close
Marius Tour 2015 - Sur la trace de la bête du Gévaudan

Jour 23 / samedi 29 août : Belle rencontre avec un spécialiste du loup

Nuit un peu agitée avec l’arrivée intempestive d’un groupe de jeunes de la banlieue haute – savoyarde. Une colo d’ados qui débarquent vers 23h30 et « s’expriment » bruyamment pendant une heure !  Visiblement, les monos ont du mal à les cadrer ! Et parmi ces monos, la cousine de Pierre Marie !!! Surprise de l’un et de l’autre ! ….On a fini par dormir quand même !

?
?

Ce matin nous remontons le bon  kilomètre de descente qui nous a conduit au camping hier soir, et nous nous arrêtons au village, pour boire un café, puis manger quelques pains au chocolat et encore un café et finalement faire un méga petit déj’ jusqu’à 11h ! Nous profitons aussi de la présence d’un primeur local pour nous approvisionner en légumes et en fruits. On cherche également une carte IGN pour suivre le chemin, les traces des pattes de loup étant très aléatoires !  Je remarque que, sur tous les randonneurs que nous croisons, peu font le chemin de la Bête, la plupart sont sur le chemin de Compostelle.

Nous prévoyons de marcher 10 km jusqu’au lac de Charpal, sur le GRP de la Margeride, et rejoindre le GR43.  Après Rieutort, nous passons tout près du relais de télévision que nous voyions depuis Montbrac, ce qui nous confirme que nous avons bien grimpé, le relais étant en bonne altitude.  Le chemin est très sympa et après le hameau de Vitrollettes, nous entrons dans la forêt. Puis un chemin qui surplombe le lac, magnifique !!!

Nous arrivons près de la chapelle de St Féréol.  Les pèlerinages et processions ont toujours été très nombreux aux quatre coins de la Lozère. Certains perdurent encore aujourd’hui et sont restés de véritables lieux de rassemblement et de fête partagée. Au XIIIe siècle, les pèlerins venaient jusqu’à la chapelle Saint-Féréol pour guérir rhumatismes, maladies des yeux et paralysie. Une fontaine est sensée donner une eau miraculeuse.

?
?

Près de la chapelle, nous rencontrons un couple de Montpellier dans un camion aménagé. Ils ont des vélos et viennent une fois par an randonner par ici.  Garé à côté, un autre camion aménagé avec un un gars, Stéphane, qui, lui, est guide de pêche dans les Gorges de l’Ardèche et vient  ici pour pêcher. Tous les trois s’approchent et discutent avec nous, un long moment. On boit un verre ensemble, et comme Stéphane a ramassé quelques cèpes, nous partageons ce qu’on a, les uns et les autres, pour faire ensemble un agréable repas. Nous échangeons bien avec eux et longuement… jusqu’à 16 h, puis chacun repart de son côté : le couple en balade avec leurs vélos, Stéphane avec sa canne à pêche et nous, nous redescendons vers le lac qui est à 2 km à peine.

?
?

A 18 h, nous avons rendez-vous avec Patrick Pappola, bénévole à la FRAPNA (Fédération Rhône Alpes de Protection de la Nature), spécialiste de l’ours (il a longtemps travaillé dans les Pyrénées) et spécialiste ici du loup. Au lac, il y a beaucoup de monde et Marius est encore l’ attraction. Je le débâte : il y a là un endroit  très herbeux pour lui ! Stéphane, le pêcheur, nous rejoint.

?
?

L’interview de Patrick va durer une heure et ce qu’il nous explique est très intéressant. D’après lui, concernant le loup en France, il n’y a pas d’expansion de l’espèce, contrairement à ce qui se dit. Il semble même qu’il y ait une diminution, avec environ 280 bêtes au lieu de 300 au dernier recensement effectué par les chercheurs. Par comparaison, on en compte 3000 en Espagne et 1000 en Italie. La population lupine est bien plus importante chez nos voisins ! Vouloir abattre les loups alors qu’en moyenne, on en a un ou deux par département est absurde, dit-il. En effet les loups se régulent eux mêmes quand ils sont en surnombre (en tuant leurs petits). Le loup est bien utile pour réduire  la surpopulation des chevreuils (1 700 000) et des sangliers (les loups mangent les marcassins) car les chasseurs ne suffisent pas. Le loup a sa place dans l’équilibre de la faune environnementale. Le problème, c’est que l’intervention de l’homme disperse les meutes. Une meute de loups, si on la laisse agir, va s’attaquer à des proies plus difficiles, à des animaux sauvages (chevreuils par exemple). Seuls, ils s’attaqueront plutôt à une brebis.

Patrick pense, d’après les études faites, que les loups qui sont en France ne se reproduisent pas ici. Ils naissent dans les Alpes, et migrent après. Le spécialistes ne recensent jamais de petits. Comment font-ils ? La méthode a fait ses preuves ailleurs : ils appellent en imitant le cri des louves. Et dans la région, ils n’ont aucune réponse en retour. Cette dernière information nous questionne sur la lovière que Emmanoël Atman nous a montrée. Il dit qu’il ne l’a jamais montrée à cause des chasseurs, et elle n’est pas référencée par la  FRAPNA, ni par l’ONF en effet.

?
?

Cette discussion fort intéressante se poursuit bien au delà de l’interview car Patrick passe la soirée avec nous. Et le cercle s’agrandit puisque Victorien (oui, au fait pardon, mais c’est Victorien, pas Victorin !!! ) arrive avec le ravitaillement … et des amis : Paul, de Drône Ardèche (venu filmer notre départ), qui a amené des copains : Thibault, Oriane et Marie – Lou.

?
Non ce n’est pas un OVNI : c’est le drône de Paul …

Les tentes se multiplient…Nous allumons un petit feu au bord du lac et passons encore une merveilleuse soirée tous ensemble.

Quant à Marius, il est ravi : il est tombé sur un bosquet de chardons et de la bonne herbe bien verte !!!

?
?

5 commentaires

  1. Tout à fait ok pour le loup ! Ce sont nos politiques et les chasseurs (au nom de je ne sais quoi) qui ont tort… Quant à ton récit , toujours aussi passionnant. Merci pour cette belle aventure.

  2. … où j’ai eu l’occasion de bivouaquer plusieurs fois ainsi que dans toute la merveilleuse Lozère. Merveilleux pays de randonnée et de retour a la nature.

  3. bonjour encore une EXCELLENTE journée !! je voie quil existe encore des gens sympas….. ce brave Marius lui et ravis des chardons et de l’herbe verte bonne route a vous deux et toujours tres heureux de vous lire…

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !