close
Marius Tour de France

Jour 26/ Merci la vie, merci les Anges…

20160417_115158Vous avez déjà marché avec deux bassines aux pieds ? C’est un peu ce que nous avons fait après avoir traversé trois rivières en une journée … et Marius n’a pas bronché ! Trop fort ! A vrai dire le passage de cours d’eau plus ou moins large est quasi-quotidien en ce moment et Marius passe plutôt bien sans trop rechigner et sans caméra de télévision !

20160417_140256On s’habitue finalement à avoir les pieds trempés. L’espoir auquel on se raccroche de dormir au chaud et au sec en fin de journée nous aide à marcher sous la pluie et nous donne le courage de mettre un pied devant l’autre même s’il fait « flotch flotch » et qu’il glisse dans la boue.  Pour tout vous dire (ou presque), on comptait bien arriver chez un berger que nous avions rencontré à quelques kilomètres de Manas il y a une dizaines de jours et avec qui nous avions bien accroché. Nous n’avions pas pu nous y arrêter car son exploitation se situait à une poignée de kilomètres à peine de notre bivouac. L’idée de partager avec lui un moment et de faire une interview avec cet homme qui a construit sa maison en ossature bois et en paille, me plaisait bien.

Des traces de la présence de castors
Des traces de la présence de castorsaa

Mais pour y arriver nous devions faire fissa car la douzaine de kilomètres au programme de la journée n’allait pas se faire tout seul (Ah bon ??!!!). D’autant que nous sommes partis vers 13h15 après avoir partagé un dernier moment au café de Saou avec les parents et amis de Céline. Nous avons reçu également la visite en début de matinée, de Michel qui nous avait hébergés à Grignan et de Sandrine, une amie cavalière. Difficile de ne pas savourer ces moments ! C’est toujours chouette de les voir !

20160417_134836C’est donc sous une pluie battante que nous avons quitté ce charmant petit village. Direction Soyans et son château féodal. Sauf que nous avons commencé par nous tromper de direction !! Ce n’est pas faute d’avoir un GPS mais un moment d’inattention suffit ! Pour le coup, le GPS nous a été très utile pour éviter de rebrousser chemin en suivant une autre piste qui nous a conduite là où nous envisagions d’arriver.

20160417_172728Très logiquement, l’après-midi est déjà bien entamée lorsque nous nous installons en bas du château de Soyans.  Edifié à partir du Xème siècle au sommet d’une falaise qui domine le lit du Roubion entre les villages et places-fortes de Saoû et de Pont-de-Barret, ce site attire beaucoup de touristes. D’ailleurs durant la demi-heure au cours laquelle nous nous sommes arrêtés pour manger un bout, nous avons vu beaucoup de visiteurs comme un couple d’Anglais qui pensait que nous proposions de monter les curieux jusqu’au château avec nos ânes !!

20160417_181854Et comme si nous étions très en avance, le tracé de la Drôme à cheval que nous suivons, nous indique de traverser une rivière mais nous nous retrouvons bloqués par la clôture électrique « sauvage » d’un pré où s’ébattent deux chevaux. Nous voilà donc dans un cul de sac et nos recherches en amont et en aval de la rivière sont vaines. Nous ferons finalement demi-tour par la route pour regagner un peu plus loin le chemin.

20160417_171014Pas le temps pour nous de monter là-haut et admirer le paysage si nous ne voulons pas  arriver trop tard. Mais 18 heures ont déjà sonnées lorsque nous entrons dans  Manas et il nous reste encore une bonne heure pour arriver chez le berger. En traversant le village, nous rencontrons une dame qui nous demande « quel tour nous faisons ». « Un tour de France et nous cherchons un champ pour passer la nuit » lui répondis-je. Céline était fatiguée même s’il lui « en restait encore un peu sous le pied » ! Moi aussi j’étais naze en plus d’être humide. Si les Anges pouvaient nous donner un coup de pouce … « Je connais des personnes qui pourraient peut-être vous accueillir » nous répondit Lizbeth. Une petite phrase qui nous a fait retrouver le sourire !!! Nous voilà donc partis en direction de ce couple qui a « le coeur sur la main » et qui « a déjà accueilli des gens « … On croise les doigts mais gros doute pendant dix minutes : ils sont introuvables. Et puis finalement ils réapparaissent et acceptent de nous loger pour la nuit : Marius et Symphonie ont un parc à proximité de leurs moutons et nous, c’est dans le gîte du couple que nous passons la nuit… un chaud et au sec !

DSC_0097Nous espérions passer la soirée chez un berger… finalement nous avons rencontré des « éleveurs » militants au coeur gros comme ça… Nous vous reparlerons de cette magnifique rencontre dans le prochain message …

Merci la vie, merci les Anges de répondre à nos besoins. Merci pour ce lit providentiel pour nous remettre de nos pérégrinations très humides de la journée !

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !