close
Marius Tour 2013

De la Bourgogne à la Drôme Provençale en août prochain

Aller c’est parti !! Si je me
réjouis à l’idée de reprendre la route, les préparatifs ne sont pas
forcément la partie que je préfère… Environ 800 km annoncés pour le deuxième périple de l’année qui débutera entre juillet et août en Bourgogne, c’est autant de kilomètres à préparer
pour s’assurer que Marius et son chargement ne restera pas bloqué entre
deux rochers, ne glissera pas d’un sentier aussi étroit que dangereux
et qu’il n’aura pas à traverser un fleuve à la brasse (même si ce n’est
plus la peine de prouver que la passion de Marius depuis toujours, c’est
l’eau bien
entendu !!!).

Néanmoins préparer son parcours a aussi ses avantages… commencer à tracer un itinéraire, signifie aussi commencer à prendre congé de la vie réelle, et comme dirait Joseph Kessel « Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms magnifiques des villes inconnues »… Je suis en plein dedans !

 

Mais pour trouver des circuits praticables par nos grandes oreilles bâtées, il ne suffit pas de tirer des traits sur des cartes d’Etat Major. Pour cela, j’ai une nouvelle fois contacté les professionnels que sont les âniers, les cavaliers, ou encore les comités départementaux de tourisme équestre. Leurs connaissances du terrain m’est indispensable pour dessiner sur papier le chemin que nous emprunterons en août prochain. Le soutien de la FNAR (Fédération Nationale des Ânes de Randonnée) partenaire de notre action, m’est aussi très précieuse car grâce à elle, je suis en lien avec des professionnels qui connaissent bien leur territoire.
Parfois, malgré cela, il est aussi inévitable de se rendre sur place. Ainsi, j’ai profité du week-end dernier pour aller faire un petit repérage des
lieux et profiter des bons conseils des locaux avec lesquels j’avais
pris contact auparavant. J’ai ainsi rencontré Céline et Sandy Crola responsables de « Bougre d’ânes » en Bourgogne du sud (Melay en Saône et Loire) qui, outre le très bel accueil qu’ils m’ont réservé, m’ont apporté de nombreux conseils pour cette traversée . 

Puis je suis redescendu au pays des sources de la Loire, au Gerbier des Jonc où m’attendait Joseph d’ « Etats d’Ânes » pour m‘indiquer les sentiers que je peux emprunter pour rejoindre Montélimar.
Les
informations récoltées me permettent maintenant de commencer à
esquisser un itinéraire sur des logiciels de cartographie et de laisser
mon esprit vagabonder. Et puis préparer un itinéraire avec
les outils que nous offre Internet aujourd’hui est une tâche beaucoup
plus aisée que pour mes premières randonnées. Des tracés sont référencés, les cartes IGN sont disponibles gratuitement
.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !