close
Chemin de Stevenson 2013

Jour 3/Lundi 6 mai / Arrêt aux stands pour Tonnerre…

 » Goudet où la Loire, claire comme du cristal, repose en un petit lac profond »  
( Stevenson )

Nous avons bien dormi dans ce gîte accueillant, heureux d’être à l’abri car il a gelé cette nuit.
Et ce matin, le père de la propriétaire, qui connaît parfaitement le pays, nous raconte des anecdotes sur la région et sur Stevenson. C’est très intéressant et nous apprenons beaucoup de choses.


Pourtant, vers 9h30, nous devons partir. Nous passons au restaurant « Chez Monique » boire un café.
Le jeune patron du restaurant, que j’avais un peu égratigné sur ce blog l’an dernier, car j’avais attendu pour être servi, s’était déjà excusé par mail, et à nouveau, me présente des excuses. En réalité il est très gentil, serviable, je suis bien content de l’avoir revu et j’espère que ce ne sera pas la dernière fois !


Vers 10 h 30, nous prenons la route de Bouchet St Nicolas. Dans ce village il y a un lac qui avait motivé Stevenson à s’ arrêter…Hélas, il ne l’a jamais trouvé!!! C’est « un lac de cratère, très joli, dans un écrin de sapins ». Son alimentation reste mystérieuse, un peu comme la Fontaine de Vaucluse….




La terre ici est de couleur rouge, je le répète car c’est très frappant. Une carrière de pouzzelane y forme une plaie béante au flanc de la montagne de Preyssac.


A Bouchet St Nicolas, nous sommes encore à 1217 m d’altitude,  ce qui explique les nuits fraîches.
Nous avançons en direction de Pradelles, sur un sentier qui traverse un haut plateau très monotone.
Il fait beau temps aujourd’hui et nous sommes en train d’attraper des coups de soleil !!!

Une chose nous préoccupe : Tonnerre boite et semble souffrir de sa patte. 
Nous passons à Landos( 1100 m), un village doté d’une très belle église romane. Et comme il y a aussi une pharmacie, nous achetons un médicament pour Tonnerre ( anti -inflammatoire sous forme de piqûre), car c’est sans doute une tendinite. Nous poursuivons le chemin après cet « arrêt au stand » !
Nous voilà à Jagonas ( 1050 m…oui on redescend !) village posé à flan de coteaux, qui est animé par un car de ramassage des écoliers. Ce car donne un peu de vie au paysage, assez désertique, avec un petit parc herbeux en guise de  place centrale et des maisons très dispersées autour. Une seule, peinte en violet, semble sortir d’un autre monde. C’est étrange, comme est aussi étrange ce château récent ( XIX ème) qu’on devine derrière le grand mur qui l’entoure…


Installés dans l’herbe, sur la place centrale, nous montons notre campement de nuit et Babette nous prépare un délicieux repas…





Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !