close
Marius dans les écrins 2012

18 août : La tête dans les étoiles !


Réveil vers 7 heures ce matin. Encore un vrai bon petit déjeuner ! Quand nous sommes chez l’habitant, nous prenons beaucoup de temps pour discuter, et l’heure tourne vite. Nous sommes partis vers 9h30, laissant Gilles à ses travaux (il faisait une tranchée devant sa maison) ravis de notre passage ici. Encore une belle rencontre avec ce Monsieur très très très gentils, pleins d’attention, un grand merci ! Heureusement Marius n’avait pas saccagé le jardin pendant la nuit 😉
Direction St Jean d’Hérans sur une alternance route / chemins. Il faisait encore frais nous n’avons donc pas souffert du manque d’ombre. Arrivés à St Jean d’Hérans vers 11h15, nous avons cherché un café, mais à nouveau, sans succès !


Un Monsieur nous a gentiment proposé de venir le prendre chez lui avec de bons petits biscuits. Nous y sommes restés 45 minutes à discuter. Nous avons notamment abordé le thème des guerres de religions qui ici non plus n’ont épargnée personne, ce qui justifie les quelques cimetières protestants que nous avons croisé sur notre chemin. Nous avons aussi pu admirer le fruit de sa passion : la vannerie. 

Avant notre départ, il a rempli nos gourdes d’eau fraîche et nous a donné du pain pendant que Marius, pour le remercier, s’occupait de tondre l’herbe du jardin devant la maison… 😉 Il est aussi devenu une star le temps d’être photographié par notre hôte sous tous les angles ! Encore merci pour ce charmant accueil 🙂
Au loin, la silhouette du Mont Aiguille se démarque sur la ligne d’horizon !

Après avoir quitté le village nous avons repris un bout de route goudronnée, plutôt agréable car un ruisseau courait le long de cette route, nous apportant un peu de fraîcheur. Arrivés au prochain village, Villard-de-Touage nous nous sommes pausés un peu histoire de souffler avant d’attaquer la côte qui arrivait. Vers 13 heures nous empruntons donc cette piste (qui doit nous faire monter de 760 à 811 mètres d’altitude) avec un premier kilomètre dur dur. 
Nous étions en plein soleil, il commençait à faire vraiment chaud… Heureusement le chemin se poursuivait dans une forêt, notre espace climatisé naturel ;). Nous y avons fait une petite pause et avons débâté Marius qui pensait plus à dormir qu’à manger. Nous avons fait de même et nous sommes assoupis un instant en travers du chemin après avoir cassé la croûte.
Vers 15h30,on lève le camp et on continue sur la piste avant d’aborder une descente un peu abrupte par moment : on ressangle Marius et on y va ! Comme il s’habitue aux sacoches, il arrive qu’il y aille un peu trop vite, dans ces cas là je me mets devant lui sur le sentier pour réguler sa vitesse.

Arrivés au hameau de Villard-Julien, mission « trouver de l’eau pour Marius », qui n’avait pas bu depuis le matin. Le hameau était formé de plusieurs vieilles fermes joliment restaurées, à priori en maisons secondaires, toutes assez imposantes. 

Nous nous sommes arrêtés devant l’une d’elle où nous entendions du bruit pour demander où nous pourrions trouver une source. Une famille y était réunie pour un anniversaire. Ils ont rempli nos gourdes d’eau fraîches (ce qui tombait bien puisqu’elles s’étaient vidées peu avant notre arrivée au hameau), mais pour Marius elle nous a indiqué la fontaine plus bas dans le village… Quelques photos de Marius et nous sommes repartis.

Nous sommes allés donner à boire à Marius qui avait très soif. A la sortie du village, nous nous sommes régalés de prunes bien mûres et comme chaque fois, Marius en a profité un peu aussi 😉 

Nous avons continué sur un bout de route, puis une piste qui n’avait pas l’air d’être très pratiqué ces deniers temps. Elle était envahie de toute sorte de broussailles. Puis la piste s’est transformée en sentier, le genre de sentier avec un ravin sur le côté où on croise les doigts pour que son âne ne fasse pas un faux pas où ne soit pas déséquilibré ! Mais celui là par contre avait été refait récemment, dans les combes, il y avait des planches et des piquets pour maintenir le sentier.

Même le banc est laissé à l’abandon !

Etape suivante : Lavars. Nous y avons trouvé une très belle église récemment restaurée. Au fur et à mesure des différents hameaux et villages du Trieves traversés, nous constatons que les églises ont toutes une architecture assez différente, toujours très jolies mais chacune dans son style. 
En sortant de Lavars, nous sommes passés devant une maison en restauration. Il s’y trouvait 3 ânes dont un entier qui a accouru à l’approche de Marius. Il s’approchait du portail fait de bric et de broc et commençait à s’exciter. Joëlle a donc éloigné Marius par précaution tandis que je demandais le chemin au propriétaire qui avait du mal à contenir l’entier. 

Nous songions à nous arrêter car nous avions déjà parcouru une vingtaine de kilomètres. C’est donc 2 kilomètres après Lavars, dans le hameau de Marcellaire que nous avons fait étape. De là on entend l’entier braire, il doit sentir la présence de Marius pas loin.

Fini la journée !

Ce soir, vue sur le lac de Monteynard-Avignonet que nous longerons demain, et pas de tente ! La nuit promet d’être idéale pour profiter des étoiles 🙂
Lac de Monteynard-Avignonet

C’est donc la tête dans les étoiles que nous vous laissons jusqu’à notre prochain message !

Tags : Marcellairemariusrandonnéesolidarité élisaSt jean d’HeransTroievesvillard JulienVillard-de-Touage

Un commentaire

  1. Bonjour Stéphane,
    A ce Marius, il peut servir de tondeuse à gazon, multitâche….. Et même le dimanche il va à la messe…. Un exemple pour les humains.
    En esperant que vous ne souffrez pas trop de la chaleur.
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !