close
Marius Tour 2014 : du Jura au Vercors

Jour 20 : Marius dopé au sucre (et au plastique …) !

Mardi 2 septembre 2014

On a bien dormi sur la terrasse, et après tirage au sort, l’un de nous à profité de l’épais matelas du salon de jardin 🙂 Mais au réveil, en allant voir Marius, stupeur ! Une des 2 sacoches qui était sur l’escalier est tombée, et par terre git du sucre en poudre. Mais les carrés du sucre ainsi que le sac en plastique qui les contenait, ont disparu. Ou peuvent-ils bien être…? Si ce n’est dans le ventre de notre ami aux grandes oreilles !!! Bon… On retrouvera peut être trace du sac en plastique d’ici quelques jours, après une bonne non-digestion… En tout cas, il devrait être dopé par son kilo de sucre englouti et peut être qu’il marchera à 6 ou 7 km / heure et qu’il s’arrêtera un peu moins souvent pour manger au bord du chemin. Quant à nous, après une bonne douche, nous rejoignons Hélène qui a préparé le petit dej et le café. Humm les confiotes maison de quetsches et de fraises !! La traditionnelle photo-souvenir, l’échange d’adresse mails, et c’est parti ! 

On quitte Lavigny et on met cap plein Sud, direction Pannessières. Après un joli sentier entre bois et prairie, on s’engage dans la mauvaise direction, trompés par un balisage peu visible. Un kilomètre plus loin, on s’étonne de ne plus trouver les indications de la Gtj. On se penche alors sur la carte, on se rend compte de notre erreur. Demi tour ! On traverse avec prudence une départementale très fréquentée, avant de retrouver un joli arboterum (à Pannessières) puis un paisible sentier de sous bois. Il nous mène au belvédère de Perrigny, qui offre une large vue sur le bassin lédonien (du nom de la rivière Ledonia, à côté de Lons le Saunier), entouré par des collines verdoyantes. 
Après une petite pause, on poursuit la traversée du bois de Perrigny ou trônent de vieux arbres, grands et magnifiques.. Un peu plus tard, on passe devant un Pylone ou plusieurs véhicules de la gendarmerie sont stationnés. Des hommes s’affairent autour. Un peu plus bas, d’autres militaires en Jeep qui vraissemblablement rejoignent leurs collègues, manquent de nous renverser et ont à peine ralenti en nous croisant. Visiblement, il y avait urgence à réparer les grandes oreilles de l’oncle Sam ! 

Ensuite, le paysage s’ouvre, on traverse d’immenses prairies, l’herbe est très verte et très haute. Le vert brillant et ondulant des brins d’herbe tranche avec le bleu uni et éclatant du ciel, presque sans nuage. On se pose après Briod pour manger un bout au niveau d’un énième belvédère (mais trop joli, lui aussi !). On emprunte ensuite un autre chemin bien herbeux jusqu’à la voie cyclable Paris / Lyon / Méditerranée, qui reprend une ancienne ligne de chemin de fer. 

Marius croise un congénère qui brait à des kilomètres à la ronde sa joie de le rencontrer ! D’ailleurs, Marius est en grande forme aujourd’hui ! Il ne marche pas, il galope (presque !) dopé au sucre ! Il engloutit les kilomètres avec autant de facilité que, sans doute, son kilo de sucre ! 
On quitte cette piste en gare de Verges (on décide d’un commun accord de ne pas faire de blague au goût douteux ici…) pour une autre piste qui longe plusieurs forêts, dont le bois du dos d’âne. On s’arrête demander de l’eau dans ce qu’on pense être une ferme, mais c’est en réalité un refuge de chasseurs, et mis à part une 60aine de chiens de chasse en chenil, il n’y a personne. On continue donc jusqu’au hameau de Buron. Pour y arriver, on longe une départementale ou malgré l’heure tardive de nombreux véhicules circulent .. Et très vite ! On sort les lampes-torches, c’est un peu tendu mais tout se passe bien. Nous tapons à la porte d’une ferme demander de l’eau. Les deux personnes âgées nous remplissent nos gourdes et nous offrent de planter notre tente sur le terrain derrière leur maison. Marius est installé dans un grand pré. Ce soir, pas de tente, on dort à la belle étoile. Il ne fait pas très froid et la nuit est claire et étoilée. On s’endort sous le pommier, mais je suis quand même inquiet par la digestion de Marius du sac en plastique. J’espère qu’il sera « évacué » sans problème … 

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !