close

Hier soir, Marius, dans le camping, s’est vu parqué dans un petit enclos bien herbeux. Mais il faisait la gueule ! Pas envie d’être enfermé ! Il ne mangeait pas, tournait en rond… Je l’ai sorti et l’ai laissé deux heures à se promener dans le camping, à manger l’herbe sèche et quelques vagues plantes au bord de la rivière…Bien moins goûteuse que l’herbe de l’enclos. J’ai du quand même l’y remettre pour la nuit : il n’a rien mangé !!!

?
?

Ce matin, je le sors à nouveau et il recommence à brouter l’herbe sèche ! Cet énergumène a pris l’habitude des grands espaces, de la liberté et ne supporte plus d’être parqué !!!

Nous partons vers 9h30, remontons vers Luc (le village) et sa fameuse tour, que j’avais déjà vue lors de mon périple « Stevenson ».

Luc en Lozère (GR70 Chemin Stevenson, GR700 Voie Régordane)
Luc en Lozère (GR70 Chemin Stevenson, GR700 Voie Régordane)

Nous poursuivons par le Gr 70 et nous rencontrons Kelly, une randonneuse un peu perdue qui cherche sa route. Elle marche un moment avec nous sur le chemin de la Rigordane, jusqu’à une bifurcation. Entre Pranlat et Laveyrune, coule une rivière qui délimite la Haute Loire et l’Ardèche. Arrivés à Laveyrune, nous mettons donc le pied dans l’Ardèche.

?
?

Et à partir de là, on se tape 300m de dénivelé positif (ça monte !) sur la montagne ardéchoise. La végétation est beaucoup plus aride, plus sèche. Depuis hier, nous sentons comme un parfum de Provence, qui se confirme aujourd’hui, entre pinèdes et garrigues. D’ailleurs à proximité, un lieu-dit s’appelle « la Camargue » !!!

J’ai toujours un peu de mal avec les côtes, même si je suis rodé ! S’il faisait froid ce matin, en marchant, on a très chaud mais quand on s’arrête, on supporte une polaire : le vent est frais, nous sommes à 1300m. Nous passons à Mour de Manible : on voit toujours quelques élevages de bovins. Avant d’arriver au hameau des Hubacs, il y a même un lieu-dit « Au pied de l’âne ».

Nous redescendons de 250m entre Les Hubacs et le point le plus haut où nous sommes montés. C’est la journée « montagnes russes » !!! C’est à Les Hubacs qu’a été identifiée la première victime officielle de la Bestia, une jeune fille de de 14 ans, Jeanne Bouchet. Une statue sur la fontaine du village commémore l’événement daté de 1764.

?
?

Nous voilà à présent à St Etienne de Lugdarès. Nous visitons la cathédrale de la Montagne, qui possède des pierres de différentes couleurs dont une sorte de lave poreuse. L’intérieur de l’édifice baigne dans une clarté filtrée par l’importante surface des vitraux…

?
?

C’est aussi la patrie d’Henri Charrière, le célèbre bagnard de Cayenne : »Papillon », écrivain de ses mémoires, qui vit le jour en 1904.

Nous prenons un verre au café du coin, ce qui me permet d’accéder à un peu de réseau pour envoyer des photos à Monique, et nous décidons de continuer sur 3 ou 4 km pour nous avancer un peu, sur le GRP de la Montagne ardéchoise.

Le voyage touche à sa fin : demain, nous traverserons Cellier du Luc, en direction de Langogne. Nous devrions arriver demain soir à Lespéron (nous l’espérons!) et être vendredi midi à Langogne, où prendra fin ce Marius Tour.

Ce soir, nous sommes dans un pré, autorisés par le propriétaire qui passait avec sa remorque et une cuve à eau pour ses vaches. Tout va bien. Nous sommes en forme !

2 commentaires

  1. Les bonnes choses ont une fin …Mais que de souvenirs …. Par contre le pèpère marius en arrivant, va falloir lui offrir au moins 1 ha pour lui tout seul !

  2. bonjour

    Je voie que Marius aime la liberté !! il a bien raison …… votre voyage touche a sa fin ;;;;;;; merci pour ce que vous faite je croie pour des enfants malades ….. et caresses a Marius et bonne fin de voyage

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !