close
Marius Tour 2013

Jour 10 – Vendredi 26 Juillet – Là où le temps semble s’être arrêté

Je suis parti de chez Grégory et Marie-Agnès vers 8h45.  Eux étaient déjà partis travailler depuis environ une heure.
J’ai
commencé ma marche du jour en direction de Sainte Colombe par un chemin
assez dégagé.  Mais, de suite après, une bonne petite montée, histoire
de bien se mettre en jambes !  Dur, dur  !!! On a perdu l’habitude de
faire des montées !

Nous traversons un sous-bois très humide non
sans difficulté car nous devons slalomer entre les ornières et les
trous.  Le seul avantage, c’est qu’il fait très frais !!!

Nous
arrivons enfin à Sainte Colombe où nous étions censés arriver hier
soir.  Avec le recul, je me dis que j’ai bien fait de m’arrêter avant,
car il nous a fallu 2 heures pour faire seulement 5 kilomètres !

A
midi, nous sommes juste devant le château et nous rencontrons des
personnes fort sympathiques qui m’ont donné de l’eau.  Marius, lui, boit
à la fontaine du village !

Je dois souligner que dans cette région les personnes sont franchement très sympathiques et accueillantes !!!

Château de Sainte Colombe en Auxois

L’histoire du château remonte au XV ème siècle.  Les Terres de Sainte Colombe appartenaient aux Ducs de Bourgogne.
Jacques
Filsjean, gouverneur de la chancellerie du parlement de Bourgogne fait
construire en 1640 le château de Sainte Colombe à proximité de
l’église.  Le village se développe autour de l’ascension sociale de la
famille Filsjean comptant parmi elle plusieurs conseillers du roi aux
états de Bourgogne.

En 1775, la famille Filsjean est
comprise dans les spéculations de la guerre des farine et Jean-Charles
Filsjean est mis à mort par la population Vitteaux sous la révolution.

Le
château revient à de lointains cousins et est utilisé comme
exploitation agricole ou il connaît une phase de dégradation importante
aggravée au début du XXème siècle.  Il est racheté par des fermiers et
leurs descendants, Madeleine et Camille nés au château ont fait
confiance à l’association Arcade qui depuis restaure ce bel ensemble architectural
.

D’après la châtelaine que j’ai rencontrée, le château coûtant très cher à la famille a été mis en vente en viager.


Nous
prenons la pluie pendant 10 minutes et je me mets à l’abri.  Une bonne
petite sieste, histoire de se requinquer et nous voila repartis vers 14
heures.

D’entrée, on attaque par une petite côte !  Nous avions à
peine fait 1 kilomètre, que je reçois un appel d’Eric Lange pour un
direct à la radio dans l’émission Allo la Planète.  Je m’arrête sur une
aire de pique nique pour être plus tranquille.

Une fois le direct fini, nous reprenons enfin notre périple du jour.
Nous
croisons une famille d’agriculteurs qui est en train de moissonner leur
champ d’avoine.  Je pense que Marius a su user de ses charme pour
amadouer tout ce petit monde, et il s’est vu attribuer la plus belle
récompense qu’il puisse imaginer !!!! Deux bon kilos d’avoine
fraichement récoltée !!!  Marius était aux anges !

Canal de Bourgogne

Nous
traversons ensuite, le Hameau de « La Croisée » et quelques kilomètres
plus loin, nous retrouvons le canal de bourgogne que nous avions perdu
de vu depuis quelques jours.  Nous nous dirigeons vers Braux comme
indiqué sur mon livre, mais je trouve bizarre qu’il n’y ait plus de
signalisation !!! Je décide finalement de faire demi tour et je retrouve
enfin la signalisation que je cherchais !!!  Je pense que l’itinéraire
indiqué sur mon livre était un ancien chemin et que depuis ça a dû être
modifié.

Je dois souligner que les indications ne sont pas toujours très claires dans le coin !
Nous
passons par le bois du Braux.  Là, le temps semble s’être arrêté.  La
mousse est intacte, aucune trace d’humains ou de civilisation n’est
visible.  Nous traversons des tapis de ronces et de feuilles qui
semblent s’être posées là à l’instant.  Cette forêt est magique.  Nous
traversons de magnifiques paysages… c’est vraiment très très beau !!

Nous
traversons ensuite la départementale qui mène à Semur en Auxois.  Nous
empruntons un sentier qui n’est pas très bien entretenu et nous avons
des herbes qui nous arrivent jusqu’à mi-mollets.  Encore et toujours des
ornières… on se tord les chevilles et ça ne fait pas du bien !  Il y a
des restes de flaques, des vrais nids à moustiques et à moucherons.

Globalement,
le chemin est assez bien indiqué, mais par moments on finit par se
perdre ce qui nous vaut quelques petits demi-tours inutiles !

Doucement, nous arrivons à Brianny, mais avant, une autre surprise attendait mon Marius ….
Marius
marchait un peu à la traîne, il faut le dire car il mange tout ce qui
l’entoure, du coup il prend du retard par rapport à moi.  Et dans ces
cas là, il joue l’âne sourd !!!

J’arrive le premier sur un passage
à gué assez large et je le traverse pour grimper jusqu’en haut du
chemin.  Marius surpris, découvre l’obstacle et il n’a pas trouvé ça
très « gai » !!!  J’y vais, j’y vais pas…. il hésite un court instant. 
Je l’appelle et il finit par poser un sabot dans l’eau…. puis deux….
et enfin, parvient à traverser tout seul !!!! Trop fort !!!!

Nous
arrivons à Brianny où nous nous arrêtons pour la nuit, tout près d’une
maison qui semble fermée et l’endroit me semble rassembler tous les
critères requis dans notre pacte !

Nous
avons parcouru 15 kilomètres aujourd’hui alors que nous aurions dû en
faire 5 ou 6 de plus pour arriver à Vic sur Thil comme je l’avais prévu !  Demain, il va falloir avancer un peu plus vite ….


Tags : alésiaauxerreauxoisbibractebourgognecanal de bourgogneécluseheureux qui comme mariusmarius tour 2013morvanrandoromainsolidarité élisaTanlaytonnerrevencingétorixyonne

3 commentaires

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !