close

Nous partons demain de Mens après cinq jours passés dans le Trièves. Cinq jours  de rencontres, de partages, d’échanges avec des gens éveillés et connectés aux valeurs humaines.

DSC_0379Parmi eux, Cécile et Vincent nous ont accueilli pendant deux jours. Les voyages, ils connaissent, ils ont pas mal bourlingué à travers le monde en bateau. Engagés, ils ont accueilli des réfugiés dans leur studio en bas de leur maison. Nous aurions bien aimé les interviewer sur les actions qu’ils mènent mais discrets, ils ne souhaitaient pas s’exprimer devant une caméra. Nous avons passé de bons moments avec eux, adoré l’humour pince-sans-rire de Vincent et les bons plans de Cécile !

20160516_151514
Le massif du Dévoluy.

Puis, nous nous sommes mis à la recherche d’un terrain pour nos ânes. Si celui de nos hôtes était idéal et fort herbeux, cependant, il était clos en partie avec nos cordes, ce qui  à terme allait mettre la puce aux longues oreilles qui se seraient sans doute fait … la malle (Cf le JT de France 2)! Grâce à Lia que nous avions rencontrée à Prébois (Cf le lapin), nous avons fait la connaissance de Fred, un ânier permaculteur et sa compagne Sue, qui habitent un petit hameau situé sur les hauteurs de Mens. Ils nous ont proposé un terrain et nous ont invité à dormir chez eux. Comme nous n’aimons pas rester trop longtemps chez les personnes qui nous accueillent de peur de déranger (pure création de l’esprit, encore un exercice !), nous avons accepté pour libérer Cécile et Vincent.

20160514_094555
Changement de parc ! On traverse donc Mens à nu ! Les parents de Céline reconvertis en âniers !

Dans le même temps, les parents de Céline sont venus passer le week-end à Mens. C’est toujours une joie de les voir et pour eux c’est aussi une occasion de nous aider. Entre les courses, le « déménagement » entre nos différents hôtes et la gestion des chiens, il nous sont d’une aide précieuse. Mais on ne désespère pas qu’ils puissent marcher un jour avec nous.

DSC_0386C’est au café des sports (The place to be in Mens City), lors d’une soirée musicale fort sympathique, que nous avons rencontré pour la première fois Fred. Les communications téléphoniques étant compliquées compte tenu du réseau déplorable dans la capitale du Trièves, c’est en effet dans ce bar-restaurant qu’il a choisi de nous donner rendez-vous. Malgré le banjo et les cuivres qui animaient la soirée, nous avons réussi à discuter tout en avalant quelques pizzas. Propriétaire de 5 ânes, Fred travaille avec un de ses équidés dans ses cultures en traction animale et envisage de proposer bientôt des balades en ânes. Ce fut l’occasion d’une interview pour les Cahiers de l’âne.

20160517_170206
Céline s’est essayée à la traction animale avec Fred et son âne Jojo ! Une chouette expérience.

Sue nous a accueillis les bras ouverts le lendemain. Ecossaise et maman d’un petit Livan, elle porte avec Fred un regard sur la vie basé sur l’essentiel. Avec leur esprit de permaculteur, ils accueillent ce qui se présente à eux avec bienveillance. Ils sont aussi conscients de la complexité de la vie en général et de nos interdépendances, il s’efforce de ne pas porter de jugement tout en faisant des choix pour eux mêmes, réfléchis et posés. Ce fut une belle rencontre. Nous avons été touchés par la sensibilité de cette belle famille arrivée dans le sud de l’Isère il y a quelques années à pied avec un âne cherchant un lieu de vie. Nous avons goûté la cuisine de Sue, les pancakes à la farine de riz et sarrasin et aux autres petits repas sains et savoureux.

20160518_121001
Mens

Comme Sue et Fred, ils sont nombreux à avoir un jour, posé leurs valises dans le Trièves, devenue terre d’accueil pour une autre vie, une vie meilleure. Bien décidés à ne pas rester spectateurs d’un monde qui pour eux tourne à l’envers, ils multiplient les actions pour construire une société différente, plus humaine et solidaire : école Steiner, recyclerie, jardins partagés, radio associative, éducation populaire, création d’une monnaie locale, réunion Nuit Debout, et même un festival politico-musical « L’échappée rebelle » (organisé par l‘association Béchamel les 3-4 et 5 juin prochain) au cours duquel outre plusieurs concerts, des conférences, table ronde et autres ateliers, … seront organisés sur des thèmes aussi variés que « la démocratie participe », « la démocratie excluante », « l’alliance citoyenne : expériences, stratégies et analyses », « éclairages impertinents sur l’appropriation de la démocratie dans la commune » ou encore « Le dixième République et quelques facéties de plus »…

20160518_141531
Le chapeau de Calvin.

Les « va-nus-pieds », comme certains les surnomment avec condescendance, s’affranchissent du regard des autres et des moqueries. Ils avancent sur leur chemin de traverse pour s’éloigner d’une société consumériste où l’on en est arrivé à louer sa propre perceuse pour augmenter son pouvoir d’achat. Eux, ils prônent le partage et « l’économie du don » c’est à dire, en résumé : donner à quelqu’un qui en a besoin, plutôt que vendre ou même troquer, un peu de ce que l’on a à disposition (temps, énergie, nourriture, soins, écoute, service…) nous sera rendu, un jour ou l’autre, peut-être sous une autre forme et par quelqu’un d’autre. Ainsi l’énergie circule.

Cette philosophie nous parle beaucoup. Sommes-nous en train de quitter nos chaussures pour devenir nous aussi des « va-nu-pieds »? Qui sait… Sans doute avons-nous choisi ce chemin en partant faire ce voyage.

20160518_125940Malheureusement, beaucoup, notamment les « autochtones », ne comprennent pas ou ont peur de cette société alternative que veulent développer les néo-ruraux qui débarquent avec leurs enfants. A tous les échelons des institutions, les bâtons dans les roues ne manquent pas pour freiner ces initiatives et la première étant de toucher aux porte-monnaie des associations qui les mènent.

20160514_175219
Interview du responsable du Musée du Trièves.

Par ailleurs, dans le cadre du documentaire que nous préparons sur le « Chemin des huguenots », j’ai donc interviewé Claude (qui nous avait trouvé un terrain pour notre arrivée) mais aussi le responsable du musée du bourg. Le « Musée du Trièves » propose en effet actuellement le thème du « fait religieux en Trièves » ce qui nous a permis d’aborder très largement le protestantisme dans cette partie de l’Isère et les guerres de religion.

20160516_140530Dans ce cadre-là, lundi de Pentecôte, nous sommes également retournés au col de Menée (cette fois avec une voiture prêtée par Lia) où les protestants du Diois, du Trièves et même de Grenoble se retrouvent pour célébrer l’histoire de l’exil huguenot. Nous y avons rencontré la pasteure de Die pour qui ce chemin doit amener une réflexion sur notre histoire contemporaine et l’accueil des réfugiés.

20160516_115454

Enfin, juste un GRAND merci à vous tous pour ces chouettes moments passés avec vous, pour votre générosité et votre bienveillance. Ne changez rien. Gardez le moral et le sourire. Continuez contre vents et marées à construire un monde plus juste !!

 

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !