close
Marius Tour de France

Jour 24/ La forêt de Saou, un joyau dans un écrin de verdure

Parmi ses trésors, la Drôme a un joyau : la forêt de Saou. Un navire de 13 km posé dans le Diois, véritable sanctuaire pour la faune et la flore qui vivent protégées dans cet écrin de verdure.

Nous avons traversé ce site remarquable et classé « Espace naturel sensible » en venant de Aouste-sur-Sye. D’abord par la route puis par des chemins depuis lesquels nous nous sommes approchés de ce synclinal perché magnifique. Toutefois, pour parvenir au Pas de Lauzens nous n’avons pas eu d’autre choix que de reprendre la départementale puisque le col Saint-Michel nous a été déconseillé à plusieurs reprises. Pas d’autre choix donc que le bitume sous une chaleur presque estivale. Mais la beauté du site a un prix : celui de nos efforts pour parvenir jusqu’à cette forêt magnifique. Heureusement, la nature est généreuse et nous offrait une fois les gorges passées, un ruisseau chantant qui a permis de rafraîchir nos quadripèdes.

Dans la descente vers Saou, la forêt de pins nous tendait les bras et nous nous sommes risqués à emprunter des chemins non balisés. Marais, gorges humides, falaises, garrigues méditerranéennes, landes montagnardes et pelouses subalpines se partagent ce massif boisé à 85% où vivent protégés par de hautes falaises calcaires, chamois, sangliers, chevreuils, martres, belettes, fouines, renards, blaireaux, marmottes ainsi que plus de cent espèces d’oiseaux nicheurs, grands corbeaux, aigles royaux, rapaces, buses, passereaux….

Finalement, nous avons retrouvé la piste équestre qui nous a conduits vers un sentier qui sillonne une forêt dense et très humide traversée par la Vèbre, un torrent qui rend ce lieu encore plus magique. Ici, le temps semble s’être définitivement arrêté. La main de l’homme intervient uniquement pour couper les arbres tombés sur le chemin. Les autres, pourrissent au sol et  favorisent le développement de nombreux insectes ou servent d’abris aux oiseaux. Il faut bien tendre l’oreille pour parvenir à entendre les habitants de ces lieux. Je ne parle pas là d’insectes ou de mammifères mais d’Elfes, de Fées, de Lutins mais aussi des Esprits des Arbres… Et justement, alors que nous allions sortir de ce marais incroyablement beau, notre regard s’est porté vers un très vieil hêtre vénérable. Grandiose, magnifique, imposant… le roi des lieux qui impose respect et bienveillance. Comment devant cet arbre deux fois centenaire qui semblait nous regarder, ne pas s’arrêter quelques minutes. Nous attachons alors nos équidés, posons nos sacs et traversons le torrent pour aller saluer ce vieil arbre de plus de 20 mètres de haut et 5,50m de circonférence.

DSC_0073

Lentement, nous quittons ces lieux magiques pour rejoindre les parents de Céline et des amis qui nous attendent au camping de Saou. Cette forêt luxuriante et très reposante a rechargé nos batteries tout en nous apaisant.
Avant d’arriver, le chemin est encore plein de surprises et devient plus minéral avec des pentes rocailleuses et des pitons rocheux.

DSC_0088
Tags : Aouste-Sur-SyedromeForêt de SaouSynclinal

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !