close
Marius Tour 2014 : du Jura au Vercors

Jour 22 : Sur la route des lacs jurassiens


Jeudi 4 septembre 2014 

À Uxelles, la nuit à été douce et sans vent, et la bâche nous a protégé de la rosée du matin. Nous n’avons pas recroisé nos hôtes ce matin, du coup ils trouveront à leur retour quelques cartes du Marius tour 2014 devant leur porte. On lève le camp rapidement, direction Denezieres par la route. Là nous attend celui qui sera notre compagnon de route pour les prochains kilomètres, le grand et beau Fino ! 

Nous suivons une piste forestière qui traverse le bois de la vie des salins, pour arriver à Doucier en fin de matinée. Fino lève un très joli chevreuil ! On s’installe au soleil au bord de la rivière, près d’une parquetterie, pour déjeuner. On appelle quand même le propriétaire de Fino, puisqu’il nous suit toujours et n’a pas l’air décidé à rentrer chez lui. Il vient chercher son sac à puces fugueur et nous reprenons la route.

 Après une bonne grimpette nous descendons une piste encore boueuse mais sans commune mesure avec celle de la veille ! Toutefois, le centre du sentier étant vraiment impraticable (on s’enfonce profondément dans une boue très épaisse), Marius a tendance à longer le bord du précipice, ce qui me donne des sueurs froides à plusieurs reprises : je crains que ses sacoches heurtant un tronc d’arbre, il soit déséquilibré et fasse un pas dans le vide. 


Au bout de la descente, Chambly. On ne vera pas grand chose de son lac, caché par la forêt. Ni de ses habitants, toutes les maisons sont fermées (portail, volets, ..), alors qu’on commence à avoir besoin de se ravitailler en eau. C’est paraît-il la journée la plus chaude de la semaine, 26 degrés, c’est un peu le cagnard ..! Seule âme qui vive à Chambly, l’employé municipal qui nettoie le bord de la route et qui ne daigne pas éteindre sa débrouille au passage de Marius. Bref, Chambly, ça c’est fait .. 

On prend ensuite un sentier à la sortie du village. On avale nos dernières gorgées d’eau et on grimpe vers Menetrux-en-Joux. La bas, nous partons en quête d’eau. Une dame nous remplit nos gourdes et nous suggère de passer aux cascades du hérisson, un endroit magnifique et incontournable du visiteur jurassien. Elle nous affirme que « l’âne doit passer, autrefois ils montaient le lait à la Fromagerie avec des mules ! ». Après un coup de fil à la maison des cascades, on abandonne : ponts en rondins de bois, escaliers métalliques et cheval qui s’est coincé la patte dans une grille l’année dernière, non merci, on tient à garder Marius sain et sauf ! On prend la direction de la Fromagerie (nom du hameau) par le chemin de la Gtj. 

On arrive à 19h à Frasnois après quelques autres pistes boueuses, le chemin est en piteux état et je ne me prive pas de le faire remarquer aux forestiers que l’on croise, qui sont perchés sur leur énorme tracteur et qui tronçonnent et débardent le bois communal. Il a fallu des années à la forêt pour se parer d’une belle couverture de mousses et de lichens, mais il ne faut qu’un passage de tracteur pour tout détruire… C’est bien triste… Cela me fait penser à un village ou je suis passé la semaine dernière : la mairie avait placardé dans le bois communal une petite mise en garde demandant aux forestiers de remettre en état les chemins sous peine d’amende. Frasnois et bien d’autres communes devraient en prendre de la graine !

Après un dernier joli chemin ou il faut toutefois encore user de stratagèmes et d’itinéraires bis pour éviter les plaques de boue, on arrive au gite de l’Eolienne, à la Fromagerie. Un grand espace qui propose gite, chambre d’hôtes, restaurant, bar, crêperie, ou il y a des ânes et des chevaux dans les prés, des poules et des biquettes qui se baladent, et un jardin botanique dédié aux plantes aromatiques et médicinales. On rencontre son créateur, qui fait partie des « Simples » et reçoit ce week-end L’herbe en fête, rassemblement régional de producteurs et cueilleurs de PAM. On installe Marius dans son grand pré, quant à nous nous profitons d’une bonne douche chaude, d’une fondue au fromage au resto et d’une nuit dans un vrai lit !
Si l’endroit est charmant et on y voit un énorme potentiel, on regrette d’avoir été servis au pas de charge au resto. À sa décharge, le serveur était tout seul pour une petite dizaine de tables .. Mais bon, un petit sourire ça lui fait mal aux zygomatiques ?!? Ça ne gâche cependant pas la limonade et la bière artisanales & locales 🙂
Nous sommes entrés dans la région des lacs, nous sommes passés vers ceux de Chambly et du Val. Malheureusement le tracé de la Gtj ne nous permet pas d’en avoir de très jolies vues. Il faudrait faire des détours de plusieurs kilomètres et sur des sentiers très escarpés pour admirer ces sites naturels remarquables. 

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !