close

Debout à 6 heures pour ce dernier jour de marche. Encore une trentaine de kilomètres avant notre arrivée à Rousset les Vignes où doit nous attendre un comité d’accueil à 18 heures. Pas question de le faire attendre !
L’air est frais dans le parc de la maison de la poterie. On s’enfonce dans nos duvets pour un réveil en douceur. Visite d’un écureuil sans doute surpris de nous trouver au pied de son arbre et nous nous étonnons d’ailleurs encore d’avoir dormi dans ce lieu insolite ! Dans la soirée, une voiture de gendarmerie est passée. Nous nous sommes cachés pour ne pas être vus ! 

Et puis on s’accélère… Il ne faut pas perdre trop de temps. Pas de tente à plier, nous avons dormi à la belle étoile. Les duvets sont rapidement rangés et il ne faut que quelques minutes pour équilibrer les sacoches décidément bien légères. Pendant ce temps, détachés, Marius et Bandit grignotent l’herbe verte du parc.
Un fois nos deux compagnons bâtés, nous prenons la route. Il est 7H45. C’est bien la première fois que l’on décolle aussi tôt ! Petite pause dans le village (déjà !) pour y boire un café et prendre un solide p’tit déj ! La route va être longue. Dieulefit est calme en ce dimanche matin. Des gens nous interpellent. Un article nous est consacré en page 2 du Dauphiné Libéré.

Avant de partir, Jérémie nous rejoint. Nous quittons le village d’abord par la voie principale puis nous prenons une petite route pour Montjoux où Jean-Claude, un habitant de Rousset nous attend. Il m’avait envoyé un mail la veille pour nous dire son envie de marcher avec nous lors de cette dernière journée. C’est avec plaisir que nous avons accepté. 

Notre caravane poursuit son avancée. Nous empruntons alors un bout de départementale sur un kilomètre ou deux puis retrouvons une petite route goudronnée qui traverse la combe Barral. Quelques 300 mètres de dénivelés plus tard, nous nous arrêtons pour déjeuner. depuis notre départ, nous échangeons beaucoup avec Jean-Claude. D’abord sur notre périple qu’il a suivi avec beaucoup d’intérêt sur le blog, mais également sur environnement, l’écologie, les abeilles (Jean-Claude est apiculteur amateur) et la randonnée, une passion qu’il pratique régulièrement.

Pas le temps de faire une petite sieste, nous devons reprendre rapidement la route. Retour sur le GR9 après une descente rocailleuse et très abrupte jusqu’à la chapelle de la Roche Saint Secret. Puis nouvelle grimpette. Une centaine de mètres de dénivelé cette fois. On contourne ensuite le rocher des Aures par un petit sentier. Un peu plus tard, nous revoilà sur le goudron que nous laisserons au niveau du gîte de Font Largias toujours sur la commune de la Roche. Quelques kilomètres plus loin, le bitume à nouveau. Après le col du Pègue, le maire de Rousset nous rejoint au volant de sa Méhari. Il nous offre jus d’orange et petits gâteaux maison préparés par son épouse et sa fille. Un vrai régal ! Deux de ses petits enfants nous accompagneront pour la dernière ligne droite.
Au Pègue, c’est la fête au village. Nous décidons de ne pas nous y attarder mais d’avancer. Finalement c’est avec quelques minutes d’avance que nous arrivons à Rousset. La place est clairsemée. Beaucoup ne sont pas arrivés pensant que nous serions en retard. Mais petit à petit, Roussetois, amis, famille, ainsi que des personnes qui nous ont suivis sur le blog durant les quatre semaines de notre périple, arrivent avec des mots chaleureux, de réconfort.
Aussitôt arrivés, on débâte Marius et Bandit, on pose nos sacs et on offre à nos compagnons de route deux gros sacs de foin…Faut bien qu’ils soient de la fête, eux aussi…et toujours les premiers servis !

Vient le moment des discours. M. Gigondan rappelle les difficultés rencontrées lors de cette aventure, Joëlle très émue ne parvient pas à finir les mots qui m’étaient destinés. Jérémie lui, raconte ses quelques jours passés avec nous et notamment l’arrivée à Villeperdrix où nous avions été reçus comme des princes. A mon tour je prends le micro, non sans une certaine émotion,  pour évoquer les grandes lignes de cette aventure et pour remercier toutes celles et ceux qui nous ont soutenus et réconfortés en nous envoyant de nombreux messages. Jeanne, la grand-mère de Gabriel et présidente de l’association nous a, à son tour, remerciés pour notre démarche. Gabriel qui est là avec Nadège et Laurent, ses parents ainsi qu’Olivier et Emilien, ses frères. Il y a là Philippe Cahn, ancien directeur du journal La Tribune, quelques correspondants de l’hebdomadaire, ZAP FM qui a très souvent parlé de notre aventure, et le maire de Valréas, Guy Morin et son épouse, Peggy, venus nous féliciter.

Les applaudissements et les félicitations nous vont droit au coeur. Mais pour nous, la belle aventure est finie. C’est avec un petit pincement au coeur que nous rentrons, la tête toutefois emplie de paysages magnifiques, de parfums délicieux, et de belles rencontre.

Tags : DieulefitGabrielMontjouxretourRousset les Vignes

Un commentaire

  1. FELICITATIONS pour votre parcours ! Quelle belle aventure vous nous avez fais partager !
    Je regrette de n’avoir pu être présente lors de votre arrivée pour vous féliciter
    BRAVO !!!!!!

Laisser un commentaire

Simple Share Buttons

En ce moment dans la Boutique de Marius, découvrez notre Pack Goodies "Fin de Voyage". Ignorer

Vous ne voulez manquer aucune de nos publications ? Abonnez-vous en laissant votre mail ici :
Abonnez-vous !