close
Marius Tour de France

Jour 12/ Nos corps s’adaptent

20160403_130757

Nous commençons la matinée par un interview de Maurice, qui a créé Taulign’Anes, pour organiser des randos à dos d’ânes dans les environs. Une vidéo qui passera peut-être sur le site des « Cahiers de l’âne ».

Après avoir remodifié le chargement des sacoches, brossé et bâté nos amis qui étaient très boueux, nous nous décidons à partir. Symphonie a même droit à une toilette plus complète.

Nous n’avons pas envie de reprendre la  route et nous empruntons des petits chemins pour redescendre sur Taulignan. Sous la pluie, encore ! Je m’aperçois alors que j’ai oublié la housse de protection de mon sac-à-dos à Grignan. Ceux qui me suivent depuis longtemps ne seront pas surpris, je laisse des traces sur mon chemin et ce n’est pas le premier objet que j’oublie !!! Le poncho de Céline me servira de bâche temporairement !

Nous récupérons le chemin que nous avons prévu de prendre, avec 250m de dénivelé positif, dans le brouillard…

20160403_144737

Le paysage est étrange : nous sommes à la fois dans l’hiver, avec les feuilles mortes qui jonchent le sol, le brouillard, la pluie et le printemps nous fait de l’œil avec ses arbres verdissants.

20160403_145459
Nous avons fait connaissance avec une jolie petite salamandre

Céline est limite malade ce matin et, dans sa gourde, elle a troqué le Rescue contre le chlorure de magnésium. J’espère que nous n’aurons pas de contrôle anti-dopage !!!

Le temps est bien pourri mais Dame Nature nous gâte par la beauté des lieux. Je retrouve l’ambiance des forêts magiques que j’ai traversées et auxquelles le brouillard rajoute une atmosphère étrange, comme surnaturelle. (Non, je n ‘ai pas abusé du chlorure de magnésium !!!!!)

20160403_153746

Nous montons jusqu’à 680m environ, puis redescendons par un sentier en bordure de ravin et là, le paysage nous offre une vue magnifique sur la vallée de la Roche St Secret , jusqu’au col de La Croix.

Il est 16h et nous avons une petite faim soudaine. Il faut dire que nous n’avons pas mangé à midi. Arrêt près d’une ferme en ruines avec un grand pré. On débâte nos équidés et en une demi-heure, nous avalons une boîte de sardines, de la purée d’amandes et du pain !

Nous descendons un peu plus vite, revitaminés,  par un chemin très caillouteux. Nous sommes déjà solidaires de nos ânes en portant nos sacs de 15kg, mais nous le sommes aussi maintenant avec nos chaussures qui « sentent bien le terrain », comme leurs sabots. Nous marchons davantage sur l’herbe, nous aussi !!!!

Chemin faisant, nous croisons un motard respectueux qui arrête son moteur pour ne pas effrayer les animaux et discute un peu avec nous.

20160403_145921

Nous entendons le premier « coucou » (tiens,  le printemps !) et nous respirons les doux parfums de l’humus et des champignons (tiens, l’hiver !). De très vieux arbres jalonnent le chemin, des chênes centenaires surtout.

Arrivés dans la plaine, Marie, la présidente de Solidarité Elisa et son mari Jacky, nous rejoignent. Ils apportent de la soupe, du saucisson et des caillettes. C’est cool de les retrouver mais la pluie se remet à tomber et nous n’avons pas le temps de beaucoup manger. A un kilomètre du Poet Laval, nous trouvons un terrain herbeux et un riverain nous informe qu’on peut s’y installer.

En fin de journée, c’est Symphonie qui repère les terrains et s’arrête dès qu’elle en voit un. Elle est bien éduquée et ne mange pas d’herbe en chemin, tandis que Marius, lui… Aussi, en fin d’après-midi elle commence à avoir faim et le montre  !

Il fait frais, mais nous subissons un climat tropical (chaud et humide) dans nos vestes chaudes. On transpire beaucoup et nous devons nous méfier des petits coups de mistral ! Notre barda n’est pas trempé, un peu humide, mais les sacoches de Symphonie sont étanches et les bâches efficaces.

20160403_161301

Comme nos équidés, nous prenons le rythme et notre musculature s’adapte de mieux en mieux à la marche. Nous perdons de la graisse et gagnons des muscles ! La ceinture du sac de Céline est maintenant trop grande ! Notre condition physique s’améliore !

Ce soir nous dormons sous la tente. Nous aimons bien cette alternance de lits (douche et toilettes !)  et de tente. Nous passons de merveilleux moments avec nos hôtes et nous sommes ravis aussi de retrouver notre petite maison de toile : nous nous couchons plus tôt et dans ces endroits un peu sauvages, nous écoutons les bruits de la nuit et goûtons avec plaisir les moments de silence !

20160403_172307

5 commentaires

  1. QUE D’EAU QUE D’EAU MES PAUVRES…
    J’AI PENSE A VOUS TOUTE LA JOURNEE SUR MON STAND EN PLEIN COURANT D’AIR MAIS A L’ABRI DE L’EAU CAR POUR LES SAVONS C’EST PAS TERRIBLE…
    PANNE D’ORDI DONC PAS PU VOUS SUIVRE SOUVENT… CYBER CAFE POUR L’INSTANT….
    BISES A TOUS.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !