close

A Châteauneuf de Randon, un monument est érigé à la mémoire de Duguesclin, qui durant la guerre de 100 ans, a été envoyé par le roi Charles V d’aller libérer le Gévaudan des anglais à Chateauneuf. Une longue bataille s’engage…sous la chaleur de Juillet, les troupes sont épuisées. Les secours ne semblent pas arriver et Du Guesclin est proche de conquérir Châteauneuf quand il tombe malade. La légende veut qu’en rentrant d’un combat en direction du camp de l’Habitarelle, il se soit désaltéré à la fontaine de la Clauze. La chaleur et la rudesse du combat associées à une eau trop froide auraient provoqué une congestion dont il mourra.

?
Monument à Duglesclin

Ce soir, nous nous sommes mis à l’abri dans la cour intérieure d’une maison non habitée. Il y a là une grange, une remise ouverte et couverte, où nous pourrons nous réfugier car la météo annonce des orages dans la nuit. Un petit jardin herbeux fera le repas de Marius et il pourra se mettre lui aussi à l’abri si nécessaire. Une voisine nous a donné le numéro de téléphone du propriétaire et je l’appelle pour lui demander l’autorisation de bivouaquer chez lui. C’est la première fois que je demande la permission d’occuper un lieu par téléphone ! Les propriétaires sont très gentils et donnent leur accord. Comme ils habitent dans un village voisin, le monsieur vient quand même nous rencontrer et s’assurer que nous n’allumons pas de feu car sa grange est pleine de foin ! Nous discutons de notre voyage et il nous raconte que la Bête a tué une jeune fille pas loin d’ici : c’est inscrit sur le registre de la mairie. C’est un très gentil monsieur, généreux. Merci.

?
?

Paul et Victorien sont partis ce matin pour refaire des images avec le drone. Céline et Kali aussi. Paul et Victorien les ont ramenés au village où Céline avait laissé sa voiture. Cette fois, c’est le vrai départ : son boulot l’attend demain !!  Marie-Lou, Oriane et Thibault nous ont quitté dans la matinée et voilà l’équipage réduit à nouveau à 3 humains et un âne bâté !

?
?

Paul et moi avons cherché ce matin une connexion pour récupérer sur internet un tracé actualisé afin de ne pas recommencer à nous perdre comme hier. Mais finalement aujourd’hui le chemin est bien indiqué sur une bonne partie du trajet avec les pattes de loup visibles. On trouve facilement le Gr  à la sortie du village où nous montons (nous avons dormi en contre-bas, près d’une rivière).

Dès la fin de la matinée, on nous prévient que des orages sont attendus pour le soir !

Nous suivons le tracé du Chapeauroux, qui longe le petite rivière du même nom, par de jolis chemins. De Pierrefiche jusqu’à Aurouzet (1085m). C’est une petite rivière très calme qui me rappelle le canal de Bourgogne.

En début d’après midi, nous traversons un champ occupé par des vaches. Certaines viennent de mettre bas car nous voyons des petits veaux, d’à peine quelques jours. Une dominante s’approche de nous, curieuse et l’air méfiant, voire menaçant. Elle se poste en travers de notre route. Nous lui faisons peur, elle s’éloigne, mais en arrivent cinq autres qui se mettent carrément devant nous et font barrage. C’est étonnant de voir comme d’un côté, les mères et les petits sont mises à l’écart tandis que celles là semblent faire obstacle à notre passage pour les protéger. Nous ne sommes pas rassurés. Marius, lui, s’en moque complètement ! Pourtant c’est sans doute lui qui les inquiète le plus ! Les vaches s’avancent vers nous, Pierre, Manu et moi.  Disons que le situation est un peu tendue. On se demande si elles vont charger !!! Finalement, nous réussissons à les effrayer assez pour qu’elles s’éloignent. Sans doute voulaient-elles protéger les petits. Mais c’est la première fois que je vois ce genre de comportement depuis que je traverse des prés  à vaches.

?
?

Un peu plus tard, après la rivière, ce sont des vaches avec des gros colliers de chaînes que nous rencontrons. Dans le troupeau, certaines ont des blessures. On s’interroge encore. Est-ce un rituel sado-maso ?!!  Pour les attacher à certains moments ? Eviter qu’elles ne se battent ? Monique pense que c’est pour les empêcher de courir parce que ça gâte le lait ? Si quelqu’un connaît l’explication … ? On n’a pas trouvé de réponse !

?
?

Ce soir, nous sommes donc à l’abri des vaches et des intempéries, dans la petite commune de « Les Thors ».  Il y a déjà beaucoup de vent. Nous attendons la pluie.

?
Note bivouac dans un jardin

4 commentaires

  1. Des « vaches folles » ? c’est vrai, j’ai vu un jour ce comportement et en fait tu ne sais pas comment réagir….. Igorer ? faire « peur »?
    Sacré Bertrand ! il aurait pu boire un bon vin de la région au lieu de l’eau glacée laxative !!

  2. bonjour j’espere que vous avez pas eu de probleme , avec la météo qui dégrader et a fait pas mal de dégats!! et que ce brave Marius a eu un abris bonne route bon courage pour votre aventures

  3. Ca me rappelle une autre histoire de vache …… Elles nous avaient vraiment fichu la trouillE , nous citadins …. ( alors que Le copaîn PaysaN Nous exhortait a ne pas avoir peUr…). Mais bref , hiStoire de ouf a se raconter au coin du Feu ….y’en a pour une soiree …..
    Je suis contente de vous lire regulierement. Je regrette de ne pouvoir venir un jour ou deux marcher avec vous (. Ca viendrA!?) On t’aime fort StepH ! , et Marius aussi , et les amis aussi !
    C la « deche » , mais enverrai don avant fin du voyaGe …..
    <3 <3 <3.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !