close
Marius Tour 2013

Jour 34 – Lundi 19 Août – Sur la route du lait, restons sobres !


Je suis réveillé un peu avant 6h30 ce matin par quelques gouttes de pluie.  Heureusement que j’avais mis la bâche au cas où !  Vu que c’était l’heure de me lever, une fois debout, je mets mes affaires à l’abri sous la grange.  Tout allait bien pour Marius et je le change de coin pour qu’il ait un peu plus d’herbe, mais il n’était pas encore trop bien réveillé !  En général il préfère attendre les premiers rayons de soleil !
J’attends que mes hôtes se lèvent pour aller déjeuner avec eux comme ils me l’avaient proposé la veille.
Après le petit déjeuner et une photo de famille, entre 9h30 et 10h00 je reprends ma route.
Pour arriver jusqu’à Saint Christo, la route ne fait que monter !  


Je m’arrête sur une aire de parking près du stade en bas du village pour manger un bout et je repars assez rapidement, car le temps passe.  Je sors de Saint Christo et j’arrive enfin au GR 7 !  Et, voila enfin un sentier bien indiqué !!!
Je prends la direction de Saint Chamond.  C’est la ville la plus importante de ce périple.


Le nom de la commune viendrait de Saint Ennemond, évêque de Lyon et
Martyr au VIIème siècle qui mourut assassiné en 657. Le nom de Saint
Ennemond est devenu Saint Annemond, Sanchemond puis Saint Chamond.


La commune s’est développée surtout au pied de la colline de Saint Ennemond.

En 1563, Christophe entreprend la construction des bastions du château.
En
1590, Jacques de Miolan, gendre de Christophe, fait terminer les
fortifications et bastions du château. En 1601, il fait entreprendre la
construction du couvent des Capucins au bout du jardin du château. 

Mais son essor le plus important se fera par la volonté de Melchior Mitte de Chevrières qui accède à la Seigneurie en 1606.
La première moitié du XVIIème siècle est l’âge d’or de la ville de
Saint Chamond avec l’essor du moulinage, de la rubanerie. Cette renommée
est appuyée par la personnalité internationale de Melchior Mitte qui
dote la ville d’édifices publics et religieux. Melchior embellit le
château, érige l’église Saint Pierre et Sainte Barbe sur l’autre rive du
Gier, construit le couvent des Capucins sur la colline, aide à
l’installation du couvent des Ursulines,  construit l’église Notre-Dame
et ouvre la place Marquise (actuelle place de la Liberté). Avec sa
belle-mère Gabrielle de Gadagne, il finance la construction du couvent
des Pères Minimes qui est l’actuel hôtel de ville. 


En 1638, la première fabrique de rubans est fondée. A partir de 1655,
l’industrie de la soie prend un essor considérable. Les années 1675
-1676 sont prospères pour l’hôpital qui s’enrichit des legs successifs
du curé Brossy.





Je longe des champs, je traverse des forêts, je croise des vaches et je passe devant un panneau indiquant que je suis sur la route du lait !  C’est moins dangereux que la route des vins, du moins pour le permis !

Avec plus de 3 400 producteurs en zone de montagne, répartis
principalement sur les départements de l’Aveyron, Loire, Haute-Loire,
Puy-de-Dôme et Rhône, Sodiaal est le premier collecteur français en zone
de montagne. Ainsi, la présence de la coopérative dans ces zones
difficiles participe au maintien d’un tissu économique parfois menacé
par la désertification.





Après avoir marché sur des sentiers, je retrouve la route départementale au niveau du Col de la Croix Blanche.  Je suis maintenant à 757 mètres d’altitude.  D’ici, j’ai une très belle vue sur les monts du lyonnais et Valfleury.  Les agriculteurs ont valorisé les fortes pentes bien ensoleillées pour planter des arbres fruitiers.  Je me repose un peu et Marius en profite aussi pour boulotter.
Nous reprenons ensuite notre route et attaquons directement par la descente de ce col en direction de Saint Chamond.  Le GR reprend un petit sentier qui devient un pierrier où je perds un temps fou car Marius marche très mal là dessus ! Au bout, j’arrive sur une route goudronnée au niveau du hameau de « La Glacière » situé 2 ou 3 kilomètres avant Saint Chamond.
Il est déjà 18 heures.  Au loin, j’aperçois trois personnes qui discutent autour d’une table, devant leur maison.  L’une d’elles se lèvent et vient à ma rencontre.  C’est un grand blond !  Il me demande si ça me dit de boire un verre avec eux !  Je ne réfléchis pas longtemps et accepte volontiers son invitation.  Vu l’heure…
Il s’appelle Xavier et les deux autres personnes, sont Carole sa colocataire et Nelly une suissesse venue passer quelques jours chez ses amis.  Nous parlons de la rando tout en partageant un verre ou deux…
Xavier et Nelly sont des baroudeurs.  Ils sont tous les trois très sympa.  J’hésite à repartir…
Ils me proposent de passer la nuit chez eux et j’accepte.

Un moment après, Mathieu et sa copine viennent nous rejoindre.  Juste à côté, ils ont une voisine australienne qui élève des alpagas.  Nous allons voir son élevage.  Il y a des animaux de toutes les tailles, c’est trop mignon !  J’ai beaucoup pensé à Astrid qui a tenu mon blog l’an passé car elle se prépare à faire la traversée de la Bolivie avec deux lamas bâtés.  Je sais que ce n’est pas le même animal, mais ça se ressemble !

Tags : GR7heureux qui comme mariusmarius tour 2013randosolidarité élisa

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !