close
Marius Tour 2013

Jour 31 – Vendredi 16 Août – Etre riche chacun à sa manière…



Cette nuit, nous avons eu la visite d’un chevreuil, qui s’est mis à aboyer à l’approche de ma tente et de Marius.  François me dit que c’est un habitué des lieux car il vient manger dans ce pré et me montre même quelques traces de l’animal !

 
Je bois un dernier café avec mes hôtes.  On parle d’agriculture avec le père de Pierre et François qui me dit que les exploitations agricoles sont plus petites dans le haut Forez que dans la plaine et que par conséquent, les agriculteurs sont plus riches en plaines.  Je lui réponds que ceux du Haut Forez ont également une énorme richesse, mais pas dans le même sens de terme.
L’heure est venue de quitter mes hôtes.  Il faut que je rattrape mon retard…
Peu de temps après être parti, j’ai rencontré plusieurs allemands qui marchent sur le chemin de Compostelle.  D’abord un couple, puis encore deux hommes, l’un parti d’outre Rhin et l’autre qui fait le fait en plusieurs tronçons.
Dans la vallée du Forez, il y a beaucoup de lacs.  Je passe devant quelques-uns, mais je ne les ai pas trop vus.
Nous traversons des étendues de champs de maïs et Marius m’a fait beaucoup rire aujourd’hui !  Les champs sont irrigués par d’énormes arroseurs et en voyant cela, Marius un peu apeuré, ne sais pas comment faire.  Je lui montre qu’il n’y a rien de dangereux, que ce n’est que l’eau, que ça ne risque rien et au moment où on passe, le jet d’eau tourne et on se fait arroser et voila mon Marius qui part au trot !!!

Juste avant d’arriver au petit village de Saint Paul d’Uzore on passe au dessus d’un canal.  Nous en avions d’ailleurs parlé avec François et il m’avait dit qu’il y avait beaucoup de gibier dans le coin et que très souvent on retrouvait des animaux morts noyés qui ne réussissent pas à remonter car les parois sont toutes bétonnées.
Je croise des cavaliers et les chevaux ont un peu peur de Marius. Je m’écarte pour les laisser passer.  Je rencontre ensuite un monsieur qui aime beaucoup les ânes et pendant que je discute avec lui, une jeune femme en vélo passe par là et m’invite boire un verre chez elle.  J’accepte et fais la connaissance de son ami.  Ils se prénomment Emma et Benjamin.  Ils ont pas mal bourlingué tous les deux, notamment en Australie.  En buvant une bière, ils m’indiquent quelques chemins que je pourrais prendre pour rattraper un peu mon retard.
Je repars de chez eux par une route départementale en direction de Mornand en Forez et nous suivons un petit ruisseau.  A chacun de nos pas, nous voyons des petites grenouilles qui sautent !  C’est très rigolo !
Ce qui l’est moins, c’est que Marius risque de faire un écart sur la chaussée s’il est surpris.  Ce qui a été le cas quand il a entendu un bruit dans les fourrés… ce n’était qu’un cycliste en train de réparer sa roue !

A Mornand, je rencontre un monsieur de la Fédération Française d’équitation à qui je raconte mon parcours plus que chaotique à cause du manque d’indications.  Il me dit de faire un courrier pour faire remonter l’information.  Je vais avoir un paquet de courrier à faire à mon retour !!!
Nous n’allons pas à Chambéon comme prévu et continuons toujours en direction de Montrond les Bains.  Nous marchons un moment sur la départementale qui doit nous mener vers un chemin qui longe Loire.  Après ce chemin, nous arrivons sur un champs de plusieurs hectares que nous traversons et une fois de l’autre côté, plein de ronces et d’orties nous barrent le chemin.  Inutile de dire que je ne vois toujours pas la moindre indication !  En essayant de comprendre par où passe le chemin, je trouve un sentier qui semble mener dans la direction que je souhaite, mais un panneau indique qu’il est privé.  Je m’y aventure tout de même, toujours dans l’espoir de pouvoir gagner un peu de temps, mais manque de chance, il se termine en voie sans issue !  Je ne baisse pas les bras tout de suite et monte sur une bute.  Je devine un ancien chemin, rempli de ronces et d’orties et c’est là que je comprends qu’il faut rebrousser chemin !!!  Je suis très en colère !
Le temps passe et je dois reprendre la départementale et ne suis pas très fier car le soleil commence déjà à décliner et j’ai peur qu’on ne nous voit pas !
Nous sommes à environ huit kilomètres de Montrond.
Peu avant d’y arriver je vois un magnifique centre équestre, c’est vraiment très joli !  Je passe une petite partie herbeuse et au rond point, je récupère l’ancienne voie de chemin de fer que m’avaient indiqué Emma et Benjamin.

J’ai très soif et je me rends compte que je n’ai plus assez d’eau pour Marius et moi, ne trouvant pas de point d’eau je fais une halte dans une pizzéria (ancienne gare).  Je prends deux boisson en canettes et en profite pour me commander une pizza, car vu l’heure déjà bien avancée, il faut que je mange !  Les propriétaires de la pizzéria me donnent de l’eau pour Marius, et il fait presque nuit quand je reprends mon chemin.  Il n’y a pas d’endroit pour passer la nuit et je continue sur l’ancienne voie de chemin de fer. Je vois des champs dans lesquels j’aurais peut-être pu passer la nuit.  Trop tard… je n’ai pas fait le bon choix !  

J’arrive presque sur Montrond quand je croise quelqu’un qui fait son footing.  Je lui dis bonsoir, mais il ne répond pas … je pense qu’il avait de la musique sur les oreilles et qu’il n’a pas entendu.  Un petit moment après, Marius un peu affolé et voila mon jogger qui revient.  Il s’arrête près de moi et nous discutons un moment.  Il me dit qu’à Montrond il y a un château avec un parc.  Le seul passage compliqué étant celui de la passerelle. Xavier me dit qu’il travaille dans un institut médico éducatif situé tout près du château.  Il prépare une fac de médecine.  Il hésite à me proposer de venir dormir au centre, car il ne sait pas comment son directeur va prendre la chose.  Je vois un abri en bois qui fait office de buvette quand il y a des manifestations et c’est là que je déroule mon duvet pour la nuit.  Il me raconte que son père est apiculteur et que lui-même a un cheval. 

Nous discutons encore un long moment avant qu’il s’en aille.  
Un peu plus tard, Xavier revient me voir pour me dire qu’il a parlé de moi au directeur du centre et que je suis invité à partager avec eux le petit déjeuner du lendemain.
C’est encore là une très belle rencontre !

Tags : cote d’orHaut Forezheureux qui comme mariusmarius tour 2013Mont d’UzoreMontrond les BainsMonts du ForezMonverdunsolidarité élisa

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !