close

6H.. le réveille sonne !! C’est bien la première fois qu’il sonne aussi tôt… Mais vu les grosses chaleurs de ces derniers jours, on préfère changer de rythme et marcher le matin pour que nos animaux ne souffrent pas trop des fortes températures… Bon, cela dit, comme on n’a pas de train à prendre, on se laisse quelques … dizaines de minutes pour émerger !

20160626_0943146h30… Faut y aller ! On fait fissa et chose incroyable : on décolle à 9h ! On prend la route départementale pour le Granier mais rapidement, on la quitte pour un chemin qui coupe à travers bois. La route est barrée et il est interdit de s’y aventurer. De toute façon, une lave torrentielle a coupé l’accès. Cependant, ce matin, la horde de quads qui est passée devant notre campement et qui a pris la direction du col, s’est visiblement assise sur l’arrêté préfectoral. Quant à nous, nous avons suivi le sentier des Huguenots qui par chance est à la limite de la zone interdite.

20160626_095254Les chemins sont secs ou peu humides. Les forêts sont fraiches ce qui nous permet de mieux supporter la chaleurs estivales. Les nombreuses  sources sont autant de points d’eau pour nos chiennes qui tirent un peu la langue !

20160626_100347Sans trop de difficultés et contrairement à ce que plusieurs personnes nous avaient indiqué, nous arrivons sans trop forcer au Lac Noir (731m). Cette petite étendue d’eau est née de l’effondrement du Granier côté nord qui a englouti 5 communes et tué 5000 à 6000 personnes en 1248. En effet, suite à ce glissement de terrain, les ruisseaux furent bouchés par des gravas de roche et l’eau résurgit sous la forme d’un lac. La légende raconte que la Vierge Noire qui se trouvait dans le sanctuaire de Myans (Un village situé un peu plus bas) aurait stoppé l’éboulement aux portes de son sanctuaire. Les gens de l’époque ont vu là un signe du Ciel, et un pèlerinage est né spontanément.

20160626_111027Après s’être trompés de direction en contournant le lac, nous revenons sur nos pas et entamons la descente vers Apremont. Nous profitons d’une clairière bien herbeuse pour nous s’arrêter et laisser Marius et Symphonie faire pitance !

Deux heures de pause et une sieste plus tard, nous revoilà sur le bitume. Au loin, j’aperçois deux hommes qui semblent discuter au bord de la route. Je les prends d’abord pour des viticulteurs travaillant dans leurs vignes mais alors que l’on se rapproche, je constate qu’ils ont installé des filets à mouton. Notre caravane et notre tour du France suscitent leur curiosité et nous répondons bien volontiers à leurs questions. Après nous avoir demandé où nous allons nous poser pour la nuit, Olivier nous invite chez lui. Il nous explique que lui et sa femme Aline sont éleveurs de brebis et de chèvres, et qu’ils ont donc du terrain pour accueillir nos équidés. Après un rapide regard sur la carte pour savoir où nous sommes par rapport au lieu où nous devions nous poser, nous acceptons. Mais avant de descendre chez notre hôte, nous attendons l’arrivée de ses caprins qui reviennent de la traite.

20160626_182823Quand on arrive, on cherche le meilleur endroit pour poser nos ânes cette nuit. En attendant, ils vaquent en liberté autour de la ferme. Autour de nous, le repas s’organise dans le jardin. Nous pensons qu’il s’agit de l’apéro avant le dîner mais en fait, il n’est que 15h ! Nous étions persuadé d’être le soir ! C’est ça de partir tôt le matin ! On n’est pas habitué !!

Nous faisons la connaissance de toute la petite famille réunie pour fêter les 6 ans de Mathys, le petit fils d’Aline et Olivier. Nous sommes chaleureusement conviés au festin au cours duquel nous goûtons à la production variée de la ferme notamment des demi-tomes de Savoie aux laits de brebis et de chèvre mélangés qui sont plongées dans le barbecue pour être dégustées fondues ! Un régal….  Nous faisons aussi la connaissance de Clément qui donne régulièrement un coup de main à l’Amap dont font partie nos hôtes et de Solange, heureuse retraitée dynamique qui vit en otarcie au bord de son étang.

Doucement le temps passe dans la joie et les rires.  Le soleil descend et une brise fraîche nous pousse à  nous lever et chacun retourne tranquillement à ses activités. Céline en profite pour s’occuper des pieds de Symphonie qui vont beaucoup mieux. La mule a retrouvé le plaisir du voyage. C’est chouette!

Nous savourons également une bonne douche pendant que Aline, Olivier et Clément partent voir leurs troupeaux.

La nuit est tombée. Nous regagnons notre tente. Demain avant de partir, nous assisterons à la traite. Un grand moment !! On en reparle dans le prochain message !!

Un commentaire

  1. BIenvenue en savoie 😉
    Heureuse de savoir que votre périple recommence super bien 🙂 Tout a l’air merveilleusement simple. Tellement deçue de n’avoir pas pu vous dire aurevoir … Bonne continuation.
    Briggg

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !