close
Heureux Marius
IMG_20160816_123547
Arrivés il y a  déjà trois semaines, nous sommes toujours au Larderet dans le Jura. Céliner reprend la plume …. ou plutôt le clavier !
Les jours ont passé… d’abord dans l’attente du nouveau bât sur mesures de Marius, que Stéphane avait commandé avant notre départ, plus stable et plus adapté à un long voyage que son bât américain à croisillons. Les essais se sont révélés très concluants, et nous verrons sur la durée si celui-ci tient ses promesses.
Et puis au moment du départ prévu, après deux semaines, « crack », Stéphane a cassé une de ses couronnes dentaires, voilà qui remet en question le décollage, car un passage sur la chaise du dentiste s’impose. Si les deux premiers jour après les soins ont été plutôt calmes, les douleurs se sont réveillées ensuite et il nous a semblé plus sage d’attendre que celles-ci disparaissent avant de reprendre la route.
Avant le parage...
Avant le parage…

A côté de ça, les antérieurs de Symphonie se sont soudainement dégradés. L’inaction, un peu d’humidité, un pied un peu long et l’herbe riche ont favorisé le développement de bactéries. Il fallait faire un parage très court pour « aérer » les parties atteintes, continuer les soins biquotidiens de nettoyage et tenter de rationner un peu plus l’apport en herbe. J’appréhendais un peu…Marius aussi avait besoin d’un bon parage, mais comme il est un peu réticent, je n’osais pas le faire moi-même… Richard, un retraité expérimenté et passionné, est venu nous aider suite à une publication que j’avais postée sur un groupe de pieds-nus.

Il nous a donné sa vision avisée de la situation et a paré Symphonie et Marius, enfin 3 pieds sur 4 de Marius, dont le pire, ce qui est déjà très bien! Merci Richard !
Si Marius semble parfaitement à l’aise dans ses nouvelles basquettes, Symphonie est encore sensible des antérieurs en zone caillouteuse, et nous ne savons pas combien de temps il va lui falloir pour être apte à repartir avec un chargement. Le décollement de la paroi semble se guérir, par contre, ce qui est une bonne nouvelle.
Après le parage...
Après le parage…
Moi aussi j’ai dû me préoccuper de mes pieds et racheter des chaussures, les miennes étant vraiment au bout ! Comme Stéphane, je ne renouvelle pas non plus l’expérience vibobarefoot, car… la marque ne fabrique plus le modèle dont j’ai besoin!!! V’là aut’ chose… Mes précédentes recherches m’avaient déjà menée dans une impasse quant à trouver des chaussures minimalistes en format « randonnée ». Alors j’ai trouvé une paire de pompes normales, que j’ai achetée en version  » homme » pour qu’elles soient plus larges, et une pointure au-dessus. Je les lacerai lâches, en espérant que le maintien minimum de mes pieds me permettra une expérience proche des barefoot. Pour l’instant ça a l’air de fonctionner, à moi d’adapter ma façon de marcher.
IMG_20160815_105949
Un os pour deux à se ronger et pas de bagarre ?? Wouaw ! Les chiennes de garde sont devenues de vraies copines !

M’adapter … Nous devons nous adapter en permanence aux situations qui se présentent, et être prêts à revoir nos plans. Arriverons nous en Bretagne avant l’hiver? Même les hirondelles semblent tarder à repartir cette année, selon Maddy, la soeur d’Alain. Nous avons l’impression que tout à l’air plus compliqué quand nous nous arrêtons, et méditons sur le fait qu’il nous arrive souvent des choses au moment où nous avons prévu de repartir. Finalement peu importe, nous essayons de rester dans l’esprit du voyage, même à l’arrêt.

« Rien n’arrive pas hasard »
Les jours passent et c’est bien ainsi, nous avons encore assez de provisions, avec ce que Florence et Alain nous ont laissé ! Et ce n’est probablement pas pour rien si nous sommes plantés là… « Rien n’arrive pas hasard » répète Stéphane. Nous avons bien sûr aussi reçu quelques visites au Larderet, deux fois de mes parents, et de mon ami cher Thierry, bassiste du groupe de rock dans lequel j’ai performé pendant six ans. C’était un grand plaisir que de les voir, et encore merci à eux d’avoir fait le déplacement. Nous avons également des contacts fort sympathiques avec une famille qui loue le gîte attenant. Nathalie, Luc et leur fille Océane sont français, mais vivent depuis des décennies en Afrique, et depuis 6 ans au Gabon. Ils viennent chaque année quelques semaines au Larderet. Ils nous ont emmené quelques fois en voiture aussi, pour aller à la ville la plus proche, Champagnole. Ils sont passionnés de chevaux et profitent de leurs séjours en France pour monter quotidiennement. Le reste des habitants du village (une vingtaine de maisons en fait) est plutôt frileux et nous ne voyons pas grand monde.
IMG_20160811_134929
Les parents de Céline sont venus nous voir. L’occasion d’une balade avec la petite troupe.

Une journaliste de Champagnole est venue nous interviewer pour écrire un papier dans le journal local, Le Progrès. C’était un moment agréable, et je constate que c’est en parlant de notre expérience du chemin à une tierce personne, en étant obligée de formuler des réponses à des questions, que j’en apprends le plus, découvrant par mes propres mots et ceux de Stéphane, les cadeaux du voyage. Chaque rencontre est un miroir, c’est vrai.

IMG_20160725_193030
Invasion de mouches au Larderet !!!!
Tags : ânedentistejuraLe LarderetmariusMarius Tour de Francevoyage

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !