close

C’est par une route goudronnée que nous commençons la journée pour gagner un petit sentier qui longe les parois abruptes du géosynclinal de Saou. Décidément : il ne nous lâche plus !

20160428_144940Mais il fait vite soif pour nos animaux : les températures, frisquettes le matin montent vite en milieu de matinée surtout lorsqu’on est en plein effort !  Toute notre attention se porte sur Bayah qui a fait un petit malaise avant de partir. Ce sera le seul même si à plusieurs reprises on l’a vue légèrement tituber. Heureusement, nous traversons plusieurs sources et rivières ce qui permet aux chiens de se tremper et de bien boire.

20160428_154521On a vraiment pris beaucoup de plaisir à suivre les petits sentiers forestiers malgré les dénivelés importants. Dans nos silences, on entend beaucoup de chants d’oiseaux. On se régale d’une nature en plein réveil. Le printemps nous offre des tableaux resplendissants aux senteurs très différentes d’un lieu à un autre. Les forêts se seraient-elles parfumées pour accueillir la nouvelle saison ?

DSC_0198Poussés par de fortes rafales de vent, nous arrivons en début d’après-midi à Fondoresse : une grande bâtisse, sans doute une ancienne bergerie, construite au pied de la forêt de Saou d’où nous avons une vue imprenable sur le Col de la Chaudière et la plaine de Cléon d’Andran. Grandiose. En 2007, c’est par le GR9 que j’étais arrivé ici. Marius, dont le sabot était encore peu habile, avait glissé dans le ravin. Plus de peur que de mal heureusement, et c’est à Fondoresse que j’avais passé la nuit grâce au cœur généreux de touristes qui louaient le gîte.

20160428_160100 Le Mistral ne nous retient pas et nous entamons rapidement une descente par un petit sentier. Nous ne savons pas où nous allons passer la nuit. La carte IGN indique des prés un peu plus bas qui pourraient faire l’affaire ! Nous croisons les doigts. Après avoir marché un peu plus, près de deux kilomètres, nous trouvons enfin le lieu idéal pour toute notre troupe. Il n’est pas trop tard pour profiter de ce lieu splendide : une pâture coincée entre le Gourdon et les falaises de la forêt de Saoû. Un ruisseau à proximité nous permet de donner à boire aux animaux d’autant que Marius et Symphonie ont étonnamment très soif. Peut-être à cause du foin de la veille ? Pour nous, en revanche, l’eau va commencer à manquer si nous n’en trouvons pas rapidement demain dans la matinée.

Libres… c’est le sentiment que l’on ressent ce soir. Libres et tellement bien dans cette nature, loin du tumulte de la ville et du brouhaha de notre société. On profite de l’instant présent avec délectation. Quel bonheur !!

DSC_0227

Un commentaire

  1. mERCI BEAUCOUP DE NOUS FAIRE PARTAGER VOTRE AVENTURE JOUR APRES JOUR AVEC DES COMMENTAIRES INTERESSANTS ET DE MAGNIFIQUES PHOTOS. nOUS VOUS SOUHAITONS LE MEILLEUR POUR LA SUITE. sI COMME VOUS L’INDIQUEZ VOUS FAITES UNE INCURSION EN SUISSE, NOUS AURONS PEUT-ETRE LE PLAISIR DE VOUS RENDRE VISITE. bISES ET BONNE ROUTE !

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !