close
Marius Tour de FranceMTF #Doubs

Jour 180 / Nous avançons Doubs’cement mais sûrement !

20160910_163757Super fatigués après seulement 4,5 km du Val Consolation, on s’arrête aux Cerneaux, un petit hameau de quelques fermes. Il y a des terrains. Je pars à la recherche d’une âme charitable. Pendant ce temps, un beauceron tient en respect Céline, les mulânes et les chiennes… Dans une maison, j’entends du bruit. C’est Maxime qui est en train de rénover une vielle ferme qu’il vient d’acheter. Il nous accueille sur son terrain. Il n’est pas clos. Marius et Symphonie resteront attachés pendant la nuit. Il y a un prunier près de la Maison et Céline doit jongler pour installer le piquet d’attache de sa mule  : suffisamment proche du bâtiment pour qu’elle puisse s’y abriter, suffisamment loin pour qu’elle n’ait pas accès aux prunes. Marius lui, a un gros arbre contre lequel il peut se frotter. Les poils d’hiver repoussant, il se gratte beaucoup dès qu’il croise un arbre, un poteau, une table, ou tout étrange grattoir sur lequel il peut se frotter ! Avant de partir, Maxime nous montre comment passer derrière la porte en bois pour accéder à l’intérieur de sa maison en chantier, si nous avons besoin d’eau.

20160912_173054Les nuits commencent à être bien humides et le matin, nous attendons avec impatience les premiers rayons de soleil pour essayer de faire sécher un peu les tentes avant pliage. Notre chemin suit toujours la vallée du Dessoubre. Nous traversons des endroits magiques où la rivière s’écoule dans un cadre idyllique, calme, miroitant entre les feuilles des arbres avec un léger clapotis. Les chiennes sont au taquet et la truffe au vent, nous faisons notre possible pour ne pas qu’elles partent en piste, car en plus demain c’est l’ouverture de la chasse gulp… Bayah lève, malgré son âge avancé et son arthrose, tout un troupeau de chamois, et Kali nous échappe quelques minutes. Très fâchée, Céline contraint kali à marcher derrière tout le monde, en guise de reproches. La gronder ne suffit pas, et surtout il n’est pas utile de punir les retours, mais elle veut quand même marquer le coup.

img_20160911_122032En fin d’après midi, nous arrivons à Rosureux. A l’entrée du village, avant la place de l’église, un terrain bien herbeux nous tend les bras ! Céline part frapper à la porte pour demander s’il est possible de nous y poser pour la nuit. Un homme lui répond et confirme que la parcelle est bien communale. Génial ! Mais le paysan qui s’occupe des foins sur ce terrain vient nous voir et nous explique qu’une petite partie du pré seulement appartient à la commune. Le reste est privé. Cependant, il nous souhaite une bonne soirée et assure qu’il va voir le propriétaire pour lui dire que nous sommes sur son terrain. Alors que nous sommes en train de nous installer, Michel et Catherine, un couple de camping-caristes bretons, intrigués par notre caravane, vient nous voir. Les deux retraités sont étonnés par notre démarche et heureux de nous avoir rencontrés. Ils nous donnent leur adresse « au cas où nous passerions près de chez eux »!

La famille à qui nous avions demandé pour le terrain, ne sera pas là ce soir mais nous invite pour le café demain. Finalement, nous profiterons de leur douche et visionnerons quelques vidéos tandis que j’essaie de publier le Vlog sur Youtube. Finalement, il sera presque midi lorsque nous lèverons le camp ! 20160910_1810080Le chemin que nous suivons traverse une bonne partie de la journée la forêt. On porte les gilets jaunes à cause de l’ouverture de la chasse. Nous n’avons pas très envie de prendre une balle perdue. Symphonie marche plus souvent en liberté depuis quelques jours. Elle adore !

A Charmoille, il y a une aire naturelle de camping à l’arrière de la ferme de Claude Monnin, un agriculteur à la retraite. Je l’avais déjà rencontré il y a deux ans lors de ma première traversée de la GTJ. Cette aire est un petit paradis où tout est ouvert, décoré à l’ancienne avec notamment de vieux outils. Une chèvre est attachée à côté de nous et nous observe. Il y a aussi des pommiers et donc quelques pommes pour régaler les mulânes !

20160912_152923Le lendemain, nous traversons plusieurs petits villages. A Belleherbe nous nous arrêtons dans une brasserie pour manger autre chose que ce que nous avons dans nos sacs ! Nos mulânes sont sous les arbres et au calme derrière le resto ! Nous rencontrons un amoureux des ânes et un couple qui vient à notre rencontre étonné par notre caravane !

Outre la grosse départementale qui traverse Belleherbe, les petites routes sont jolies, bordées de mûres et de vaches. Après avoir trouvé de l’eau dans le hameau « la Grange », nous faisons une pause debâtage sur un petit pré, à côté d’un terrain de pétanque où jouent quelques couples de retraités joyeux. Des grondements me réveillent de ma sieste, il y a du tonnerre, le ciel est noir. On se dépêche de rebâter et de partir. On continue à travers une petite forêt magnifique, on sent le vent qui se lève. Oups, va-t-on se prendre l’orage? Arrivés devant une ferme peu avant Provenchère, nous demandons asile car l’orage vient en effet sur nous. Illico Jeannot, son épouse et leur fils Nicolas nous ouvrent les portent de leur écurie, ils sont en pleine traite. La famille exploite une ferme laitière en bio depuis longtemps. Les affaires sont mises sous le hangars et les mulânes dans l’étable avec les veaux, ce qui les stress un peu au début, puis ils se calment.img_20160912_182521

Dès le gros de la pluie passé, nous les mettons dans un grand parc, ils sont bien. Nous en profitons pour filmer la traite et prévoir une interview de Nicolas pour le lendemain. Un petit veau d’un jour et demi nous regarde avec étonnement, séparé de sa mère. C’est la nécessité si les humains veulent du lait.. A méditer. Nous sommes invités à manger avec la famille, qui nous propose aussi une chambre, quelle chance!! Jeannot et son épouse étaient cavaliers randonneurs, en bivouac, et nous échangeons nos anecdotes avec joie. Une de leur connaissance passe ce soir-là dans l’émission « L’amour est dans le pré », alors nous en regardons un bout avec eux. C’est chouette de se retrouver dans le salon à commenter l’émission en rigolant et en parlant de la réalité quotidienne des agriculteurs, notamment des éleveurs. Après un dernier café, nous regagnons la chambre avec les recommandations de Jeannot: vous aurez peut être quelques moustiques… Comme on a l’habitude de dormir fenêtre ouverte, autant dire qu’on s’est fait dévorer !!! À 2h19 du matin, nous faisions la chasse aux piquants car impossible de dormir. Une courte nuit, dans un lit confortable quand même, merci. Mais en se grattant!! Il va nous falloir la dose de café demain matin !!!
20160913_075608

Tags : BelleherbeCerneauxCharmoilleDessoubredoubsProvenchèreRosureuxVal Consolation

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !