close
Marius Tour 2014 : du Jura au Vercors

Jour 21 : Koh Lanta 2 et le retour de la gadoue !

Mercredi 3 septembre 2014

Le réveil sous le pommier est un peu frisquet et humide ce matin. Le roquet du voisin a aboyé toute la nuit contre Marius, mais ça ne l’a pas empêché de dormir .. Nous, un peu ..! Mais 2 heures et un bon café chaud plus tard, on reprend la route, direction Pont de poitte, à environ 7-8 km. Marius doit être en hypoglycémie, car il n’avance vraiment pas très vite ce matin, et ça sera sa vitesse de croisière pour toute la journée ! Toujours pas de sac en plastique à l’horizon de son colon. 
À Pont de poitte, quelques courses : du frais, du pain, des cartes postales pour nos contributeurs Kiss Kiss Bank Bank (commencez à guetter vos boîtes aux lettres !). On stationne Marius sur la place de la fontaine, le temps de se prendre un petit apéro sur la terrasse du village. Pendant qu’on sirote respectivement bière et sirop, Marius se fait des amis : des parents et leurs enfants, des enfants tout seuls, des mamies, des chiens… Il gratte même quelques morceaux de pains ! On pique nique ensuite au bord de la rivière au centre de canoë kayak et on profite quelques heures d’un très sympathique interlude familial. 

On reprend le chemin vers 15h30, direction Uxelles. Ça commence tranquillement par 2 petits villages, malgré le petit dénivelé jurassien. Le chemin est agréable, il fait toujours très beau ! Après un bout de forêt, les choses se gâtent.


 Le chemin devient très boueux, les engins forestiers n’ont rien arrangé. La boue est lourde et collante, on joue à l’équilibriste avec nos bâtons pour marcher tout au bord du chemin, la ou la terre est un peu plus ferme. Marius fait de son mieux pour nous suivre, mais il est souvent déséquilibré parce que ses sacoches tapent contre les troncs d’arbre ou se font prendre dans les branches. Plusieurs kilomètres de belle galère (en fait c’est la Koh Lanta !!), alors qu’un joggeur nous avait affirmé qu’on était tout près du village ! Ces ornières ont transformé les chemins en pataugeoires à gorets ! 


Pas facile, hein , Marius ?

À une intersection, plus de balisage.. Les 3 chemins qui s’offrent à nous sont aussi pourris les uns que les autres ! Je pars devant en repérage et finis, au bout de 20 bonnes minutes, par retrouver notre fameuse marque jaune ! Les forestiers ont aussi laissé en plein milieu des chemins de nombreuses branches coupées qui accentuent encore la difficulté. En contre bas d’un petit sentier étroit et boueux, c’est le drame ! La passerelle qui traverse la rivière est coupée, il n’y plus de plancher ! La traversée de la rivière s’impose … On se motive, on se déchausse et on commence par faire traverser nos sacs. L’eau est glaciale ! Marius n’est clairement pas emballé à l’idée de devoir sauter dans l’eau, malgré une bonne demie-heure de négociation et des tentatives par plusieurs côtés. On l’a allégé en lui enlevant le boudin de son bât mais rien n’y fait. Je tente la méthode « si tu ne viens pas, je m’en vais » mais il préfère s’en aller que de mettre un sabot dans l’eau ! C’est le bord un peu abrupt qui l’oblige à faire un petit saut qui lui fait peur, et moi je crains qu’en sautant il se casse une patte dans les cailloux. C’est finalement à force de le rassurer et de l’entraîner au bord, qu’il finit par se jeter à l’eau ! Le plus dur est fait, une fois qu’il est dedans, la traversée de la rivière n’est qu’une formalité ! Brave Marius ! Ça faisait très longtemps qu’il n’avait pas été si difficile de lui faire traverser un cours d’eau ! 

Du coup, il fait nuit quand on reprend le chemin. Un doute subsiste sur l’endroit ou on se trouve, mais les traces jaunes sont toujours la, donc on continue. Le sentier est en aussi mauvais état que de l’autre côté de la rive. 






Mais plus on monte, mieux ça va ! On sort finalement rapidement des bois après quelques galères et on arrive à Uxelles après 21h30. On tape à la porte d’une grande maison, la famille de paysans qui l’occupe accepte de nous prêter son terrain pour la nuit. 


Après un petit repas froid bien mérité, la nuit qu’on espère tous reposante se fera à la belle étoile (trop fatigués pour se lancer dans le montage de la tente !). 


Et voilà !!!


Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !