close
Marius Tour de France

Jour 13/ En terre huguenote

20160404_125904

Enfin, on aperçoit un bout de ciel bleu en ouvrant la tente ! Quel bonheur !! Dehors, nos compagnons de voyage vont bien. Tout le monde a visiblement bien dormi. Le terrain était idéal pour y passer la nuit et récupérer un peu de la journée de la veille. Cela dit, au réveil, on sent bien que la fatigue et les maux en tout genre sont encore là… allez, on se motive : après quelques kilomètres et un bon café, nous serons d’attaque !!

Et le café,  nous le boirons au Poët-Laval dans une petite épicerie. Le gars n’est pas très sympathique mais Céline arrive à lui décrocher un sourire !!! Le temps de boire notre p’tit noir et de manger quelques fruits, nous rencontrons pas mal de monde. Des retraités surtout, très curieux en découvrant nos deux équidés attachés devant la supérette du village. Un homme nous raconte que son père était bucheron lorsqu’il était enfant et que c’était lui qui était chargé d’amener la mule dans la forêt pour transporter ensuite le bois coupé. L’âne comme la mule sont décidément très présents dans la mémoire collective.

20160404_131951

Il est tard lorsque nous décidons de reprendre le chemin. Nous grimpons dans le vieux village, ancienne commanderie des chevaliers hospitaliers de St-Jean de Jérusalem, où nous rencontrons deux personnes qui s’occupent actuellement du musée du protestantisme Dauphinois. Nous ne pouvons y rester car il n’ouvre que l’après-midi.

Toutefois, nous nous y arrêterons dans une dizaine de jours lorsque nous reviendrons pour emprunter le Chemin des Huguenots. Ce chemin de l’exil qui, au XVIIe siècle, a vu des milliers de protestants fuir les persécutions après la révocation de l’Edit de Nantes et rejoindre des terres protestantes en Europe et dans le monde…

Nous vous en parlerons donc longuement bientôt, mais le territoire est riche d’histoires locales…

La pluie nous laissera un répit jusqu’à 15h environ. Le temps pour nous de gravir la montagne jusqu’au Châtelard. Ce château en ruine était occupé à la fin de la guerre de Cent Ans par Pierre Troyhon, un mercenaire démobilisé et désoeuvré qui y entassait ses butins et emprisonnait ses otages !

20160404_143837
La chatelard

 

Puis c’est la redescente pour Eyzahut. Mais nous avons perdu le chemin. La proximité d’une carrière dont les engins qui extraient la roche, effraie Symphonie qui n’a sans doute jamais vu de telles machines. Du coup, nous avançons sans faire attention aux indications et lorsque nous nous rendons compte de notre erreur, il est trop tard. Nous poursuivons sur la piste sur laquelle nous avançons même si nous devons ajouter 3km au compteur !

20160404_143946
La carrière bruyante qui effraie Symphonie

A 16h pétantes, Sandrine et Eric d' »Allo la Planète » nous appellent pour parler du voyage en direct dans l’émission.  Le temps pour nous de garer Marius et Symphonie en bordure de chemin, et nous répondons aux questions de Eric Lange. Après 20 minutes d’interview, nous décidons de marcher encore une heure. La fatigue se fait déjà sentir !

 

Mais le sentier devient plus technique. Dans la boue et sur des feuilles glissantes, nous poursuivons donc notre descente quelque peu sportive. Sans arrêt, il nous faut guider nos équidés, faire attention qu’ils ne glissent pas sur la roche ou en sautant les « marches » de rocher mais aussi qu’ils ne nous fassent pas tomber en nous bousculant.

20160404_141353

Pas simple lorsqu’en plus le sentier est très étroit ! L’apothéose : une rivière !!

Après avoir hésité Marius commence à la traverser avant de s’arrêter au milieu pour … pisser !!! Ah ben bravo !! Je ne sais pas si je devais y voir un signe mais il est en plein progrès le bougre !!

20160404_163143

Il nous faudra faire encore plus de 2 km pour trouver un terrain où se poser. Nous plantons le bivouac sur ce qui semble être un ancien terrain de moto-cross. Si le site ne semble pas avoir vu de deux roues depuis longtemps, des pneus jonchent encore le sol un peu partout. Malgré cela, le lieu fera bien l’affaire !

L’anecdote du soir : je suis retourné dans le hameau que nous avons traversé avant d’arriver ici (l’Hôpital) pour demander de l’eau. Je n’ai trouvé qu’un Britannique à qui j’ai demandé de l’eau. Il est revenu avec … Les gourdes à moitié pleines !! Je crois que mon anglais est déplorable !!

20160404_183647

3 commentaires

  1. Etant anier amateur et randonneur en petits cours. je suis votre Aventure. Lorsque vous êtes passés a Poët – Laval. Les retraités qui vous parlez sont originaires du village c’est la famille boulard; par contre l’épicier est un monsieur gentil,mais il est très timide

    bonne aventure et si je suis à poêt lorsque vous débuterez le chemin des huguenots j’irais à vous

    1. Bonjour.
      En fait les retraités venaient de l’Est de la France pour s’occuper pendant quelques jours du musée.
      Pour l’épicier, je ne doute pas qu’il soit timide ! 🙂
      Merci de nous suivre dans cette aventure.
      A bientôt peut être

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !