close
Chemin de Stevenson 2012

La rando, une promenade de santé ?

La randonnée n’est pas toujours une aventure bucolique et tranquille au cours de laquelle on traverse paisiblement des paysages magnifiques ! La montagne est dangereuse… Une chute,  un accident est vite arrivé… Ce fût le cas en 2007 lorsqu’en passant entre deux sapins,  Marius a été déséquilibré et a dérapé dans un ravin. Entraîné par le poids des sacoches, je le voyais glisser sans parvenir à le retenir. J’ai dû débâter en urgence et mon compagnon de voyage a finalement réussi à remonter et rejoindre le chemin. Plus de peur que de mal donc, comme en 2008 où, lors de l’ascension du col des Pins (Hautes Alpes), Marius est parti en arrière et s’est retrouvé les quatre sabots en l’air au bord d’un précipice. Le bât et les sacoches l’ont heureusement maintenu et empêché de tomber dans le vide. Marius n’a pas été blessé mais cette chute spectaculaire nous a si profondément choqué qu’aujourd’hui encore, c’est la boule au ventre que nous franchissons certains passages.  
En randonnée, il faut toujours être prudent et se préparer à avoir les bons gestes en cas de pépin.  

Débâtage d’urgence !!!

Dans chacun de nos sacs à dos, nous disposons à portée de mains d’une trousse de secours. Elle contient, entre autres pansements adhésifs, sérum physiologique, compresses stériles, bandes de contention, sparadraps, pansements contre les ampoules, crème solaire, pommade antiseptique et cicatrisante, une paire de petits ciseaux, de l’essence de lavande, plusieurs tubes de granulés d’arnica, de l’aspirine et du paracétamol. 

Pour nous protéger des morsures de serpents, nous emportons également un « aspi-venin ».
Un équipement de premier secours vital en randonnée même si d’après de nombreux urgentistes, il est inefficace et ne sert à rien !
Bien évidemment, la couverture de survie aura également sa place dans chaque sac car elle aussi est indispensable en cas d’accident.
Enfin, nous prenons des vestes fluo. Obligatoires dans nos voitures, elles deviennent nécessaires pour être vus au bord des routes lorsque la visibilité est faible.
Nous avons également toujours une pharmacie pour nos ânes qui contient de la pommade cicatrisante, un désinfectant, un anti-mouches, … mais aussi un cure-pied, une brosse, une étrille en métal et une pince pour enlever les tiques.

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !