close

On avait décidé de partir tôt ce matin…c’était sans compter avec le froid ! En se levant, on ne sentait plus nos pieds et nos mains ! Le temps de se réchauffer un peu, nous sommes partis vers 9h.

Hier soir, dans le pré  à vaches où nous avons dormi, il y avait plein de champignons hallucinogènes  » Psilocybe semilanceata », qui contiennent de la psilocybine, stupéfiant naturel apparenté au LSD. Rassurez vous, on ne s’est pas fait une omelette mais je craignais que Marius en mange et que je le retrouve ce matin très « planant » !!!

?
La Lozère

Nous faisons un bout de chemin tranquille, dans les bois. Nous passons à côté de Pradelles (Haute Loire) pour reprendre le GR 70 (celui de Stevenson). Nous tombons sur un chemin fermé, barré par des travaux et on doit faire un petit crochet avant de passer au goudron.

Je découvre avec plaisir en arrivant à Langogne que l’itinéraire a été changé. Je me souviens  être arrivé dans une zone industrielle très moche la dernière fois que j’ai fait le chemin de Stevenson. Après avoir passé le fameux pont de l’Allier, nous n’allons pas vers la zone industrielle mais sur un chemin qui longe le fleuve, sans goudron, puis nous remontons doucement dans Langogne.

20150904_120433

Je fais avec Marius un selfie devant la statue de la Bête. Nous sommes tous les deux maintenant, Emmanuel et Pierre sont partis.

Arrivés au camping de Langogne, je plante de suite ma tente qui est encore  trempée par la pluie de la nuit et la rosée du matin.  Il y a un parc pour Marius avec déjà deux ânes. Marius bien évidemment fait la gueule ! Il ignore totalement ses deux copains de parc, qui, eux tentent de faire connaissance. Et mon Marius qui les dédaigne royalement !!

?
?

Je n’ai pas beaucoup parlé de mon rituel de randonneur, qui est de semer pas mal de choses en chemin. Je vais vous faire un petit inventaire quand même. J’ai oublié et perdu mes bâtons au « Bon accueil » (après avoir dit 10 fois à Pierre et Manu « faut pas j’oublie mes bâtons »), hier c’est mon chapeau que j’avais laissé et retrouvé dans l’église qu’on a visitée (là c’est Manu qui me l’a fait remarquer en sortant sans doute parce que ce n’était pas raccord pour le film). C’est tout ? Non ! J’ai perdu et retrouvé sur la route mes cartes SD de mon appareil photo et oublié et perdu une longe le jour où j’ai cassé mon deuxième téléphone, mais là, j’ai une excuse ! Je n’ai pas perdu… l’habitude de laisser toujours quelque chose derrière moi, comme une trace !

?
Langogne

Ce matin, Victorien est arrivé avant nous au camping. Nous sommes allés manger tous les quatre dans un resto de Langogne (ça faisait longtemps …depuis « Le Sauvage » ). De retour au camping, Manu a vidé les rushes de ma GoPro : une petite caméra que j’avais attachée avec une sangle autour de mon torse pour filmer de manière réaliste l’impression de la marche. Ces images serviront aussi dans le film.

Le film ne se terminera pas avec la marche : je vais poursuivre avec eux le tournage en réalisant des interviews auprès d’autres personnes, notamment des pro-loups… mais pas que !!

Des liens très forts se sont tissés durant ces trois semaines avec Manu et Pierre. J’étais un peu triste de les voir partir. Ce sont des personnes que  j’apprécie beaucoup. Au delà du film, c’est une belle rencontre et une véritable amitié entre nous. Ils ont été très courageux, eux qui n’avaient jamais fait ce genre de périple, à porter caméra et perche en plus de leur sac à dos de 14kg ! Et moi qui les embêtais quand je ne voulais pas resquiller un kilomètre pour aller plus vite !!! Ils ont accepté de prolonger d’une semaine leur présence avec moi, en réduisant la longueur des trajets journaliers, afin notamment de ne pas avoir à courir les jours où on s’était longtemps arrêtés pour filmer.

Et puis, il y a eu la rencontre avec Paul, de « Drone  Ardèche », plus brève mais tout aussi intéressante. Et Victorien, qui maintenant, connaît par coeur toutes les routes de Lozère, et même les chemins, pour les avoir parcourus avec son ravitaillement! C’est lui qui  nous redonnait la pêche chaque fois, lui… et ses quiches et ses salades délicieuses ! C’est lui aussi qui fait le montage du film … on cherche le titre, d’ailleurs !

Même si cette aventure est bien différente de celles que j’ai vécues jusque là, elle était magnifique ! Vraiment.

Nous dormons ce soir, Marius et moi, au camping « La Cigale de l’Allier » et demain, Manu vient nous chercher avec le van. Nous laisserons Marius à Aubenas…

Un peu de tristesse de devoir rentrer et le quitter, de quitter les copains aussi !

Merci à tous les fidèles lecteurs de ce blog et de la page FaceBook. Vous avez été très nombreux à nous suivre et à nous encourager par vos commentaires affectueux, qui m’ont fait chaud au coeur. En décembre, je vous donne rendez-vous au Théâtre du Rond Point à Valréas (Vaucluse) pour une soirée amicale avec photos, diaporama et sans doute une vidéo « maison »…histoire de se retrouver et de partager encore et encore….

?

3 commentaires

  1. ✨BRAVO BRAVO BRAVO ✨
    A Toi Stephane et a Marius pour ce voyage et pour ton action en faveur des enfants. ?
    Et Aussi MERCI de nous le Faire partager, merci pour tEs rÉcits, tes sensations, tes émotions, tes photos, merci pour tout ça et plus encore ! Encore Bravo Voyageur au grand coeur ❤️
    Et bravo aussi à Manu et Pierre pour avoir eu le courage de te suivrE.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !