close
?
?

Emmanuel  et Pierre Marie ont marché avec nous depuis une semaine. Il sont au milieu de leur voyage. Des liens forts se sont créés. Nous nous entendons bien. On rit beaucoup et on partage les mêmes galères. Ils font vraiment partie du voyage, mettent la main à la patte pour bâter Marius, pour le rangement, la cuisine…L’ambiance est bonne, sans tension. Bien sûr, ce n’est pas pour moi le même voyage. Pas le même temps de voyage. Parfois chronométrés pour des rendez-vous, parfois ralentissant pour filmer ou enregistrer des sons, des interviews. C’est la règle du jeu et je m’y adapte bien.  Je réalise les interviews (c’est mon métier de journaliste!) ils filment, observent, du lever au coucher, ils sont sans cesse aux aguets, captent tout , y compris quand on se téléphone avec Monique pour le blog… Le documentaire manque un peu de dialogues…sauf lorsque nous discutons avec les voyageurs rencontrés. Si eux apparaissent dans le film, ce sont  souvent des images de Marius et moi qui prédominent. Bref, c’est un défi qui se déroule bien… mais j’avais confiance dès le départ !!!

A partir d’aujourd’hui,  ça va changer ! Céline, une amie est venue nous rejoindre avec son chien Kali. Pour les besoins du documentaire, on a un peu scénarisé son arrivée : on a imaginé que  c’était la rencontre fortuite d’une randonneuse, au détour d’un chemin, comme cela arrive souvent…et qu’elle avait décidé de faire un bout de chemin avec nous. On a donc joué la rencontre…!! C’était drôle, j’ai bien  aimé et si ça continue, Monique va m’embaucher au théâtre !

Nous sommes donc quatre humains et deux animaux sur le chemin aujourd’hui ! La troupe s’étoffe et cela enrichit le documentaire de nouvelles anecdotes et de dialogues ! Le film va prendre un nouveau souffle !!!

?
?

Que les fans de Marius ne s’ inquiètent pas ! Il n’est pas plus chargé ! Il n’a toujours que ses 35kg dans les bâts ! Nous avons équilibré et nos sacs sont remplis aussi ! Pour la nourriture, vu que Victorin nous ravitaille tous les 3 jours, nous n’avons pas besoin de trop de provisions !

Nous avons commencé la journée par l’ interview d’un jeune agriculteur/éleveur du coin : opposé au loup, comme la plupart, mais ouvert à une discussion avec les « pro-loups » pour trouver des solutions Il nous explique qu’une attaque de loups sur un troupeau perturbe pendant deux ou trois ans les moutons et surtout les brebis qui avortent, ou n’ont plus de portée, car les brebis sont très émotives, très sensibles. Une solution, évoquée par Céline qui a déjà entendu parler de cette expérience, serait d’associer des touristes, en relais, à la garde des troupeaux ? Berger, c’est un métier et il faudrait sans doute une formation sommaire, mais pourquoi pas essayer ?

Après l’interview, un petit café dans le bar restaurant du village où la patronne nous offre des viennoiseries, et nous reprenons la route sur le GRP Aubrac jusqu’à Nozières.

?
?

Sur le chemin, des coquilles nous indiquent qu’on se rapproche du GR65 (chemin de St Jacques) qu’on doit récupérer…mais oups! on se trompe de chemin et on doit faire demi-tour ! Le chemin de la Bête n’est pas très bien indiqué notamment la distance des étapes qui est annoncée de 20 km alors qu’elle en fait 30 ! Et à pied, quand on doit arriver avant la nuit, c’est compliqué ! Le manque de rigueur et de précision peut être dangereux !

Tant qu’on suit le GR ou le GRP, ça va…parfois on s’arrête aussi pour filmer ou prendre des photos… on est un peu distraits …et on loupe les bifurcations mal balisées !

?
?

Au lieu dit « Les quatre chemins », nous arrivons dans l’Aubrac, ce haut plateau volcanique et granitique. Changement de décor ! Les paysages ici sont lunaires, avec des champs à perte de vue. De gros rochers granitiques (« cailloux baleines », dit Céline !), vestiges de la période volcanique sont les seuls reliefs du paysage.

?
?

Nous sommes à 1193 m d’altitude. Les chemins sont empierrés, avec des clôtures : une vraie carte postale du chemin de Compostelle !

Nous nous arrêtons à Rieutort d’Aubrac où est indiqué un « camping ».  En fait, ce n’est qu’un champ avec deux yourtes et une place pour planter nos tentes ! Mais nous allons pouvoir prendre une douche et faire un peu de lessive.

Un commentaire

  1. yeah !!!
    encore super article et superbes photos, chaque jour j’attends tes récits avec impatience et à chaque fois me regale 😉 bon chemin à tous, bisous à Toi et à Marius 😉

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !