close
Marius Tour 2013

Jour 5 – Dimanche 21 juillet – La peur bleue de Marius…

Au fur et à mesure que les jours passent, nous sommes de plus en plus opérationnels.  Ce matin nous avons réussi à lever le camp à 9h40.
Mais avant de reprendre la route, j’ai voulu faire une dernière tentative pour avoir de l’eau et nous sommes retournés chez la dame qui n’avait pas voulu m’en donner hier soir sous prétexte que son eau n’était pas potable.  En vain, car elle ne nous a même pas ouvert !!! Pourtant ses confitures étaient dehors !!!  Bref… passons ….Mais il fallait absolument que je trouve de l’eau parce que le prochain village était annoncé à 4 Km et sous le soleil, il faut s’hydrater !!!  C’est une question de survie !

Plus loin, nous voyons une maison d’éclusier, mais une fois de plus, pas de chance !  Elle était fermée !
Quatre cyclistes nous doublent, et du coup je leur demande s’il auraient l’amabilité de nous donner un peu à boire.  Ils ont accepté volontier.  Ils nous ont fait boire et nous ont même donné toute leur eau, en disant qu’en vélo ils iraient plus vite que nous pour en trouver.  Ce qui était vraiment une délicate attention de leur part !  Nous avons discuté un petit moment avec eux, et nous avons tous repris notre chemin.  Encore merci messieurs les cyclistes !
Nous sommes arrivés à Ancy le Franc et nous avons traversé le village pour notre petit rituel quotidien du petit café/jus de fruits, mais aussi pour faire quelques courses, notamment fruits et légumes car nous n’en avons pas mangé depuis quelques jours !
En passant devant l’office de tourisme, nous avons fait la connaissance de Noéline.   Elle travaille à l’office de tourisme d’Ancy le Franc.  Elle me raconte qu’elle revenait de marcher avec un âne et qu’elle était très surprise de nous voir.  c’était la première fois qu’elle voyait un âne ici !
Inutile de vous dire que Marius était l’attraction du moment !  Forcément, on ne voit pas un âne tous les jour traverser le village !
Nous sommes passés tout près du château et profitons de cette magnifique perspective
 

Château d’Ancy le Franc


 Chef d’oeuvre de Serlio, célèbre architecte italien au service du Roi
François 1er, le Château d’Ancy-le-Franc reflète l’art de vivre de la
Renaissance. Construit au XVIème siècle, le Château d’Ancy-le-Franc,
imposant par sa structure de quadrilatère, est également une oeuvre de
raffinement.

Vers midi, nous retournons vers le port pour casser la croûte, et là, nous voyons un pêcheur.  Nous approchons de lui et nous rendons vite compte que sitôt la ligne mise à l’eau, il la ressort avec un poisson !! Mais c’est magique !  Ça paraît vraiment très simple de pêcher !!!  Il explique donc à Malone comment faire et quel est son secret….Il suffit de faire germer des graines de chanvre et de les faire cuire, ensuite on s’en sert comme appât !   Mais chuuuuuut, il ne faut pas le dire !!!!  Je plaisante !  Quoi qu’il en soit, sa méthode est infaillible !  C’est vraiment impressionnant !  A ce rythme, il aurait tôt fait de vider les rivières !! Fort heureusement, il pêche uniquement pour le plaisir et relâche les poissons…

Malone apprend à pêcher

 Pendant ce temps là,  Marius se restaure ….




Nous sommes repartis vers 16h30 en prenant tout notre temps.  Malone et moi avons joué et lu un livre …
Nous marchons jusqu’à Chassignelles où nous avons mangé une glace !  Miam, miam !
Il nous restait encore 5-6 km avant d’arriver à Ravières, notre étape du soir.  C’est là aussi que nous devons retrouver ma mère et son ami qui doivent nous rejoindre pour venir récupérer Malone.  Parce bien qu’il soit très courageux, il n’a que 5ans 1/2 !
Le long du chemin, nous passons tout près d’une ancienne carrière.

Restes de la carrière

Fruit de la richesse des sols et d’un savoir-faire ancestral, la pierre de Bougogne fait partir intégrante du patrimoine historique et culturel de la région.
Le long de la vallée de l’Armançon, le calcaire affleure et est entaillé par de nombreuses carrières.  La pierre est employée depuis fort longtemps localement pour la construction de la statuaire, elle donne son unité et son caractère à l’habitat Tonnerrois.
Aujourd’hui, de nombreuses carrières ne sont plus en activité.  Mais quelques entreprises perpétuent cette tradition.  Ce sont surtout ses qualités esthétiques, son homogénéité, sa régularité et sa couleur de grain, d’une couleur jaune allant du beige à l’ocre, qui font utiliser la pierre de Bourgogne en  pierre de parement pour les façades et les sols.  On la trouve ainsi à l’opéra Bastille, au Métropolitain Museum de New York ou à l’aéroport de Ryad, pour ne citer que quelques lieux prestigieux.

 

Comme prévu, ma mère était là à notre arrivée !
Je demande à la personne qui habite dans la maison d’éclusiers si nous pouvons profiter de son terrain pour planter la tente, et elle accepte.  Elle nous propose même de prendre une douche, ce qui est sans refus !  Encore un accueil très chaleureux !  Cette dame travaille pour le canal, elle est éclusière et elle est locataire de la maison, car toutes les maisons d’éclusiers sont toujours la propriété du canal !
J’en profite pour lui demander une explication sur les écluses manuelles et les écluses automatiques.  Savoir comment ça fonctionne.
Elle m’explique que fut un temps, les plaisanciers n’avaient qu’à appuyer sur un bouton pour déclenche l’ouverture de l’écluse, mais que depuis qu’un accident s’est produit, il y a un salarié du canal qui appuie sur ce fameux bouton situé sur un pupitre !  Du coup, il n’y a pas forcément de personne présente à chaque écluse.  C’est une seule personne qui peut gérer 2 ou 3 écluses en même temps et qui se déplace en mobylette pour déclencher l’ouverture de l’écluse.  Elle se prénomme Gabie.
Un couple d’éclusiers soupait chez elle. Le monsieur me dit qu’il avait entendu parler de nous à la radio !  Nous discutons donc d’écluses et de Solidarité Elisa.
Ils nous ont fait un don.  Un grand merci à eux pour leur générosité!
Malone, lui, est parti manger au restaurant avec mamie et son ami, et pendant ce temps là, moi j’en profite pour passer en revue ce que je dois donner à ma mère, et vérifier si elle m’a apporté tout ce que je lui ai demandé et notamment la batterie de mon appareil photo !
Quand ils sont rentrés du resto, nous sommes allés regarder le feu d’artifice au bord de la route et je vous le donne en mille ……….. devinez qui est venu nous rejoindre ?!
J’ai cru rêver !!! C’était mon Marius !!!  Tout seul comme un grand !
Il avait été effrayé par les feux d’artifice et a tiré tellement fort sur sa longe, qu’elle a cédé !  Je tente de le calmer et de le rassurer et le ramène vers la tente, mais au moment ou il commence à bien se calmer, voila le bouquet final !!!  Et là, pas moyen de le contrôler !  Il m’entraine dans sa course et me voila parti en drapeau derrière lui, perdant mes claquettes et me retrouvant à faire du ski nautique pieds nus !!! Au début, j’étais sur l’herbe, donc jusque là tout allait bien, … enfin presque ! Mais une fois sur les graviers, ça n’a pas été pareil !!!! Ouille, ouille, ouille…. ça fait mal !!! Je n’ai plus de talon !!! Comment vais-je faire pour marcher …
Mais dans tout ça, Marius n’est plus là non plus !  Comment vais-je le retrouver ?
Et surtout, où vais-je le chercher ?
Le feux d’artifice se termine enfin, et comme si rien n’était, voici Marius qui revient tout seul au bercail  !!!
Sacré Marius !!! Tu m’auras fait une belle frayeur !
Sur ce, moi je vais profiter de ma dernière nuit avec mon petit Loulou….

3 commentaires

  1. Une Bagnolaise
    que d’aventures!!!!!
    peut – être serait- il capable de retrouver seul son chemin…. au point de départ bien sûr.
    Très belles photos avec Malone
    Bonne continuation bizzz.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !