close
Marius Tour de FranceMTF #Jura

Jour 121 / Nous ne sommes ni des voleurs de poules, ni des brigands de petits sentiers !

« Bonjour mesdames ! Bonjour messieurs ! Excusez-nous de vous importuner !
Non ! Nous ne sommes pas des violeurs !
Non ! Nous ne sommes pas des voleurs !
Nous ne vous demandons pas l’aumône !… »
20160719_213822Vous connaissez peut-être ce sketch d’Elie et Dieudonné : « Le métro ». Il y a des soirs, lorsque nous nous posons quelque part, devant l’accueil on ne peut plus chaleureux des riverains, j’ai envie de me planter devant eux et de leur jouer !
C’était le cas à Bellefontaine, jolie station de ski familiale où les toilettes publiques sont fermées 24h/24h ! C’est à se demander d’ailleurs à quoi elles servent ! Un petit village où jadis les habitants des villages voisins avaient pris l’habitude de monter pour chercher l’eau des sources non contaminées. D’où le nom qui aurait été donné à ce lieu : Belle-Fontaine au sens de bonne fontaine, bonne eau. Un temps que les moins de… 350 ans n’ont pas connu. Cétait après les passages des hordes Germaniques et Françaises, pillant, brûlant, tuant dans les années 1630… Une autre époque !
IMG_20160720_074854Nous avons donc posé nos guêtres dans un pré avec l’accord d’un ami du propriétaire. Autour du champ, dont le fourrage avait été coupé visiblement quelques semaines plus tôt, de petits immeubles. Dans les appartements, essentiellement occupés par des vacanciers, notre installation attire les regards. Certains nous observent derrière leur rideau, d’autres discrètement depuis l’intérieur de leur appartement, et puis il y a ceux qui sont déjà installés sur leur terrasse et qui restent planqués à l’ombre du parasol, sans bouger mais qui ne perdent rien du montage de la tente et de la préparation de la popote. Le mot d’ordre général est : « On surveille mais on ne montre pas qu’on les a vus… On ne sait jamais, ils pourraient nous demander quelques chose ! » Dans ces moments-là, je vais les chercher dans leurs retranchements, avec un signe de la main, un « Bonjour »… La plupart répondent, d’autres ferment leur fenêtre ou font simplement mine de ne pas avoir vu ou entendu ! Ces mêmes individus qui n’ont peur de rien sinon de « l’estranger », se montrent plus curieux lorsqu’un habitant du quartier vient nous voir ! Ils se lèvent alors pour tendre l’oreille et ne rien manquer de la conversation. Mais là encore, lever la main pour les saluer est peine perdue : si l’oreille fonctionne à peu près, la vue elle, est décidément out ! J’ai rencontré ce genre de comportement un peu partout au cours de mes précédents voyages et, à vrai dire, je n’ai pas trouvé de réponse à mon « pourquoi agissent-t-ils ainsi ? ». Heureusement, ce n’est pas fréquent. IMG_20160719_213321Cet habitant justement, Serge, est venu nous voir avec ses deux enfants attirés par nos deux canassons. Nous avons papoté un moment tandis que ses enfants caressaient Marius et Symphonie. Il était en vacances pour réaliser quelques travaux chez ses parents qui habitent à l’année dans la résidence devant laquelle nous nous sommes installés. Alors qu’il rentre chez lui, je lui demande s’il peut nous conduire le lendemain matin à Morez (la capitale de la lunette), la ville plus proche où je pourrais acheter de nouvelles chaussures à Malone. Les siennes, de vieilles baskets usées dans la cour de son école, arrivent en bout de course et au vu de l’état de la semelle extérieure, elles ne tiendront pas jusqu’au Larderet. C’était chouette de la part de Serge de prendre un peu de son temps pour faire l’aller-retour pour nous. Malone a, à présent, de solides chaussures pour avaler les prochains kilomètres.

IMG_20160720_191502
Elle est pas belle la vie ?!!?

J’avais changé les miennes à Bois d’Amont. Je ne renouvellerai pas l’expérience des chaussures minimalistes Vivobarefoot. Non pas que je ne m’y sente pas bien, au contraire ce sont de vrais chaussons. Mais elles sont trop fragiles et s’usent trop rapidement. J’en ai usé deux paires en 700 km. Habituellement, mes chaussures de rando tiennent au moins 2000 km ! Et puis éthiquement parlant, Vivo c’est du made in China ! J’ai donc trouvé dans un magasin de sport des chaussures dont le design est pensé en Italie et la conception réalisée dans des ateliers en Roumanie. Certes, ce n’est pas la France mais c’est un pays européen. Celles de Céline aussi sont bien usées. Mais, si elle ne tient pas mordicus au Vivobarefoot, il lui faut trouver des minimalistes, ou des chaussures très souples avec un faible maintient, car c’est avec ça qu’elle peut marcher le plus longtemps. Pas évident à trouver en format « randonnée », d’autant que mettre le prix pour des chaussures commandées sans les avoir essayées est un peu risqué. Céline attend donc pour l’instant.

IMG_20160720_172708
Journée dans la boue mais avec les nouvelles chaussures !!!

Il y a les gens qui nous évitent… et ceux qui nous sautent dessus pour nous inviter à venir chez eux ! C’était le cas au Marais, un lieu-dit situé à quelques kilomètres au dessus de
Morbier. Après une courte journée à se perdre dans la forêt de Chaux Mourant (ça ne s’invente pas), nous avons croisé Zon, alors que nous étions en quête d’un terrain où nous poser. Il nous avait vus au croisement d’une route et nous a rejoint alors que nous étions arrêtés devant des habitations, en pleine discussion avec des riverains. Il sort de la voiture, salue la dame avec qui je discutais et qu’il connaissait visiblement et nous propose de venir chez lui passer la nuit. Il nous précise qu’il a un grand terrain, un cabanon en bois et qu’il a des amis qui ont fait le tour de France avec un âne et deux enfants… « On a des choses à partager ! »

20160720_194212Une invitation comme celle-là ne se refuse pas! J’étais déjà très curieux de cette rencontre et d’en savoir plus sur ses amis voyageurs. Nous étions à environ deux kilomètres de chez lui.

Là, nos deux équidés auront de la place pour manger. Symphonie n’est pas très zen. Quelque chose ne lui plait visiblement pas, peut être les chevaux du manège d’à côté qui travaillent dans la carrière attenante ?

20160721_090617Nous, nous aurons droit au cabanon en bois tout confort ! Malone est un peu déçu. Il adore dormir sous la tente et surtout jouer à l’intérieur une fois qu’elle est montée. Bon, nous, on est très à l’étroit dans cette guitoune certes conçue pour bivouaquer à trois personnes. Mais même à deux et demi, on est esquichés !

Ce soir, nous mangeons avec Zon, sa femme Martine et l’un de leur grand fils. Malone profite du barbecue pour tester une grillade de mashmallows qu’une dame lui avait donnés en chemin… Pour se rendre compte par lui même qu’il n’aime pas ça. Il essaie de les refourguer à tout le monde, mais nous renonçons tous à cette « délicatesse  » !

IMG_20160721_135849
Zon le bricoleur a fabriqué un piquet en quelques minutes !

Céline, en voulant déplacer symphonie et distraite par autre chose, perd dans la pelouse son piquet d’attache, un fer a béton recourbé au bout. Ni une ni deux, Zon  le bricoleur farfouille dans son atelier et nous en fabrique un! Ça nous en fera deux, puisque je finis par retrouver le piquet perdu, et heureusement car il aurait pu faire des dégâts au prochain passage de tondeuse…20160721_090425Martine et Zon nous montrent les deux tomes du livre écrit par leurs amis Marie-Claude et Georges Papigny, qui ont fait un tour de France avec leur âne Grisou et leurs deux enfants en bas âge, en 1977! Voilà qui nous passionne!! Il se trouve qu’ils habitent dans l’un de nos prochains village-étape… Coïncidence?

Les rencontres amènent d’autres rencontres, c’est ainsi en voyage.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !