close
Marius Tour 2013

Jour 17 – Vendredi 2 Août – Des nudistes aux Bouddhistes, il n’y a qu’un pas ! ! !

Parti de mon champ vers 9 heures et après avoir salué une dernière fois les deux familles néerlandaises avec qui j’ai passé la soirée, je reprends le chemin en compagnie de mon fidèle Marius !
Je dois rejoindre le GR 13 qui se trouve un peu plus haut et qui passe par le camping naturiste…
En regardant sur ma carte, j’ai l’impression que le chemin traverse le camping et une fois sur place, sur la droite, je vois un chemin qui le contourne.

Je vois plusieurs campeurs sur le départ et leur demande où passe le chemin.  Ils ne savent pas trop et me conseillent de me rendre à l’accueil du camping car les gérants pourraient mieux me renseigner.  Je n’ose pas trop m’avancer car je suis un peu gêné et je n’ai pas franchement envie de quitter mes vêtements…. Les campeurs me rassurent et ils me disent que je peux y aller habillé !!! Me voici soulagé…..
Je me présente donc à l’accueil et la dame « habillée »qui est là, me confirme que le chemin contourne bien le camping, je la remercie pour le renseignement et sur cette entrefaite, je ressors et trouve mon Marius entouré de plusieurs nudistes qui se prenaient en photo près de lui !!!  Je suis très gêné, le regard fuyant à ne plus savoir que regarder, nous sortons du camping sans trop nous attarder….  J’ai dû expliquer à Marius qu’on était juste allé demander un renseignement, et que même si lui est « à poils », il n’allait pas se mettre dans son plus simple appareil, … ni moi, soit dit en passant !!!
Nous reprenons nos esprit …. et le chemin sus cité, et donc on attaque par une petite grimpette pour y accéder.

Nous traversons le bois de Souve et arrivés à La Combe Meune, je quitte le GR pour prendre la départementale qui doit me mener au Temple de 1000 Bouddhas et je vérifie sur mon GPS pour voir si mon itinéraire est juste.  Celui-ci m’indique que je suis à 4,4 km et j’en déduis qu’il me reste environ une grosse heure de marche.  Je fais donc une petite pause avant de reprendre la route.  Me voila reparti et je marche un long moment, avant de m’apercevoir que j’avais oublié mon chapeau !!!  Demi-tour toute jusqu’à l’endroit où je m’étais arrêté, mais mon chapeau n’était plus là !!!  Après avoir oublié mon bâton hier, voila que je perds mon chapeau…
Je reprends donc la route que je venais de faire et le goudron est très chaud, il fond a vu d’œil et ce n’est pas très agréable !
Nous arrivons au village de Charbonnat et là, je rallume mon GPS car ça fait déjà 1h30 que je marche et logiquement, vu l’indication précédente, nous aurions déjà dû être arrivés à destination.  Grosse surprise, il m’indique que nous avons encore 6 kilomètres à faire !  Je pense que mon GPS commence lui aussi à fatiguer et que par moment il doit beuguer !
Sous la chaleur et le goudron nous reprenons la route.  Le long de celle-ci, je vois qu’il y a une bande de chemin herbeux qui me fait penser à une ancienne voie de chemin de fer transformée en voie verte.  Nous l’empruntons et il est environ 15h30 quand je commence à apercevoir le toit du temple et après encore quelques kilomètres de marche, j’arrive à l’entrée du Paldenshangpa.
Là, j’ai l’impression d’arriver dans un autre monde et j’ai de suite la sensation de plénitude qui m’envahit.

A peine arrivé, un couple m’offre de l’eau et on sent bien que les gens sont détendus.
Rapidement, je trouve un endroit bien vert pour poser Marius et pars m’immerger dans ce lieu où des gens viennent régulièrement pour y suivre des formations ou pour y passer plusieurs jours de retraite.

Je visite le site, mais ne rentre pas dans le temple… je ne sais pas trop pourquoi…peut-être parce que Marius était déjà loin de ma vue ?  Je ne savais pas si sa présence allait être la bienvenue.  J’ai donc regardé l’extérieur et suis allé prendre un petit café.  Là, je rencontre Hugues et Christine avec qui je discute un petit moment, tandis que Marius, qui jusqu’à présent était resté silencieux, commence à se faire entendre.

Je suis bien dans ce lieu et hésite à y passer la nuit, à cause de toute la route qu’il me reste à faire, ce qui se résume environ à une journée complète de retard !!!  C’est beaucoup, mais on peut toujours rattraper sur une journée de repos et finalement, c’est quoi une journée de retard sur toute une vie ? !
Hugues me propose d’utiliser sa douche et de repartir après si je le souhaite.
Finalement, j’ai pris ma douche et j’avais très envie de profiter du moment qui s’offrait à moi.

J’ai donc pris la décision de rester là pour la nuit.
Hugues m’invite à manger avec lui car nous pouvons nous restaurer sur place à la cantine qui propose de la nourriture bio et végétarienne.
Ce centre propose un hébergement quasi à la carte, car un peut très bien louer une chambre, ou dormir en dortoir, ou encore camper…il y a aussi la possibilité de venir en camping car ou encore de louer une maison en bois…
Avant d’aller manger, j’ai rencontré le Lama qui se demandait si l’âne était à moi et me faisait remarquer qu’il brayait souvent.  Je lui explique qu’il brait uniquement parce que je ne suis pas à ses côtés. 
Les Tibétains accueillent volontier les animaux dans leur parc, la seule chose qui pouvait les ennuyer un peu, c’était qu’il y a déjà deux paons mâles qui promènent dans le parc et qui crient à longueur de journée pour appeler la femelle, mais le seul hic, c’est qu’il n’y en a pas !!!! Ils pensaient que Marius allait faire pareil !  Il y a également beaucoup de chats qui viennent car une dame leur donne à manger.

Un moment après, une dame me fait la même remarque que le Lama, je lui fais la même réponse et nous entamons ensuite une discussion sur Marius, ma rando, le but, les rencontres, le temple….Un instant plus tard, vient se joindre à nous un belge, n’ayant pour seule maison son camping-car et juste l’essentiel dont il a besoin.  C’est quelqu’un qui a fait Compostelle, qui marche beaucoup.  Sa philosophie de vie ressemble beaucoup à la mienne.  Ne pas s’encombrer de choses inutiles et vivre simplement.
C’est ce que l’on vit avec Marius lorsque nous sommes en chemin.
Dans nos sacs, juste l’essentiel !
J’ai dormi face au temple, sous un beau ciel étoilé …

Tags : Bouddhasbourgognecentre bouddhistecondillacheureux qui comme mariusla Boulayelama tibétainmarius tour 2013morvansrandoTemple des Mille Bouddhas

2 commentaires

  1. Tu es quand même passé par ce lieu magique et j’espère que les vibrations de Kagiù Ling apaiseront ton futur chemin !
    Dommage que tu ne sois pas entré dans le temple mais je ne suis pas surprise que tu y aies fait de belles rencontres !
    Tu y retourneras un jour, j’en suis sûre ! Sans Marius et avec moi, si tu veux…Je te raconterai l’histoire du lieu sur le terrain !!
    Bisous et bon courage, mon ami !!!!!

  2. Marius a dû être ravi de finir la journée les sabots dans l’herbe du temple qui semblait être fort à son goût, lui aussi dîner bio et végétarien. Peut être a-t-il expliqué aux paons qu’il fallait arrêter d’appeler « LEON » ce n’est pas le petit nom de la paonne c’est pour ça qu’elle ne vient pas mais peut être ne leur a-t-on jamais dit!!! Hier sur la route du retour, pour m’évader des excités du volant, je me replongeais dans la zénitude de ce temple, « soupirs » !!! Vous et Marius prenez plus de temps dans vos déplacements mais n’est-ce pas là aussi l’essentiel … prendre le temps de vivre pleinement chaque journée!!!

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !