close
?
?

Aujourd’hui : journée difficile et petit moral !!!

En plus, la soirée ne s’est pas très bien passée au « camping » ! Ambiance très tendue car la propriétaire des lieux, chez qui on avait pourtant réservé, a fait preuve de mauvaise foi en prétendant qu’on n’avait réservé que pour deux et un âne…qu’on n’avait pas demandé à utiliser de l’électricité (ce qui était faux!) …Elle n’a pas apprécié que Marius vaque sur le terrain et elle s’est mise en colère quand il a approché de l’accueil…Alors qu’il n’y avait pas beaucoup d’herbe et que je le laissais en chercher…Elle voulait que je l’attache ! Quand j’ai émis l’hypothèse qu’on s’était peut-être trompé d’adresse, vu qu’elle n’avait pas l’air d’avoir entendu ce qu’on lui avait dit au téléphone-…Elle a ri et s’est moqué de nous…Bref ! pas sympa du tout  l’Ange gardien à Rieutort d’Aubrac! Qu’on se le dise !! Manu a calmé le jeu parce qu’on avait besoin de recharger les batteries (ça nous a coûté un supplément de 4,50€ !) A part ça, il y a une baignoire et un lavabo/évier pour les 20 personnes qui logent en yourtes, plus ceux qui campent comme nous. Et à 41€ la yourte en demi-pension, c’est un peu de l’arnaque!  Il y a aussi des vendeurs de sommeil et des exploiteurs sur le chemin de Compostelle !!!! Bon, on s’est calmé et on a réussi à dormir quand même !

?
?

Donc, aujourd’hui, journée difficile !!! Nous nous sommes plantés de chemin dès le départ , pour aller à Marchastel. Nous avons du faire demi-tour à Montgros et nous rallonger de 9 km de route sur le goudron ! Gros coup au moral de bon matin !!! Nous suivons le GRP Tour des monts de l’Aubrac afin de rejoindre le sentier emprunté hier pour aller aux  « 4 chemins, sentier qui fait une boucle.

Nous arrivons à Usange, puis nous traversons le désertique plateau de l’Aubrac par un chemin, puis encore du goudron ! Beaucoup de goudron aujourd’hui et c’est très pénible.

?
?

Nos organismes sont fatigués, nos sacs très lourds, les pieds souffrent, les ampoules font mal…et sur le goudron, la route est dure et plus fatigante…Heureusement qu’il fait beau, mais pas trop chaud (le goudron n’a pas d’odeur!).

Dans la série « journée de…. » nous  n’avons mangé qu’un ^peu de pain à midi, qu’un resto nous a donné, car l’épicerie qu’on devait trouver à Marchestel était fermée et il ne nous restait plus de provisions !

Le paysage de l’Aubrac est magnifique quoique un peu désertique et pas aussi plat que ce qu’il semble ! A partir de Prinsuéjols , du goudron, du goudron…

Pour parfaire cette joyeuse journée, nous avons trouvé une vache morte dans un fossé !!!

Enfin, doucement et en traînant un peu les pieds, on a retrouvé de la verdure, une forêt sympa mais nous étions trop fatigués…il fallait qu’on s’arrête !

Victorin nous a apporté des provisions ce soir … on commençait à avoir faim !

Cette journée n’aura pas été la plus gaie du voyage… on s’est traîné (environ 15 km), avec le moral dans les chaussettes, fatigués et affamés…mais ça fait aussi partie du voyage, les jours « sans » !!!

?
?

Allez, pour terminer sur une note joyeuse, voilà la liste des victimes de la Bête que nous avons pu dresser dans les villages traversés sur le chemin :

Fau de Peyre : Une femme du Rouget, nommée Jeanne Chastang, étant au bord de son jardin avec ses trois enfants, fut attaquée par la bête qui s’en prit tour à tour à ses enfants.  Le courage de cette mère lui permit de les sauver .

Dièges : Le 2 septembre 1765, un homme au nom inconnu, 22 ans est blessé par la Bestia.

La Vachellerie : Les victimes de la Bête sont les suivantes :

Le 18 avril  1765 : Martial Charrade, 13 ans, est tué ; thorax et visage mangés .

Le  9 août 1765 : Jeanne Mercier, 12 ans, est attaquée.

Le 8 septembre 1765 : Jeanne Barbier, 12 ans , est tuée. Le cou est presque coupé .

Mai 1767 : Jean Bergougnoux est attaqué ( âge inconnu)

Malzieu Ville : Le 20 février  1765, d’Enneval , grand louvetier et son fils, arrivent de Normandie au Malzieu Ville,  où ils établirent leur quartier général.

Le 22 juin 1765, François Antoine, seul porte arquebuse, lieutenant des chasses du Roi et son fils arrivent au Malzieu Ville.

Villeret d’Apchier :  Le 12 janvier 1765,  un hiver très doux, la Bestia attaque sept enfants dont deux fillettes près de Villeret d’Apchier. Conduit par Jacques André Portefaix (12 ans) neveu par alliance de Jean Chastel (le tueur de la Bête), le petit groupe d’enfants, armés de bâtons ferrés, se défend de la « Malebête » en essayant de la piquer aux yeux. L’un d’entre eux l’atteint même à la mâchoire et l’oblige à lâcher prise. Deux garçons, Veyssier et Tansieu, sont blessés… »

 Le Falzet : le décembre 1764 ( hiver très doux)  le garçon Limagne, 16 ans est tué par la Bête

La Clauze : Le 7 avril 1765, Gabrielle Pélissier, 17 ans est tuée par la Bête.

Sauzet :

Le 2 mai 1765, une femme de 40 ans, au nom inconnu, est égorgée.

Le 21 juin  1765 : la bête fait 3 victimes : un garçon de 14 ans, au nom inconnu, est  décapité et mangé en partie, Marie Trincart, 12 ans est blessée au bras et une femme de 47 ans, au nom inconnu est  décapitée, tête emportée.

La Beyssère Ste Marie : Le 4 avril  1767, Jeanne Paulet, 15 ans est tuée par la Bête

 

 

 

3 commentaires

  1. Des moments difficiles oui…Mais vous avez le grand bonheur de vivre cette belle aventure, on apprend à se connaître encore plus, et ça c’est une vraie bénédiction. Courage!

  2. comme quoi , y.a des cons partout ! Pas bravo pour l’hospitalite de  » l’ange gardien » …… :(.
    On lui fera pas de pub!
    Allez , demain sera un autre jour!
    Bisous a toute l’equipe!

  3. pffff il y a des profiteurs partout 🙁 aller hop journée à vite oublier, demain est un autre jour 😉 plein de courage et de soutien par la pensée

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !