close
Chemin de Stevenson 2012

Jour 3/ Quelques grimpettes !

Il fait frais ce matin quand je me lève à 6h30. Je range tente et bagages, mais je garde quand même le réchaud pour me faire un thé bien chaud.
A 8h30, on lève le camp et nous voilà repartis sur le GR. En chemin, je fais la rencontre d’un groupe de randonneurs : trois femmes (qui sont soeurs) et un homme du Nord de la France, un ch’ti ! Ils marcheront avec nous jusqu’à Monastier, par un  très beau chemin. Pour eux aussi, c’est leur première rando sur le chemin de Stevenson.

Je fais un break et m’arrête pour acheter du pain à Monastier sur Gazeille, village de départ de Stevenson. Un lieu qui divise le village puisqu’il  y a deux pancartes contradictoires indiquant précisément le lieu d’où il est parti avec son ânesse…et pas au même endroit, évidemment !!!!
Le village est un peu tristounet, personne sur les places, seuls les randonneurs circulent dans les ruelles où pourtant les volets sont ouverts !

Un cavalier qui est depuis longtemps dans la région et avec qui je discute, me dépeint les habitants comme n’aimant pas trop les randonneurs, un peu fermés, disant qu’ils clôturent tout ! Pour l’instant, je n’ai eu pas de souci particulier, et ce n’est pas la première fois que je vois des champs clôturés, ici pas plus qu’ailleurs !
Je peux comprendre pourtant  que les paysans et les éleveurs n’aient pas envie de voir leurs champs piétinés par des visiteurs indélicats comme il en existe aussi !

Ce qui me gêne le plus, moi , c’est le côté « commercial » du chemin de Stevenson! Le filon est bien exploité !
Les gîtes et la nourriture sont chers, comme en témoignent les randonneurs que j’ai pu rencontrer, notamment ceux qui prennent le chemin de Compostelle et utilisent les gîtes. En général ils préfèrent acheter leur nourriture dans les épiceries ou chez l’habitant.
Nous repartons du Monastier par le GR70, d’abord goudronné, puis sur un sentier agréable. Nous commençons à trouver des dénivelés importants…nous montons jusqu’à 1020m, puis redescendons à 600m, ensuite nos remontons à 900m…
Les chemins sont remplis d’eau …c’est très humide et des sources coulent le long des sentiers, ce qui ne plaît pas à Marius ! Si vous avez suivi nos aventures précédentes, vous devez savoir que cet âne n’aime pas mettre ses sabots dans l’eau. Sa maman  a du lui apprendre quand il était petit de ne pas  salir ses chaussures car il a horreur de ça. Alors il essaie de passer sur les bords, et quand le chemin est barré par un petit cours d’eau, il le saute carrément !!!

Les pieds dans l’eau , nous sommes donc passés par le petit village de  Courmacès, puis sur un chemin de terre qui nous a conduit jusqu’à St Martin de Fugers, autre petit village avec un bar. Mes compagnons de route ( le groupe de randonneurs rencontrés le matin) continuent sans moi, sauf  le monsieur Ch’ti qui m’attend. Et heureusement, car un peu plus tard, sur le sentier, j’ai fait une chute et suis tombé en avant et sur le côté ! Pas de bobo, mais avec mon sac, je ne parvenais pas à me relever et il m’a aidé!!
A Goudet, nous traversons encore une fois la Loire et mon compagnons ch’ti s’arrête là.

J’arrive donc à Ussel vers 21h et trouve un champ bien vert et pas clôturé.
Je ne vois personne à qui demander la permission. C’est un pâturage et Marius est au paradis!!! Je fais toujours attention à ne pas entrer dans des terres cultivées et  pour ne pas risquer d’abîmer le champ, je m’installe toujours en bordure et attache Marius non loin de moi. Il y a suffisamment d’herbe pour qu’il n’en manque pas. J’ai quand même marché 29km aujourd’hui …J’installe donc ma tente et je mange sous un magnifique ciel étoilé avant de m’installer pour une bonne nuit de sommeil !

2 commentaires

  1. il se régale Marius, une herbe bien grasse, merci pour toutes les descriptions et les photos. Bonne continuation bisous … les bagnolais

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons
Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !