close
Marius Tour de FranceMTF #Doubs

Jour 170 / Des retrouvailles émouvantes au coeur de la République du Saugeais

20160902_114000Départ du camping de Pontarlier ce 1er septembre, sous les flashes de Willy, le journaliste revenu exprès pour avoir une photo de la troupe en action. Une horde de camping-cars de toutes tailles, dont démesurées, est arrivée au moment où nous finissions de charger nos mul’ânes, et a investi les places de camping les unes après les autres. Nous partons donc au bon moment… Plusieurs couples de retraités nous hèlent pour nous poser les questions habituelles et nous prendre en photo, nous nous prêtons au jeu avec plaisir.
Chemins herbeux, jolis, grapillage de mûres, nous passons les Etraches, les Alliés. Nous avons ouvert et fermé plusieurs barrières de parcs à vaches et profité de la douceur du temps. Parvenus au gîte d’étape « la Perdrix », nous décidons de nous poser un peu à l’écart pour la nuit dans les pâturages. Il n’y a pas de vaches, et l’herbe y est moins riche, ce qui devrait faire du bien au régime actuel un peu gras de nos compagnons. Alors que nous avions débâté et commencé à déplier tente et réchaud, nous assistons contrariés à un débarquement de vaches à 19 h…  on remballe rapidos malgré les protestations de nos équidés, et on reprend la marche à travers bois jusqu’à la Combe de Hauterive où un champ ouvert, vert (tant pis pour le régime), dans un magnifique paysage nous tend les bras. Cool, cette fois c’est la bonne, on dormira d’ailleurs  » à la belle  » sous un grand arbre accueillant.20160902_123857
Le lendemain, nous reprenons la route par monts et par vaux, et nous arrêtons dans une ferme pour demander de l’eau. Nous y croisons Hubert Gaillot qui cultive les plantes médicinales et aromatiques ; il en récolte aussi, en petites quantités, dans la montagne. Il travaille sur ses terres avec deux ânes et transforme les plantes en infusions, aromates, confitures, gelées, boissons, sirops, mais aussi en huiles essentielles, baumes… Il nous propose de nous désaltérer  avec sa freinette maison, une boisson à base de frêne, pétillante et fraîche. Nous discutons un moment avec lui pendant que les animaux se reposent à l’ombre, puis, après ce chouette moment de partage, nous prenons congé.

20160902_144915
« La Criss », son mari et Hugues, un voisin !

Quelques kilomètres plus loin, à Mont de Spey, une dame installée sur sa terrasse avec son mari et un ami me reconnaît. J’avais dormi il y a deux ans dans une grange à côté de leur maison. A nouveau, ils nous invitent à boire un p’tit pont, et sortent biscuits et saucisse. Chez « La Criss », la maison est ouverte aux gens qui passent ! J’y retrouve Hugues, un voisin qui m’avait offert une bonne douche en 2014 !
Après un chouette moment de partage, nous partons car nous avons rendez-vous au village voisin, la Longeville, avec une personne de haute renommée dans la région, la Présidente de la République du Saugeais, qui s’était déplacée pour nous accueillir « officiellement ».

img_20160902_160425Mais kézako cette République du Saugeais ? Un peu d’histoire : onze communes situées dans le département du Doubs, à quelques petits kilomètres de la frontière Suisse, forment la République libre du Saugeais, dont la capitale est le village de Montbenoît. Si cet État autoproclamé est avant-tout folklorique, son impact sur la vie culturelle et le tourisme locaux semble indéniable ! Le territoire du Saugeais a été colonisé et défriché par des moines suisses aidés de paysans et artisans savoyards, entre les XIIème et XVème siècles. Selon l’Office du tourisme, ces origines diverses, couplées au climat et au manque de voies de communication, ont forgé l‘identité culturelle des villages du Saugeais. Cette République est née en 1947 sur une plaisanterie entre le préfet du Doubs et Georges Pourchet, patron de l’Auberge de l’Abbaye à Montbenoît : M. Pourchet demande au préfet s’il a son « laissez-passer » pour circuler dans la « République » du Saugeais. Le Préfet lui répond que s’il s’agit d’une République, il faut un Président et nomme M. Georges Pourchet Président de la République libre du Saugeais !

img_20160902_160404Nous passons un agréable moment avec cette grande dame de plus de 80 printemps, qui prend son rôle très à cœur mais aussi avec beaucoup d’humour. La devise de la République : « Faire plaisir quand c’est possible, et faire découvrir la région du Saugeais ! » C’est chose faite, et nous découvrons avec intérêt et admiration le travail effectué et les rencontres officielles auxquelles se prête Georgette Bertin-Pourchet depuis 15 ans, à la suite de sa maman, pour remplir sa fonction.
J’aimerais aussi, après les mondanités, retrouver à la Longeville le retraité qui avait souhaité m’accueillir il y a deux ans, et qui avait été très ému par mon périple, inquiet de ce qu’il pourrait m’arriver. Ceux qui nous suivent depuis quelques années se souviennent sans doute de cette rencontre étonnante lors du Marius Tour 2014. Je crois que j’ai dû la raconter 100 fois. Sans doute parce que ce fut l’une de mes plus belles rencontres. L’une des plus émouvantes aussi. Cet homme dont je ne connaissais pas le nom, rencontré en traversant le village de La Longeville, m’avait proposé de m’arrêter chez lui pour la soirée. Malheureusement, j’étais en retard et il me fallait avancer. Par deux fois, il était venu à ma rencontre en voiture pour me faire changer d’avis, me proposant même de me trouver une bétaillère le lendemain pour me déposer où je le souhaitais. Devant ma détermination à vouloir poursuivre mon chemin, il était revenu une troisième fois, mais cette fois avec le coffre plein de victuailles et de boissons, craignant que je manque de nourriture en chemin. Très inquiet, il m’avait demandé de le rappeler dès mon retour à la maison. Ce que je fis bien sûr! Depuis lors, je n’avais plus eu aucune nouvelles. Deux ans après, je ne pouvais revenir sur cette commune sans retrouver cet homme.
capture-decran-2016-09-14-a-08-00-52Je ne savais pas qui il était exactement ni où il habitait, pourtant je l’ai reconnu tout de suite sur le pas de sa porte. Jean-Marie nous salue et après quelques secondes d’hésitation, sans doute liées à l’effet de surprise et à la fatigue suite à une importante opération chirurgicale qu’il venait de subir, nous propose un bout de pré, de l’eau, et une grange pour y dormir et poser nos affaires !! C’était très étrange. Comme si finalement je l’avais rencontré la veille et, me voyant revenir, il m’indiquait où me poser. Pourtant, deux ans s’étaient écoulés avant qu’enfin je ne retrouve cette rencontre dont j’avais tant parlé mais dont je ne connaissais rien. Je ne sais pas si c’était la joie de le voir ou le soleil, mais j ai eu grand mal à retenir mon émotion.
Puis Françoise, sa femme, nous invite pour le repas du soir, lors duquel nous rencontrerons leurs fille, gendre et petite fille de trois ans, qui s’attache tout de suite aux ânes et demande à voir les vidéos du blog dès le lendemain matin. Encore une belle soirée ! J’avais été très touché par Jean Marie et cela me fait vraiment plaisir de l’avoir retrouvé, et de rencontrer les siens pour partager un bout de vie.

20160902_181751
Notre bivouac du jour !
Tags : doubsLa LongevillepontarlierRépublique du Saugeais

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !