close
Marius Tour de FranceMTF #Sur les pas des Huguenots

Jour 31/ Au bois de Vache, les vieux hêtres se souviennent des rendez-vous clandestins

20160422_114647« Nous utiliserons les sentiers des colporteurs de jour comme de nuit, les villes et les bourgs ne seront pas évités, ils représentent une chance de se noyer dans la foule. Par contre, les villages ne seront traversés que si un accueil est identifié. Ce voyage est si risqué ! La sortie de France nous est interdite, une peine de galères à vie plane sur chacune de nos têtes. Mais Genève vaut bien cela » (extrait de : Aller simple… J. Melsen).

20160422_120030Le vent a calé durant la nuit. La journée s’annonce belle. La lumière du soleil inonde petit à petit les lieux, les rendant encore plus magiques. Il faut en profiter car les prochains jours s’annoncent humides et froids. Tandis que nous rangeons nos affaires, les moutons et leurs agneaux sortent de la bergerie qui se trouve en contrebas, sous le regard de plusieurs enfants qui crient leur joie et leur excitation de vivre ce moment. Nos ânes les intriguent et ils finissent par venir les voir.

Vous reprendrez bien des asperges ... sauvages !!
Vous reprendrez bien des asperges … sauvages !!

On est en milieu de matinée lorsque Marius et Symphonie sont bâtés. Nous sommes presque prêts à partir au moment où un couple de randonneurs arrive à la chapelle. Nous discutons un moment. Il arrive de la côte d’Azur et suit le GR9. Devant l’église les deux retraités décident de manger un bout tandis que nous les saluons et prenons le chemin.

20160422_113129Pour nous aussi, le GR9 sera notre repère. Pendant quelques kilomètres en tout cas. Rapidement, nous quittons la route pour traverser une forêt de feuillus. Ça grimpe dur pour commencer la journée ! Et après une première montée, on enchaîne sur une deuxième ! Malgré la difficulté, on se sent bien parmi ces grands arbres aux feuilles vert-tendre. Je reconnais bien les lieux. C’est ici qu’il y presque dix ans, a commencé mon chemin de vie (ceux qui ont suivi s’en souviennent !!). C’est ici que sans le savoir, cette aventure a sans doute commencé…

20160422_131204Une longue piste puis une bande de goudron nous amènent au Bois Vieux. Le chemin est doux, parfois sablonneux. Après être passés devant le « repère des Amoureux », une grande cabane en bois sur pilotis, nous arrivons au col de Boutière. Un kilomètre plus loin nous avons rendez-vous avec Johannes Melsen, auteur passionné d’histoire et organisateur de festivals qui s’est retrouvé il y a 15 ans, malgré lui, initiateur du chemin des Huguenots.

20160422_161212Nous le rencontrons dans le cadre de notre documentaire au « Bois de Vache » situé sur la commune de Poët-Celard. Un lieu indescriptiblement beau ! Ce bois peuplé de grands et vieux hêtres nous émerveille. Nous pénétrons là au cœur de ce qui fut un lieu de culte « au désert » et de rassemblement. Des centaines de protestants se retrouvaient ici, clandestinement pour pratiquer leur religion à l’abri des dragons du roi. C’était un véritable acte de résistance ! La hêtraie présente ici une configuration particulière en cuvette avec d’un côté des rochers qui offraient une bonne acoustique aux orateurs, et de l’autre une sorte de gradins naturels.

20160422_161209Johannes Melsen est passionnant, captivant. Nous l’écoutons pendant près de deux heures nous conter l’histoire de ce chemin d’exil et de tolérance. Nous aurions pu discuter avec lui toute la journée mais nous devons le laisser vaquer à ses occupations… et de toutes façons, nos batteries sont vides et nos animaux commencent à s’impatienter. Nous bâtons prestement Marius et Symphonie et quittons ce lieu plein d’énergies, non sans un dernier regard admiratif.

20160422_165129Une longue descente nous attend pour gagner la vallée du Roubion. Nous arrivons à Bourdeaux deux heures plus tard. La faim nous tenaille car nous n’avons pas pris le temps de manger. Nous nous réjouissons d’arriver au camping de Tzig’âne situé encore à 2,5 km du centre du village. Alors que nous déroulons la route monotone d’une humeur un peu maussade à cause d’une histoire de bière que nous aurions pu siroter à la terrasse d’un café mais à laquelle nous avons renoncé à cause de l’heure tardive, une femme nous aborde dans sa voiture alors que nous passons devant chez elle, pour nous moraliser sur le fait que nous devrions tenir nos chiens en laisse car d’une part, nous sommes sur la voie publique et d’autre part, ils pourraient attaquer les siens puisqu’une partie de son terrain n’est pas clos… et donc pourraient aussi se trouver sans laisse sur la voie publique ! Bref après lui avoir fait remarquer qu’un « bonjour » aurait été plus élégant en introduction, le ton monte et très vite s’ensuit un échange complètement irréel dégoulinant de mauvaise foi où tous les soucis de cette dame se mélangent et nous retombent dessus. Nous comprenons qu’elle est en conflit avec la terre entière, mais face à tant d’agressivité nous ne parvenons pas à garder notre calme. Et alors que Céline tente de récupérer la situation, Symphonie se soulage d’un besoin  non dissimulable devant le portail, ce qui n’arrange pas les choses. Nous sortons notre petite pelle ad hoc pour ramasser l’objet du conflit tout en continuant à beugler les uns sur les autres. Pendant que la dame nous prend en photo et menace d’appeler les gendarmes, un jeune couple qui passe en voiture, nous conseille de lâcher l’affaire car le cas est irrécupérable. C’est ce que nous finissons par faire puisque la discussion est définitivement bouchée.

20160422_165722Finalement, c’est au camping que je sirote une bière offerte par le couple sus-mentionné pendant que Céline sèche ses larmes d’impuissance. Nous comprenons que lors de notre voyage, nous allons rencontrer ce genre de situation et qu’il est important que nous arrivions à ne pas laisser la violence s’installer, même face à l’injustice et aux donneurs de leçons, car nous tenons à faire triompher les valeurs humaines. Ce fut donc un échec pour cette fois, mais nous nous promettons qu’au prochain exercice que la vie nous amènera, nous prendrons le recul nécessaire pour nous en rappeler.

20160422_165541« On parle d’une assemblée secrète à Saint-Nazaire. Je ne m’y rendrai pas, je n’ai aucune envie de jouer au martyr, d’être noué, pendu, d’aller ramer sur les galères ou de pourrir emprisonné au donjon de Crest, cette tour maudite où les cachots sont si humides que les vêtements moisissent sur le dos des prisonniers ».  (extrait de : Aller simple… J. Melsen).

Tags : Bois de vacheBourdeauxJohannes MelsenPoët-CelardTzig'âneVallée du Roubion

3 commentaires

  1. Je découvre votre voyage avec bonheur. Merci de le partager ainsi avec autant de talent (si si !). Et pour cette bonne femme, tous mes voeux vous accompagnent, il est tellement difficile de garder son calme face a ces personnalites…. heureusement que finalement ils sont rares !!!

  2. Essayez ce truc bonjour madame moi aussi je suis content de faire votre connaissance, vous allez bien? Souvent les gens aggressifs sont décontenancés par des paroles amicales… bonne chance!

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !