close
Chemin de Stevenson 2013

Jour 20/ jeudi 23/ Sur la terre ardéchoise

Je quitte mon petit chalet, chez Martine, un peu tardivement. Martine m’a très bien accueilli, me fait un don pour l’association.  Elle est formidable…mais elle trouve que Marius a un allure de dromadaire, à cause de sa manière de bouger la tête d’avant en arrière. Il est pourtant natif d’Ardèche, le Marius ! Il est né à Aubignasse.
Je bâte donc mon dromadaire, en pensant que c’est la dernière nuit confortable que je passe avant la maison.



Dans le centre ville, c’est le jour du marché : on fait attraction, mais je ne m’attarde pas car je crains que Marius ne bouscule les stands avec ses sacoches.


J’ai rendez vous avec la correspondante locale de la Tribune, près du temple. Je prends donc une petite rue pour arriver au Temple et là une commerçante m’arrête et me lance : 
« On veut pas d’âne ici !!! »
J’essaie de discuter avec cette dame si sympathique qui me parle en me tournant le dos, encouragée par son vieux mari affalé sur un banc …Mais je m’énerve et je finis par dire que c’est sans doute l’argent qui leur monte au cerveau alors qu’il y a quelques années, ils devaient encore caresser le cul des vaches !!!!
Et leurs propos très désagréables me rappellent qu’ à Vallon, il a été question d’interdire le passage des chevaux et des ânes, à la demande des commerçants! C’est Martine qui me l’a dit.
La fumée du tourisme leur est montée à la tête !!!!
Et voilà de quoi me mettre de bonne humeur de bon matin !!!


Humour ardéchois ?

On repart donc sur la place du village, hors du marché,  près d’un manège en bois. Pas le temps de faire un tour de manège, mais je prends un café – interview, avec la correspondante de la Tribune.
Martine m’accompagne encore quelques kilomètres pour m’aider à sortir du village, et là, dans une ruelle interdite aux véhicules, un jeune homme en mobylette passe comme un fou au ras de Marius. Je lui fais savoir un  peu fort qu’on ne fait pas ça à un animal ! Il s’arrête et me lance un courageux : « Va te faire enc…fils de p…. » ! …à 150 m de moi et repart !!!
Je respire en pensant : « Pas de violence, c’est les vacances!! »
Mais bon, il est temps que je quitte ce lieu particulièrement accueillant !!!!!
Enfin, heureusement que je garderai le souvenir de l’accueil de Martine, si généreux !

Nous prenons le GR4, passons une  rivière qui s’appelle St Epuni et on monte doucement de 80 m à 200 m et là Martine nous quitte. 
Je la remercie infiniment pour sa gentillesse. 
C’est une montée un peu raide mais ça va.


Nous arrivons au Cirque d’Estre où l’on aperçoit par moment le Pont d’Arc, dans un bois de chênes et de buis, une végétation assez basse. 



Je croise un couple de randonneurs, très sympas, nous marchons ensemble un moment et lorsque le GR se partage en deux, nos chemins se séparent. Quelques centaines de mètres plus loin, ils reviennent vers moi et me rapportent une carte qui était tombée de la sacoche de Marius où je l’avais posée. Sympa !

Au cirque d’Estre, un très joli panorama s’offre à nous.
Nous passons par le joli bois du Roi, un chemin de terre qui change sans cesse d’aspect ( terre, cailloux), le traverse. Les arbres sont couverts de mousse, c’est très humide avec des chênes et des fougères et une bonne odeur d’humus. Encore une forêt enchantée ! Le chemin s’appelle le ravin de Combe Longue.  Je m’arrête dans une clairière très herbeuse pour que nous mangions, Marius et moi. Nous sommes à environ 400 m d’altitude.

Je traverse ensuite le hameau de Mayres, puis je prend le GR4 S diection St Romèze. Je passe par Saout du Loup, près d’une rivière au joli nom de Pissevieille, une grimpette vers Patroux..
J’adore les noms des lieux dits, des villages, des rivières..toujours très poétiques et évocateurs.
Il y a là de belles maisons, mais aussi des déchets dans la nature et je me dis que l’Homme moderne se croit obliger de marquer son territoire par ses déchets qu’il déverse un peu partout.


Je prends une petite départementale à 1 km de St Remèze, je fais le tour du village et me pose près du cimetière pour manger une demi- heure. Si je m’éloigne de Marius et qu’il ne me voit plus,  il panique et me cherche. Le temps d’aller faire un besoin urgent et  je le retrouve sur  la route, affolé. 


Et pendant qu’on fait notre pause, des personnes passent par là et entament la conversation avec moi.
Pendant ce temps, ce diable de Marius en profite pour manger mes cookies ! Donc, après les chips, le paquet de céréales, Monsieur  me chipe mes cookies ! Cet âne est insortable !
Moralité : Ne pas parler en mangeant ( ça ma mère me l’avait déjà appris !)… car Marius veille et en profite!


Pourtant, c’est mon compagnon de route et il y a d’autres choses que j’aime à partager avec lui.
Par exemple, à St Remèze, nous avons le choix entre une route et un chemin : on a voté avec Marius et à l’unanimité moins une voix on a décidé de prendre le chemin. 
C’est plus long mais on préfère choisir une longue piste forestière qu’ une route goudronnée.


Nous arrivons à Bidon vers 19h45. Je cherche un terrain , je tape à une porte pour demander où nous pouvons dormir ce soir, mais la dame me dit qu’elle ne sait pas. Elle a un grand jardin devant chez elle, mais…bon !!!




 En revanche un monsieur me conseille un terrain municipal derrière l’auberge.
En traversant Bidon, je prends une averse. Je débâte très vite Marius pour planter la tente et mettre les sacs à l’abri.
Puis je monte à l’auberge pour manger tranquille et au sec avant de revenir à la tente.



L’auberge de la Farigoule à Bidon est recommandée depuis plus de 10 ans dans le livre du Routard. C’est un endroit très chouette qui cuisine des produits locaux avec la liste des producteurs affichée.




Il me reste trois jours pour rentrer, avec ma journée de retard soit 80 km à faire en trois jours. C’est jouable.
Je peux couper et aller directement à St Marcel ou passer par St Martin comme prévu, mais c’est plus de kilomètres à la journée. 
Et puis, la météo va aussi influencer ma décision.
Enfin,  la nuit portant conseil,  je prendrai cette décision demain matin.

Ira ? Ira pas ?


Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !