close
Marius Tour 2013

Jour 24 – Vendredi 9 Août – En route pour les Monts de la Madeleine



Tout est très humide ce matin au réveil.  Je suis entouré de brouillard.  Pas le moindre rayon de soleil pour sécher mes affaires !
Il est 8h30 passé et je prends le temps d’aller boire un café chez l’ami d’Evelyne et Michel qui avait passé la soirée avec nous.


Je sors du village et me dirige vers les Monts de la Madeleine en empruntant un bout de route, mais qui n’est pas très fréquenté.
Je rencontre un agriculteur qui va donner de la « farine » à ses charolaises et il me dit que dans le coin, il y a d’autres races de bovins comme les salers.
Je prends la direction de Saint Germain l’Espinasse où je devais bivouaquer hier soir.  Le chemin que je dois prendre, contourne le village et je décide tout de même de m’y rendre.
Je passe devant une clinique vétérinaire et la femme véto qui est à l’extérieur me demande si j’ai besoin de quelque chose.
Depuis quelques jours, Marius a des difficultés à marcher sur le gravier, et je suis un peu inquiet pour lui.
L’autre vétérinaire vient voir l’état de ses sabots et me dit que ceux de l’avant sont limites, mais au moment où il s’apprête à regarder ceux arrière, Marius n’a pas voulu se laisser faire et lui a mis un grand coup de sabots dans la main, ce qui lui a fait voltiger sa montre !  J’espère qu’il n’a pas eu trop mal !
Vu le peu de coopération de mon compagnon, nous avons continué notre route…




Nous avons fait une petite halte dans un parc pour manger un morceau, et une dame qui nous a vu passer vient m’inviter à boire le café chez elle.  Ce n’est pas facile avec Marius et me sens obligé de décliner cette sympathique invitation.  Voyant cela, elle décide tout de même d’aller faire le café et me l’apporte avec une bonne brioche.  Elle me dit qu’elle est la tante de Laurianne.  Merci à Andrée pour cette très délicate attention !  De plus, elle me fait un don de 20 € pour l’association !  Merci également pour sa générosité.








Après cette halte forte agréable, je rebâte Marius et reprends la route pour retrouver le chemin que nous avons quitté quelques heures auparavant.
Un cycliste s’arrête, curieux de voir notre équipage et me demande si j’ai besoin de quelque chose.  Je lui explique que je cherche mon chemin et il m’indique que celui que je dois prendre est fermé !  Sur ses conseils, je ne prends pas le risque de me tromper et prends celui qu’il m’indique.  C’est un peu plus long et c’est goudronné….mais bon !
Je passe devant un magnifique château… il y en a beaucoup dans le région et me demande si dans chaque château il y a une Belle aux Bois Dormant ! 




Je traverse ensuite une voie de chemin de fer, c’est assez dangereux, car nous ne sommes pas sur un passage à niveau, mais au beau milieu de la voie.  Marius marche lentement et j’ai peur qu’un train surgisse !  5 minutes après, un TER passe !  Manœuvre risquée !!!  Oufff !
Nous poursuivons pour arriver à Saint Haon le Chatel.  Là aussi, il y a un très beau château, situé au cœur d’une cité médiévale de plus de dix siècles d’histoire !
Je décide de m’y arrêter car ce château mérite le déplacement et je décide de le visiter. C’est vraiment très, très joli !
Au village, c’est d’ailleurs la fête médiévale !

Entrée du château

Je rencontre une personne avec laquelle je discute un peu, et il me dit qu’il a fait Compostelle et qu’ il a parcouru environ un millier de kilomètres.
Ce n’est somme toute pas un village très accueillant !
Les gens ont du mal à saluer et à être polis !  Ils me prennent en photo, sans le moindre échange, ni de regard, ni de mot …
Je m’attarde un peu trop longtemps dans ce village et je repars un peu tard en direction de Saint Haon le Vieux, où je ne fais que passer.




Je me rends comptes que la route monte et que nous commençons à bien prendre de l’altitude.
Je m’arrête assez souvent car je cherche toujours un peu mon chemin. 


Je quitte la route, pour une piste forestière.  Nous avons une grosse
partie de forêt à traverser.  Cela nous prend au moins 2h30 et il est plus de 22 heures quand nous arrivons à la Croix du Sud à environ 760 mètres d’altitude.  

Il y a beaucoup de circulation a cet endroit, parce que sept routes passent là.
Je ne vois pas trop où je vais bien pouvoir me poser et je décide de m’arrêter dans un champ très pentu.  Les seuls endroits plats, sont bosselés, donc allongé, ce n’est pas le top !
Je ne plante pas ma tente ce soir et cale mon matelas de façon à ce que je sois le moins tordu possible.  Je mets ma bâche sur le duvet afin d’éviter l’humidité de la rosée du matin et c’est ainsi que je vais pouvoir contempler ce magnifique ciel étoilé et compter les étoiles filantes pour m’endormir ….

Tags : donsheureux qui comme mariusloiremarius tour 2013solidarité élisa

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !