close

En plein siècle des lumières, sous le règle de Louis XV, entre 1764 et 1767, dans l’ancienne province  du Gévaudan, une bête mystérieuse s’attaque à plus d’une centaine de personnes, femmes, enfants, adolescents, le plus souvent.gevaudan bestia

La « bête » nommée à l’époque « la Bestia » déjoue tous les pièges. Le roi décide d’envoyer sur place l’élite de ses dragons : « Les corsaires de la terre », des mercenaires allemands pour la plupart avec à leur tête un Français, le capitaine Duhamel. Suite à leur échec, la prime à la destruction de ladite bête est doublée.

le roi lance alors à sa poursuite un grand louvetier, d’Enneval, puis son seul porte arquebuse et lieutenant de ses chasses, François Antoine. Rien n’y fait, pas même les prières de Monseigneur Choiseul-Beaupré, Comte du Gévaudan, évèque de Mende.

gevaudan-gravureSuite aux attaques continuelles de la bête sur le village de Nozeyrolles, ses habitants la pourchassent et situent le passage où elle s’enfuit toujours… Le 19 juin 1767, lors d’une battue organisée par le marquis d’Archer, Jean Chastel tue « la Bestia » d’une seule balle, à la sogne d’Auvers, où il se trouvait habituellement posté.

Le parcours de ce périple de plus de 300 km réalisé par un passionné , nous mènera vers les lieux-clés  de ces événements passés, en cheminant à travers des campagnes marquées par le mystère et les tragédies qui s’y sont déroulées et qui ont contribué à la renommée d’une région de choix : le Gévaudan.

Tags : bestiaBois sans Feuillegevaudanmarius tour 2015parcours

Un commentaire

  1. Bien entendu, je regrette les victîmes. mais d’un autre côté, je suis passionnée par le fait qu’il reste et restera toujours cette part de mysrtère vdans la nature que l’humain ne dominera pas.
    Un voyage au pas de l’âne sera le meilleur moyen de pénètrer au plus profond de ce mystère ! Que c’est passionnant!

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !