close
Chemin de Stevenson 2013

Jour11/ mardi 14 mai/ La balade continue en duo !

On est prévenus !!

Au départ de Florac, il fait beau. On discute avec les patrons du camping, très gentils.
Le camping a ouvert l’an dernier. C’est un petit camping  à taille humaine et on s’y sent bien !
On lève le camp vers 10 h. On retraverse le Tarn et on fait quelques courses, Jaccotte est restée au camping.
Petite balade dans Florac, une très jolie ville et à midi Sylvain nous a rejoint avec le 4X4.
Nous avons mangé ensemble, puis Yohann et Babette sont partis.

En marchant dans la ville, je rencontre des personnes de Montélimar et du Teil qui connaissent l’association « Elisa »… Chouette rencontre!
Florac est au coeur du Parc National des Cévennes, sur le Tarnon et à l’entrée des gorges du Tarn.



On dit de Florac qu’elle est située « au carrefour de la pierre et de l’eau ».  La pierre pour le schiste, le granit et le calcaire et l’eau parce que au confluent de quatre cours d’eau.
L’épisode le plus marquant de cette ville reste néanmoins la guerre des camisards de 1702 à 1705, où Florac devra loger les dragons de Louis XIV venus réprimer la rébellion cévenole. 

Me voilà donc à nouveau promeneur solitaire avec Marius et nous quittons Florac tous les deux en début d’après midi.
En descendant de Florac, on sent le sud : odeurs de thym, de pins, on entend les grillons et nous traversons notre première châtaigneraie. 
Nous sommes bien dans les Cévennes et le paysage a encore changé !!!
Nous marchons en direction de la gare de Cassagnas.

 Stevenson y est passé alors qu’elle était en construction et aujourd’hui, elle n’existe plus. 
Je quitte la ville : un peu de goudron avant de retrouver un chemin de sous bois très sympa.
On trouve pas mal de rivières tout au long du sentier (encore de l’eau pour Marius!!!).
Le chemin longe la N106 et la Mimente ( c’est une rivière!). C’est un très beau sentier dans une châtaigneraie! 
C’est  bizarre d’être seul … surtout pour Marius qui a l’air un peu perdu et qui se retourne souvent comme s’il cherchait sa copine Jaccotte. Je ne le sens pas très motivé pour marcher, il est déstabilisé, on dirait…


Nous arrivons, après 9 km, à St Julien d’ Arpaon, et suivons l’ancienne voie de chemin de fer qui traverse le Parc National des Cévennes. C’est un peu monotone, mais je découvre les beaux ouvrages de l’époque comme savait si bien les faire la SNCF et qui sont toujours en bon état.
Le chemin est truffé de cascades, avec une rivière en contrebas, nous passons des tunnels ( Marius n’est pas très rassuré!) et il doit y avoir du gibier dans le coin car il est toujours aux aguets.

L’ancienne gare de Cassagnas est aujourd’hui un gîte où nous arrivons vers 21h.
J’aime cet endroit ! J’imagine Stevenson arrivant là pendant le chantier !
Je suis bien reçu, mais Marius un peu  moins : un peu de paille et de l’eau stagnante pour 5 € !



Une anecdote quand même : je pose mes affaires sur un lit dans le gîte pour ne pas réveiller les gens qui dormaient déjà  et je repars manger un peu. En revenant, je suis interpellé par un gars du gîte qui croyait que je piquais les affaires de quelqu’un !!! On en a bien ri :  il ne m’avait pas reconnu sans mon chapeau !






Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !