close

Nous nous arrachons enfin et partons en début de matinée après avoir dit au revoir à nos amis. Nous prenons ce beau chemin que j’avais emprunté déjà en 2007, où j’avais rencontré pour la première fois Alain et Pascaline !

20160427_122646Nous sommes dans une hêtraie magnifique et revoilà la toute première rivière que Marius n’avait jamais voulu traverser à l’époque !!! Cette fois il la franchit royalement ! Marius a grandi !!!!

« En arrivant sur la plateau, j’ai imité le hululement du hibou pour avertir mes compagnons de route. J’étais le dernier, plusieurs d’entre eux avaient déjà voyagé une ou deux nuits. Les présentations ont été rapides, j’ai aperçu un âne chargé de matériel … » (extrait de « Aller simple… » de Johannès Melsen).

20160427_124727S’ensuit une grimpette. Sur les hauteurs de Bourdeaux nous passons au quartier des Bourelles où le 30 août 1683, avant la révocation de l’Edit de Nantes, se sont déroulés de violents combats. En effet, des chefs protestants réfugiés dans la forêt de Saou pour éviter les arrestations de la police de Louis XIV, décident d’affronter les dragons du marquis de Saint-Ruth venus investir Bourdeaux. Après 8 heures de combat acharné, les protestants sont débordés. Quelques-uns réfugiés dans une grange sont brulés vifs. Le combat fit 60 morts chez les dragons, autant chez les protestants.

20160427_132458Nous nous posons vers 14h30 pour manger un peu, au bord d’un champ. Un peu plus d’une heure après avoir repris la route, Bayah fait un « malaise », perd l’équilibre et tombe. Nous lui laissons le temps de reprendre ses esprits à l’ombre et je lui vide ma gourde dans une gamelle pour la faire boire. Quelques kilomètres plus loin, nous nous arrêtons à Mornans pour prendre de l’eau. Le propriétaire d’un gîte équestre situé dans ce petit village nous remplit nos gourdes et ça là que Bayah fait de nouveaux malaises. Elle en fait trois ou quatre en l’espace d’un quart d’heure à peine.

Nous décidons donc de nous arrêter là, même si nous ne sommes qu’à 8km de notre point de départ. Céline appelle un vétérinaire osthéo et acupuncteur qu’elle connait, et lui décrit les symptômes par téléphone. Il pense qu’il pourrait s’agir de crises d’épilepsie vraissemblablement courante chez les chiens âgés. Ces crises auraient pu être déclenchées par le stress lié à la présence de son abcès et à la fatigue. Le véto nous recommande d’observer ses yeux lors des prochaines crises pour déterminer si elle perd connaissance ou non. Son abscès cicatrise bien mais nous en découvrons un second  sur la joue opposée et parfaitement symétrique au premier. Comme il est encore petit, nous le soignons plus facilement.

20160427_183732

Nous bivouaquons ce soir sur le terrain du gîte équestre de la personne qui nous a donné de l’eau. Les mulânes ont droit à un padock avec un peu d’herbe et du foin. Devant nous, la forêt de Saoû.

Nos hôtes nous invitent à prendre l’apéritif avec eux et une famille en vacances dans l’un de leurs gîtes. Un moment agréable au cours duquel notre voyage a suscité beaucoup de curiosité.20160427_210612

Un commentaire

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !