close
Marius Tour de FranceMTF #Doubs

Jour 173 / L’automne s’installe doucement

20160904_144748Toute la petite famille de Jean-Marie est là, ce samedi 3 septembre au matin lorsque nous reprenons le chemin. Il y a encore beaucoup d’émotion mais je suis heureux de l’avoir revu. Nous repartons de La Longeville revigorés par une douche et un petit dej. Pourtant, après une heure de marche à peine, Céline et moi sommes pris d’une impérieuse envie de dormir, qui nous coupe les jambes. On débâte sans attendre et, laissant les mul’ânes en liberté mais attachant les chiennes près de nous, on jette les bâches au sol, à même le chemin, et on sombre dans un sommeil profond pour une sieste de deux heures !! Autant dire que la journée est déjà bien avancée quand on se remet en route… Que s’est-il passé ? Du coup, nous décidons de nous arrêter plus loin à Pré-Joly, pour demander dans une ferme si nous pouvons avoir de l’eau, éventuellement un bout de terrain pour poser notre campement. Entre les belles rencontres et les attaques de sommeil, nous n’avalons pas des masses de kil’ ces derniers jours. Mais tant pis, nous décidons de nous « laisser faire » par le voyage.
20160905_143236
Le fermier nous donne de l’eau et nous propose un parc où nous poser. Cool, les ânes pourrons quitter leur licol cette nuit, et l’herbe est pauvre, idéale pour la santé de nos équidés un peu trop habitués à l’herbe grasse. Le fils du fermier, JC et sa compagne Maryline, viennent à notre rencontre. Lui revient à peine de deux mois en Inde, cela lui fait plaisir d’accueillir des voyageurs. Nous mettons nos affaires et les chiennes dans le garage car selon lui, il va pleuvoir cette nuit. Puis au fil de nos discussions, nous mangeons tous ensemble. JC doit se lever tôt et nos hôtes décident de nous laisser leur chambre alors qu’ils dormiront au salon pour avoir le champ libre. Nous causons voyage, projets, passions (JC a conçu lui même une machine à scier du bois, il est menuisier), confitures maison, joyeusement. Les quelques « Ponts » que je me fais servir, me sèchent et finissent d’installer une migraine naissante. Après le repas, je vais donc rapidement m’allonger pour dormir.20160904_105209
Le lendemain, nous petit-déjeunons, et JC est déjà au taquet. Maryline est plus posée et ils disent qu’ils se complètent bien. C’est vrai ! Le jeune couple souhaite nous emmener en voiture tout près de chez eux, où se trouve la grotte-chapelle de Remonot. Nous y allons et visitons ce bel endroit insolite, notamment la grotte au fond, dans laquelle s’écoule la source séculaire de Gésambrune. Classé monument historique, le site s’étend sur 30m de long, 12m de large et 4m de haut. Cette grotte-chapelle, surmontée d’un joli clocheton habillé de cuivre qui possède un carillon de 20 cloches, fut dédiée à la prière dès le VIIème siècle. Consacrée en 1863, elle abrite la statue de Notre-Dame-de-Pitié (XVème siècle). Céline nous y chante « Amazing Grace ». Ça nous met des frissons. Nous décidons d’allumer ensemble un cierge et de le laisser brûler pour célébrer ce beau moment.
Il est  temps pour nous de reprendre le chemin.img_20160904_112243
img_20160901_082803JC et Maryline décident de nous accompagner un bout avec leur chienne Baïla. Nous nous quittons à un croisement le cœur heureux de ces moments de partage. Il n’a pas plu finalement… Mais c’est clairement annoncé pour ce soir. Nous traversons de magnifiques forêts ensorcelantes, pleines d’énergie, et de petits villages que je reconnais au fur et à mesure. Encore pas mal de vaches et de chevaux comtois nous regardent passer. Nous dégustons ces paysages comme autant de petits et grands plats connus et pourtant chaque fois différents et uniques, les forêts sont vraiment riches par ici.img_20160904_153642
Nous descendons sur la commune de Le Luisans, où je me rappelle avoir passé la nuit dans une grange. Alors que je partage mes souvenirs à Céline, nous croisons une voiture qui s’arrête à notre hauteur. « Salut, alors tu es de retour? «  Je reconnais un jeune couple que j’avais rencontré il y a deux ans. « Si vous dormez là ce soir, passez à la maison! ». Nous arrivons souriant vers la grange où le paysan, Daniel, arrive au même moment avec son tracteur. Ni une ni deux, il nous installe deux grosses bottes de paille dans son hangar, avec les veaux, et offre le parc clos attenant à Marius et Symphonie, qui n’ont eux, rien d’autre pour s’abriter que des piles de bois qui les protègeront des bourrasques. Mais ils auront droit à la pluie…

Nous passons une excellente soirée avec le jeune couple et leurs enfants puis rejoignons nos duvets. Une des deux bottes de paille prend l’eau et nous ramenons toutes nos affaires sur une seule. Les chiennes sont à l’abri aussi et nous nous endormons bercés par les gouttes de pluie sur le toit de tôle.

20160905_081338
Notre dortoir !

Le lendemain, la pluie a diminué. L’éleveur vient nous voir et nous explique qu’il est venu nous chercher pour manger hier soir mais ne nous a pas trouvés. Nous lui promettons de passer en partant. Après avoir pris le petit dej’ chez nos voisins de grange, nous plions bagages sous une accalmie et partons jusqu’à la ferme de Daniel, qui nous offre à boire. Nous discutons un moment sur son métier d’agriculteur. Il nous fait part des difficultés de la filière et nous confie que sa vie aurait été tout autre s’il n’avait pas repris l’exploitation familiale. Certes, il s’en sort mieux car il se trouve sur l’aire AOP Comté mais comment gagner sa vie lorsqu’on lui achète un veau 10 euros ?! Jeune, une opportunité s’était offerte à lui dans une exploitation viticole dans le Beaujolais. « J’aurais gagné plus d’argent qu’ici » regrette un peu Daniel rattrapé par les réalités familiales.

Céline ne se sent très pas bien, nous partons. Avant de le saluer, il nous propose de récupérer un sac de croquettes de chiots, la portée de sa chienne ayant quitté la maison. Cela nous arrange bien, nous n’avions plus grand chose…

20160905_114113
Un p’tit pont ?!

Nous traversons encore des forêts. Les couleurs sont déjà en train de changer en ce début septembre. Malgré la chaleur qui laisse croire que l’été est encore là, l’automne arrive. Les arbres souffrent aussi des fortes températures inhabituelles pour la saison et des canicules à répétition.
Après avoir longé une départementale et grimpé pour rejoindre une aire de camping-car, nous arrivons au belvédère de la Roche au Prêtre qui offre un point de vue remarquable sur le Cirque de Consolation, appelé également Val de Consolation. Il s’agit d’une reculée du massif du Jura dans le département du Doubs, sur le territoire de la commune de Consolation-Maisonnettes. « Cette reculée qui constitue une échancrure prononcée et arrondie dans le plateau de Maîche-Le Russey a été formée par un effondrement glaciaire à l’ère quaternaire au moment du plissement alpin. Des falaises de 350 m ferment le cirque où naissent le Dessoubre et aussi les sources intermittentes du Tabourot et du Lançot, ce dernier commence par une cascade de 47 m alimentée lors des fortes pluies ou encore lors de la fonte des neiges. » explique un site touristique.

20160905_175802
La vue magnifique depuis le Roche du Prêtre.
Nous avons encore près de deux heures de marche avant d’arriver à l’ancien monastère du Val Consolation que nous distinguons depuis le belvédère et qui se cache derrière les nuages et les arbres de cette magnifique forêt. Impossible pour nous d’emprunter les chemins et les sentiers. Trop dangereux pour nos équidés chargés. Nous devons descendre par la route. Malgré la tristesse du bitume, nous découvrons cette vallée, passons devant l’auberge de la Source et soudain, apparaissent les bâtiments de l’ancien monastère isolé dans les bois. Nous sommes arrivés ! Sous les premières couleurs d’automne, le site est somptueux. Mais il est tard : la cour est vide. Nous décidons d’aller nous installer sur l’aire naturelle de camping située en contre bas du monastère. Là non plus, il n’y a personne. Nos ânes ont donc de la place pour brouter !
C’est dans une ambiance sauvage et sous une petite pluie fine que nous montons le camp…20160905_125630
Tags : doubsgtjLe LuisansVal Consolation

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !