2017]

Ces 3 jours on été placés sous le signe des liens humains, tant au niveau des retrouvailles que des nouvelles rencontres. Nous avons aussi pu profiter d’un retour de printemps en force et du plaisir retrouvé de bivouaquer en nature. Nous avons passé une soirée magnifique chez Yvette et François avec nos chers Brigitte et Sader. Accueillis comme des princes dans leur maison chaleureuse, l’ancien Presbytère de Jaulny, nous avons appris la « version B » de l’histoire de Jeanne d’Arc, l’inofficielle, selon laquelle, notamment, ladite Jeanne ne serait pas morte sur le bûcher, mais enterrée dans ce village. Yvette et François, tous deux férus d’histoire et très humains, nous l’ont partagée tout en verve et mots d’esprit. Nous les remercions chaleureusement pour leurs bras ouverts, et pour ne pas nous en avoir voulu de nous être frités avec leur contact Lucien. et avoir .


Le lendemain, Francois nous ramène à St-Julien. Il a amené un pot de confiture pour la dame âgée chez qui ont dormi les mulânes. Elle se montre très gentille avec nous. Marius va bien et respire normalement. Le temps est splendide et Francois s’étonne, se disant un peu hyperactif, d’avoir envie de rester là à discuter et nous regarder préparer Marius et Symphonie. Cool!
Aujourd’hui, nous allons à La Chaussée, où nous allons revoir avec plaisir Isabelle, Sylvain et Lilou, venus exprès de Haute-Vigneulles avec les parents d’Isabelle, Yvette et Jean-Marie. Nous faisons la route d’une traite en 3h30, ce n’est pas si loin et nos compagnons sont super motivés et marchent d’un bon pas, contrairement à hier!! Nous avons rendez-vous sur une place de pic-nic peu avant l’observatoire à oiseaux. Ils arrivent avec café et gâteaux, miam !! Le temps est estival et nous profitons un max en papotant au soleil. Nous voyons aussi avec stupeur les tiques sortir de leur léthargie et grimper sur les museaux des ânes, il va falloir qu’on soit vigilants. Merci encore, les amis, pour votre visite qui nous a fait chaud au coeur!!

Ce soir, nous allons bivouaquer dehors, dans un pré que nous a indiqué un fermier du village, en bordure de la réserve au bord de l’étang. Quel plaisir de retrouver cette sensation de vivre au plus près de la nature, auprès de nos animaux. D’autant plus qu’Isa, Sylvain et Lilou nous accompagnent pour passer la soirée sous la pleine lune avec nous. Le parc est immense et clos, nos mulânes peuvent jouer « à la steppe ». Je pars avec Isa chercher des pizzas, en fin de soirée on a un peu froid mais… Quel bonheur de retrouver l’air vif, les chants d’oiseaux qui ici sont légion, la douce lumière de la lune sur la tente.
Au matin le soleil est présent, nous avons le coeur en fête après ces mois d’hiver. Avant de partir Céline doit parer Symphonie dont les pieds bougent et poussent beaucoup dès que nous sommes en marche.
Nous traversons la réserve, passons devant le grand chêne… en pleine nature nous ne croiserons pas grand monde aujourd’hui.
Les mulânes marchent libres, Symphonie en tête. Elle trotte toujours pour doubler Marius et marche d’un bon pas devant, oreilles dressées. Nous passons beaucoup de temps en forêt et croisons des tranchées que nous prenons d’abord pour des tranchées de la guerre, mais non, nous apprendrons que ce sont simplement des tranchées forestières.
Après une courte pause qui nous permet de répondre aux questions de Éric Lange, de l’émission « Allô la Planète », nous entamons une bonne grimpette vers
Hattonchatel, tout en essayant d’éviter les tracteurs qui commence déjà à répandre leurs pesticides. Dans la lumière du soir magnifique nous suivons un chemin dans une longue traversée des champs cultivés, mais dans une ambiance genre western. Puis, à nouveau dans la forêt, nous descendons enfin à l’ancienne Abbaye de l’Estange, seul endroit où nous avons la possibilité de trouver une prairie pour passer la nuit, au milieu de ces grandes cultures. Plus de 18 km aujourd’hui, on est tous contents d’arriver. Comme chaque jour, Symphonie a hâte de se rouler. Devant la ruine, nous tombons sur deux personnes faisant partie de l’association de sauvegarde de cette ancienne abbaye. Comme nous échangeons quelques mots, la mule prend le parti de se rouler avec tout son matériel!! Heureusement Céline réagit vite et pas de dégâts à déplorer. Nous fermons le terrain avec une ficelle, le reste étant clôturé ou délimité par des petits cours d’eau. Il y a beaucoup de vie dans cette forêt et notre nuit sera rythmée par de nombreux bruits d’animaux.


Au réveil tout est givré et Bayah sort de sa tente en tremblant. Nous la lâchons pour qu’elle puisse  s’ébattre et se réchauffer.. On se dit que vu son âge, ces conditions sont peut-être un peu dur pour elle. On va bien l’observer ces prochains jours pour voir si elle garde du plaisir et ne galère pas trop.
Aujourd’hui : forêt. Sur des chemins très agréables tantôt de feuilles tantôt durs, mais toujours très marchant. Ce sont des lieux qui ont été sous le feu des batailles de la première guerre mondiale et nous en voyons un peu partout les vestiges. En route pour les Éparges, nous n’avons pas fini d’être en contact avec cette folie humaine.
Notre chemin nous emmène Etangs de Longeau où se trouve le FoxyCamp, une aire naturelle de camping, ancienne base de loisir des soldats américains pendant la 2e guerre. Arnaud y vit avec sa fille, accueille les baroudeurs à cheval ou cheval d’acier, propose de la petite ou moins petite restauration et organise des soirées et des concerts. C’est un lieu très chaleureux et vivant, perdu au milieu de la forêt, au bord d’étangs poissonneux. Arnaud nous explique que ces dernières années il y a eu moins d’eau. Ses étangs sont touchés par la sécheresse. Il y a une magnifique yourte derrière le bâtiment qui fait rêver Céline! On se pose ici pour casse-croûter, Arnaud nous fait goûter un excellent vin de la région, nous donne du pain, des chips et nous passons un super moment avec lui jusqu’à ce qu’il doive partir au marché.

Entre-temps, il a contacté Collette, correspondante au journal l’Est Républicain, qui s’empresse de nous rejoindre pour écrire un papier. Chouette moment aussi avec cette femme passionnée qui a déjà randonné avec des ânes bâtés. Nous repartons vers 16h15, en espérant ne pas arriver trop tard chez Bernard et Nadia, à la Ferme du Sonvaux, aux Eparges, où nous sommes attendus et allons probablement faire une journée de pause. Tout se passe bien pour le dernier bout, et nous sommes heureux d’arriver pour faire connaissance avec de nouveaux amis et visiter leur ferme. Céline est enchanté car il y a plein de poney Koenig Polski ! Les mulânes auront un super grand parc pour eux. Allez, on souffle!

Tags : Ancienne Abbaye de l'EstancheFerme du SonvauxLa ChausséeLes EpargesMeurthe-et-MoselleMeuseMoselleSt Julien en Gorze

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !