close
Marius Tour de FranceMTF #Suisse

Jour 118 / L’alpage… une promenade de santé ?

20160717_130641Ce soir nous avons planté la tente au bord d’une piste forestière, faute d’avoir trouvé une clairière pour s’installer pour la nuit. Les rares endroits que nous avons trouvés n’étaient pas assez grands pour accueillir toute notre caravane, ou cachaient des trous dans le calcaire. Nous n’avions pas très envie de voir nos ânes se faire mal en s’enfonçant un sabot dans un lapiaz caché sous des touffes d’herbe !

20160717_191636Nous envisagions au préalable de dormir à la « cabane des Pralets », face au mont Sâla (m’alikoum), à deux kilomètres du lieu où nous nous sommes finalement posés pour la nuit. Mais en fait, lorsque nous sommes arrivés, nous avons trouvé un gîte de montagne aux tarifs suisses, c’est à dire 65 Fr par personne pour une nuit et un repas (pas le choix c’est tout ou rien)! Hors de question pour nous de dormir là puisque c’est hors de notre budget. Nous avons bien demandé si nous avions la possibilité de bivouaquer à proximité de la « cabane » pour éviter de se retrouver dans la nuit, nez à nez avec des vaches qui pâturent tout autour, mais la patronne, gentiment, nous a répondu que ce n’était pas possible car « rien n’était gratuit ici ! ». On a toutefois acheté une bouteille d’eau -6 Fr- (de l’eau en or) car nos gourdes étaient presque vides, puis nous avons continué notre chemin en quête d’un endroit pour la nuit. Nous avons traversé un dernier parc, pas le plus simple tant certaines vaches étaient sur la défensive par crainte sans doute, que l’on s’en prenne à leurs petits. Nous les avons bien contournés mais plus on s’approchait de la porte située de l’autre côté du parc pour sortir, plus le troupeau se dirigeait vers nous … C’était pas très rassurant et on a poussé un « ouf » de soulagement une fois la barrière franchie !

20160717_132111Toute la journée, notre rythme a été coupé par ce genre d’aventures… Des rencontres avec des vaches ou des veaux, ou les deux ! Ce fut parfois compliqué de gérer la traversée de troupeaux en tenant Bayah surexcitée, en veillant Malone et avec nos deux ânes en longe quelque peu inquiets, surtout Symphonie qui n’était pas très rassurée face à de jeunes ovins très – trop même – curieux… D’ailleurs, Céline n’a pu retenir sa mule lorsque celle-ci, après avoir pris sur elle pour rester en confiance, est partie au grand galop. Le bât a tourné avec le chargement, mais heureusement Symphonie a eu l’heureux réflexe de s’arrêter et d’attendre immobile que Céline vienne la délivrer de cette mauvaise posture, pendant que Marius, Malone, Bayah et moi faisions diversion plus loin. Finalement nous avons réussi à éloigner les jeunes bovins en les impressionnant avec le drapeau, ce qui n’aurait pas été possible avec des vaches allaitantes, devant qui il vaut mieux faire profil bas…
20160717_165103Le passage entre les parcs n’étaient pas non plus une sinécure ! Bon nombre, pour ne pas dire tous, étaient munis d’un passage canadien. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un système de barres arrondies alignées au-dessus d’une fosse, conçu pour laisser le passage aux véhicules tout en dissuadant les animaux de le franchir grâce au vide qu’il crée. Du coup, on ne peut pas passer avec nos équidés non plus. D’abord parce que, eux mêmes ont peur, mais aussi par crainte qu’ils ne se fassent mal en glissant leurs pattes entre deux barres. Pour permettre aux randonneurs de passer, les agriculteurs ont prévu une échelle ou un passage étroit… trop pour passer avec un âne bâté. Du coup, on a été obligés de démonter toutes les clôtures ou défaire les barbelés pour entrer puis pour sortir de chacun des parcs. Je vous laisse imaginer la perte de temps ! Une dizaine de fois nous avons répété l’opération sur la journée. En contrepartie, nous avons eu droit à de magnifiques paysages d’alpages, avec vue sur le Léman et le Mont Blanc. Nous avons aussi hésité à planter notre campement dans un endroit ou il était clairement indiqué que le camping est interdit, mais où plusieurs familles s’étaient posées pour la nuit avec tentes ou caravanes…

20160717_191817
Le fameux passage canadien.

Bref, juste avant la tombée de la nuit, le bord du chemin fera l’affaire. Les ânes n’ont pas manqué d’herbe pendant la journée, et demain nous nous levrons tôt pour entamer notre chemin en direction de Bois d’amont. Un rapide repas et au dodo, heureusement que nous sommes maintenant bien rodés pour monter le camps en deux temps. Un dernier salut a la presque pleine lune qui guigne entre les arbres, et nous nous glissons dans nos duvets en entendant les mouvements des troupeaux dans le parc voisin.

20160718_075211

7 commentaires

  1. et toi tu joues à faire peur à un futur « toro » avec ta bannière ! Bon, elle n’est pas rouge, mais quand même … Je vais essayer de vous repérer sur la carte. Je voudrais savoir à peu près quand vous sortez de suisse. Merci, c’est pour le dl.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !