close
Marius Tour 2014 : du Jura au Vercors

Jour 8 : la journée pourrie, c’est aujourd’hui !!!

Jeudi 21 août 2014
La journée commence par un bon petit déjeuner en compagnie de ma mère et de son ami.  Puis, le rituel du bât passe aujourd’hui par la réorganisation des sacoches avec les affaires
ramenées par ma mère. Je lève le camp vers 11 heures. La marche démarre avec une section goudronnée, puis un petit
sentier très sympa qui slalome entre les arbres. Marius a bien conscience de sa
largeur avec les sacoches, puisqu’il n’a pas touché un seul arbre ! Dorénavant,
on saura que quand il nous met un coup de sacoche en passant, c’est délibéré !

Piste forestière

C’est là que commence la journée vraiment pourrie… On traverse une piste forestière,
un autre sentier, et une autre piste. Arrivé à une première patte d’oie, je prends tout
droit. A la deuxième, je m’interroge. Pas de trait orange en vue. Ma carte me
dit plutôt à droite, donc je tourne à droite. Le chemin est boueux, il y a des
coupes de bois récentes. Je cherche des traces de sabot, mais à part des
traces de sangliers, rien. Plus loin, une autre intersection, et toujours pas de trace
orange. Je pose mon sac à dos pour explorer les options qui se présentent à moi. Le chemin en face n’a pas l’air très entretenu,
c’est plutôt non. Je branche le GPS mais impossible de me localiser. Quant au GPS de mon téléphone, il n’affiche
pas les sentiers, mais je me rends bien compte que je ne suis pas vraiment là où je
devrais être. Même si j’ai bien des rochers à ma gauche, comme indiqué dans le topoguide. Je décide d’aller tout
droit. Le chemin est de plus en plus difficile. On est dans un cul de sac, demi-tour. On tente un autre
chemin, plein d’ornières, et très boueux. O joie, lorsqu’on arrive sur un sentier avec un balisage orange, on aurait donc retrouvé notre route ?! Mais… il me semble qu’on est déjà passés par là ! On
descend, on tourne à gauche, et là, c’est le drame. Je suis au même endroit qu’il
y a 1 heure et demi… Je viens de faire une jolie boucle dans la forêt ! Qué cagaaaaade !! Un
peu dépité, je rejoins la première piste traversée et décide de passer par la
route, car j’ai déjà perdu beaucoup de temps.

Le long du ruisseau de Pissoux

On emprunte un petit sentier de la
GTJ, car cette fois c’est la route goudronnée qui fait un détour. Il est tout en descente, assez abrupt, mais très joli, plein de mousses. Je fais quelques vidéos pour la Marius Tape 2014 ! On longe le ruisseau du Pissoux.

J’arrive enfin à Laval-le-Prieuré, le
village où j’étais censé être avant-hier soir. Je reçois un appel de RCF (Radio
Chrétienne Francophone) de Besançon qui m’appelle pour une petite interview
téléphonique. On descend ensuite par une piste qui traverse un très joli
pâturage. Alors que je m’arrête pour refaire mon lacet, Marius est devant, il marche avec difficulté, ne sachant pas trop où poser les sabots entre les branches et les ornières boueuses dans lesquelles il s’enfonce.
Alors que son sabot s’enfonce dans la boue, il perd l’équilibre et patatra ! Il se retrouve sur le flanc ! Il se relève péniblement, en prenant appui sur son genou car il a du se faire un peu mal. Grosse frayeur pour moi, trop loin pour
pouvoir l’aider, qui a assisté à la scène de derrière… Finalement il s’est vite remis en route, plus de peur que de mal !

Laval-le-Prieuré

Nous empruntons un bout de route qui nous mène à Consolation-Maisonnettes et j’aperçois au loin un magnifique clocher argenté.  Je crois que c’est le village.  En m’approchant, je vois que c’est un ancien monastère.  Je rentre et trouve là pas mal de monde.  Ce sont les artisans de paix du Val de Consolation.

Installée dans un ancien monastère et différents bâtiments, au cœur
d’un parc naturel protégé de 250 ha, l’association Artisans de Paix –
Val de Consolation est un lieu de ressourcement et d’apprentissage. Son
objectif est de promouvoir la Paix intérieure et la Paix entre les
hommes.




Par la découverte et la connaissance de soi, par l’éducation à la
santé globale, par la formation au respect de la nature, par l’art et
l’artisanat, elle vise à transmettre des outils d’observation, de
discernement et d’action permettant à chacun de vivre en conscience de
soi et de l’autre.

Restons vigilants …

Marius fait sa petite vie, il est très calme…
Moi pendant ce temps-là, j’en profite pour manger une crêpe, histoire de reprendre des forces.

Comme à son habitude, Marius fait l’attraction du moment. Tout en discutant, j’apprends qu’il y a un camping un peu plus bas.  Je décide donc d’arrêter là pour aujourd’hui et de planter ma tente au camping tenu par l’association.
Coup de malchance !  Je casse un arceau de ma tente !  Là c’est vraiment le pompon !!!
 Je pars à la recherche de chatterton ou de tout autre ruban adhésif qui puisse m’être utile pour réparer ma tente et tombe sur le boulanger.  Nous discutons un long moment sur l’association qui se trouve sur le site et je profite de la connexion internet de la boulangerie pour me connecter et envoyer les photos qui servent à alimenter ce blog.

Wahouuuu …

Je finis donc par me poser… il est déjà minuit … et je me trouve à 10km seulement de là où j’étais hier.  Ce qui veut dire que j’ai 2 jours de retard sur l’itinéraire prévu.
Demain il va falloir redoubler les foulées ! 


Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !