close
Marius dans les écrins 2012

4 août : Marius, mascotte d’un jour à Briançon

Après un voyage de 7h en van, nous sommes arrivés dans la nuit de vendredi à samedi vers 3h à Briançon. Un grand merci à mon frère qui nous a rendu un immense service puisqu’il a conduit le van jusqu’à Briançon et qu’il s’est occupé de le rapporter à Montélimar ce matin. Nous ne serions pas arrivés là sans lui!
Arrivés à Briançon, nous sommes directement montés vers la citadelle Vauban pour trouver un endroit ou dormir et un parc avec une herbe correcte pour Marius. Mission accomplie après avoir un peu tourné : nous dormirons à la belle étoile sur une aire de jeux pour enfants confortablement installés sur la clapissette qui fait un bon matelas.
 Les cloches sonnent : 1… 2… 3… 4 sons de cloche, 4 heures du matin! Il est temps de s’endormir, mais malgré la longue journée, le sommeil se fait attendre. Sans doute l’excitation du départ y est pour quelque chose. Avant de tomber dans les bras de Morphée, j’aperçois une belle étoile filante dans le ciel, que j’espère annonciatrice d’une belle randonnée!
Nous sommes réveillés par un marché qui s’installe autour de nous vers 7h30, il est temps pour nous de ranger nos affaires, refaire les sacoches. Au début de la randonnée on a toujours besoin d’un peu plus de temps pour retrouver les affaires dans les sacoches et se remémorer comment les ranger pour équilibrer les poids, une habitude à reprendre!
On lève le camp vers 9h pour traverser la magnifique vieille ville de Briançon, ville fortifiée et dominée par une citadelle Vauban, lieu de balade prisé par les touristes, une véritable oeuvre d’art ! Dans ce décor et avec un âne, j’ai l’impression d’appartenir à une autre époque…
Et quand je croise une femme en costume médiéval qui part s’installer pour jouer de la harpe, je suis complètement dedans!
Arrêt petit déjeuner pour nous, arrêt abreuvoir dans une des jolies fontaines de la ville pour Marius et nous continuons notre ballade. Je me rends compte très rapidement que les drapeaux font leur effet! Beaucoup de gens s’approchent, nous questionnent :
« Qu’est-ce que c’est?
– D’où venez vous? Où allez-vous?
– C’est qui Elisa?
– Il y a quoi dans les sacoches?
(…) »
Certains ont entendu parler de notre projet lors de notre passage à la radio sur Alpes 1 🙂 A tous, nous répondons à leurs questions, leurs présentons notre projet, l’association, distribuons des cartes. Nos explications ne se transforment pas forcément en des dons, mais notre mission est aussi de sensibiliser le public aux problématiques des maladies nécessitant des soins à l’étranger ou du matériel médical coûteux et non remboursé. Marius, lui, est devenu la mascotte d’un jour de Briançon, il fait son effet et se fait mitrailler de photos par les touristes !
Notre balade est également ponctuée par une interview du Dauphiné libéré et un délicieux déjeuner dans un restaurant recommandé par le Guide du Routard depuis 10 ans, nous n’avons pas été déçu!
A 14 heures, nous quittons Briançon et regrettons que la ville n’est pas répondu à notre courrier dans lequel nous proposions d’organiser un petit évènement pour récolter des dons, le cadre s’y prêtait vraiment…
Avec un âne, la difficulté dans une ville, c’est d’en sortir! A cette période il y a beaucoup de circulation et nous devions marcher sur un petit bout de nationale. Mais c’est finalement des bouchons que nous avons trouvé sur la nationale et donc pas de difficultés particulière!
Nous avons ensuite suivi la rivière de la Guisane qui coule fort et qui permet de s’adonner au joies du rafting. Nous avons croisé quelques bateaux sur les rapides.
La Guisane
Le temps a été agréable, nous étions abrités par les arbres, dans lesquels nous avons pu apercevoir deux écureuils. Encore une fois nous avons croisé et informé beaucoup de gens à pied ou à vélo.
Notre itinéraire nous menait ensuite dans les petits hameaux de Serre Chevalier, qui se transforment en station de ski l’hiver. 
Chantemerle, un des hameaux de Serre-Chevalier
Nous avons fait quelques détours car le chemin n’était pas toujours bien indiqué et avons perdu un peu de temps, mais nous avons fini notre journée dans un hameau de Serre Chevalier près du Bez, à 2 km de l’arrivée prévue pour cette étape. Marius va bien pour cette reprise, il marche à bonne allure. Il est toujours quelque peu imprévisible lorsqu’il s’agit de traverser une flaque d’eau ou une source… Il saute après mûres réflexions!! Et puis de temps en temps, me voyant faire, il se jette à l’eau!

Nous avons planté la tente dans un champ. L’étape d’aujourd’hui était donc tranquille avec peu de dénivelé, un peu de bitume mais pas trop et peu de dénivelé. Demain, ça commencera à grimper plus sérieusement!

5 commentaires

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !